635
Analyse narrative
93
Rolin Patrice
L'analyse narrative : travail en groupe, 2
Fiche de travail
 
Commencer
Animer
 
Permettre au groupe d'échanger sur l'effet produit sur les lecteurs...
 

Continuopns à nous exercer à l'analyse narrative à partir du récit de Mc 7,24-30...

Pour chacune des consignes et questions ci-dessous, il ne s'agit pas d'abord, bien sûr, de trouver « la bonne réponse » de façon scolaire, mais de permettre au groupe d'échanger sur l'effet produit sur les lecteurs que nous sommes par tel ou tel élément du récit. La formulation des consignes évite volontairement les termes trop techniques de l'analyse narrative.    

1. L'intrigue ou le fil conducteur

À ce point de la démarche, après le travail de la clôture du texte et l'étude des personnages du récit, il faut se demander quel fil conducteur assure la cohérence du récit. 

(Le travail précédent sur les titres à donner au récit aura préparé ce questionnement.) 

À la suite de cet échange, l'animateur pourra faire un petit apport théorique pour expliquer ce qu'est l'intrigue d'un récit et ses différentes étapes.

Une bonne image pour expliciter ce schéma et visualiser le déroulement d'une intrigue-type est celle de la montagne à gravir et à redescendre. La situation initiale présente le randonneur au pied de la montagne ; la complication consiste en la montée ; le point de basculement, ou action transformatrice, est au sommet ; le dénouement consiste en la descente de l'autre versant ; et enfin la situation finale est figurée par le retour au niveau de la plaine.

Par groupes de deux ou trois, sur place, entre voisins, les participants pourraient ensuite être invités à remplir le « schéma quinaire ». 

L'exercice fera ainsi toucher du doigt le fait qu'un récit particulier peut résister à « la grille standard ». 

En grand groupe ensuite, après le partage des différentes propositions des sous-groupes, la discussion sur la détermination de la situation initiale, de la complication et de l'action transformatrice pourra prendre du temps. Il est important ici de ne pas donner trop vite la solution proposée (qui pourra être critiquée) et de laisser aller l'échange. C'est aussi dans le débat entre différentes hypothèses que la compréhension du texte trouve son chemin. 

Pour notre récit, les questions essentielles à poser seraient les suivantes : 

- Quelle est la situation initiale ? 

- Qui crée la complication ? 

- Qui opère la guérison ? 

Après une présentation rapide des deux types d'intrigue que sont les intrigues « de résolution » et « de révé-lation », demander au groupe quel type d'intrigue structure principalement ce récit. 

L'identification ici d'une intrigue de résolution ira évidemment de soi, mais on pourra demander au groupe si le récit se limite à la guérison de la fillette. 

- Qu'apprenons nous sur Jésus ?

- Qu'est-ce qui se joue sous la surface de ce récit ?

2. Le cadre du récit, le décor

• Observer les indications géographiques, les lieux mentionnés. Ces précisions ont-elles une portée symbolique ou typologique ? 

• Noter les mouvements et les attitudes des personnages. Comment contribuent-ils au mouvement du récit ? 

• Relever les indications temporelles ou chronologiques. Quels effets produisent-elles sur le lecteur ? 

3. Appropriation / actualisation 

Faire le bilan des découvertes concernant le récit et les éclairages nouveaux apportés par l'analyse narrative.

Pour cela, se poser notamment les questions suivantes. 

• En quoi ce récit diffère-t-il d'autres récits de guérison ?

• De quoi le texte semble-t-il se désintéresser ? Sur quoi insiste-t-il ? 

• Que nous inspire la démarche et la détermination de la femme ? 

• Comment réagissons-nous à l'attitude première de Jésus face à cette femme ? 

• Quel effet le récit produit-il ainsi sur le lecteur ? 

• Le cadre, les personnages en présence, les enjeux ou le déroulement de l'intrigue trouvent-ils des analogies dans notre situation présente ?

 

© Patrice Rolin, SBEV / FPF), Bulletin Information Biblique n° 63 (décembre 2004), p, 7.

[_REF:972] › › › Pour lire l'article suivant

[_REF:970] › › › Pour lire l'article précédent

 
Mc 7,24-30
24Parti de là, Jésus se rendit dans le territoire de Tyr. Il entra dans une maison et il ne voulait pas qu'on le sache, mais il ne put rester ignoré.
25Tout de suite, une femme dont la fille avait un esprit impur entendit parler de lui et vint se jeter à ses pieds.
26Cette femme était païenne, syro-phénicienne de naissance. Elle demandait à Jésus de chasser le démon hors de sa fille.
27Jésus lui disait : « Laisse d'abord les enfants se rassasier, car ce n'est pas bien de prendre le pain des enfants pour le jeter aux petits chiens. »
28Elle lui répondit : « C'est vrai, Seigneur, mais les petits chiens, sous la table, mangent des miettes des enfants. »
29Il lui dit : « A cause de cette parole, va, le démon est sorti de ta fille. »
30Elle retourna chez elle et trouva l'enfant étendue sur le lit : le démon l'avait quittée.
Mc 7,24-30
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org