42
Alliance
666
Lettre aux Hébreux
668
Liturgie
11
Carrière Jean-Marie
Une liturgie d'alliance, nouvelle (He 8,1-13)
Commentaire au fil du texte
 
Approfondir
 
Ce chapitre commence à traiter de ce que fait le grand-prêtre, de son action ou de son office...
 

Ce chapitre commence à traiter de ce que fait le grand-prêtre, de son action ou de son office, après qu’on a réfléchi sur la manière dont il était institué. Cette action est un office liturgique : les mots grecs traduits par ministre (v. 2), officier, faire (v. 5) et ministère (v. 6) font référence à l’action liturgique. À partir du v. 6, nous apprenons qu’il s’agit d’une liturgie d’alliance, alors que dans les versets précédents, l’action principale (liturgique, toujours) du grand-prêtre était d’offrir quelque chose – ce qui ne renvoie pas d’emblée à une liturgie d’alliance, mais plutôt à la liturgie du Yom Kippour (Lv 16). La citation de Jr 31, longue, aux v. 8-12, sera à nouveau reprise, de manière plus courte, en 10,16-17 ; cette citation donne le ton de toute la partie de la lettre qui explicite l’action du grand-prêtre, puisqu’elle l’encadre. De cette manière, le discours place clairement l’action de Jésus comme grand-prêtre dans le cadre de l’alliance nouvelle dont parle Jérémie, ce cadre d’alliance assumant en l’intégrant, si l’on peut dire, la liturgie majeure du système lévitique, à savoir l’offrande au jour du Yom Kippour ; car le point commun aux deux – à l’alliance nouvelle de Jérémie, et à la liturgie de Kippour, c’est la rémission des péchés (cf. 10,18 et Jr 31,34 cité en 8,12 et 10,17). Ainsi, Jésus comme grand-prêtre officie dans une liturgie d’alliance dont la visée est la rémission des péchés (relire le prologue), et l’acte central de cette liturgie est une offrande.

Nous avons déjà été avertis, pour ce qui concerne la manière dont il est institué, que le grand-prêtre Jésus était différent (meilleur, nouveau) du grand-prêtre du système lévitique. La lettre continue à expliciter ce contraste, ici selon un schème spatial d’abord, puis selon un schème temporel, qui constituent le cadre de l’action liturgique de Jésus.

Cadre spatial : le Christ est assis dans les cieux, et en ce « lieu » se trouvent le vrai sanctuaire et la vraie tente, où il officie ; sur terre, des prêtres officient (ceux du Temple), et il s’agit d’une image ou d’une esquisse des réalités du ciel. Notons, pour l’instant, la lettre y reviendra, que le contraste est entre les cieux où sont les vraies réalités, et la terre où se trouvent des réalités – celles que l’on voit être effectuées dans la liturgie d’ici-bas – qui sont image, esquisse des (vraies) réalités au ciel ; c’est l’Écriture elle-même qui avait posé cette distinction, selon Ex 25,40 cité au v. 8.

Cadre temporel : l’alliance nouvelle dont le Christ est l’officiant et dont parlait Jr 31 remplace la première alliance, entendons celle du Sinaï avec Moïse. Notons bien la manière dont la lettre parle : c’est parce que l’alliance nouvelle apparaît avec le Christ dans le réel de notre histoire, et devient le régime effectif, que l’alliance sur le régime duquel on vivait jusqu’au Christ devient ancienne, on prend conscience qu’elle n’était pas parfaite (sans reproche), et elle est vouée à disparaître.

Ainsi, l’action liturgique qu’effectue le grand prêtre qu’est Jésus est d’une part inscrite dans la dynamique d’une alliance nouvelle – et, on va le voir, définitive – en laquelle nous pourrons nous approcher de Dieu car nous serons pardonnés de nos péchés ; d’autre part, elle relève.


© Jean-Marie Carrière, SBEV / Éd. du Cerf, Cahier Évangile n° 151 (mars 2010), "Tenez bon ! Relire la Lettre aux Hébreux", pages 35-36. 

 

 
He 8,1-13
1Or, point capital de notre exposé, c'est bien un tel grand prêtre que nous avons, lui qui s'est assis à la droite du trône de la Majesté dans les cieux,
2comme ministre du sanctuaire et de la véritable tente dressée par le Seigneur et non par un homme.
3Tout grand prêtre est établi pour offrir des dons et des sacrifices  ; d'où la nécessité pour lui aussi d'avoir quelque chose à offrir.
4Si le Christ était sur la terre, il ne serait pas même prêtre, la place étant prise par ceux qui offrent les dons conformément à la loi  ;
5mais leur culte, ils le rendent à une copie, à une esquisse des réalités célestes, selon l'avertissement divin reçu par Moïse pour construire la tente : Vois, lui est-il dit, tu feras tout d'après le modèle qui t'a été montré sur la montagne.
6En réalité, c'est un ministère bien supérieur qui lui revient, car il est médiateur d'une bien meilleure alliance, dont la constitution repose sur de meilleures promesses.
7Si, en effet, cette première alliance avait été sans reproche, il ne serait pas question de la remplacer par une seconde.
8En fait, c'est bien un reproche qu'il leur adresse : Voici : des jours viennent, dit le Seigneur, où je conclurai avec la maison d'Israël et avec la maison de Juda une alliance nouvelle,
9non pas comme l'alliance que je fis avec leurs pères le jour où je les pris par la main pour les mener hors du pays d'Egypte. Parce qu'eux-mêmes ne se sont pas maintenus dans mon alliance, moi aussi je les ai délaissés, dit le Seigneur.
10Car voici l'alliance par laquelle je m'allierai avec la maison d'Israël après ces jours-là, dit le Seigneur : en donnant mes lois, c'est dans leur pensée et dans leurs coeurs que je les inscrirai. Je deviendrai leur Dieu, ils deviendront mon peuple.
11Chacun d'eux n'aura plus à enseigner son compatriote ni son frère en disant : Connais le Seigneur ! car tous me connaîtront, du plus petit jusqu'au plus grand,
12parce que je serai indulgent pour leurs fautes et de leurs péchés, je ne me souviendrai plus.
13En parlant d'une alliance nouvelle, il a rendu ancienne la première ; or ce qui devient ancien et qui vieillit est près de disparaître.
He 8,1-13
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org