524
Ancien Testament
446
Christ
664
Images de la Bible
72
Gruson Philippe
Images de la Bible - Le Christ dans l'Ancien Testament
Gros plan sur
 
Approfondir
 
Intérêt et limites de la lecture "typologique"...
 

Pourquoi nos ancêtres lisaient-ils l'Ancien Testament et comment le comprenaient-ils, avant l'exégèse moderne - historico-critique -, avant la connaissance de l'Ancien Orient et de ses langues, avant l'étude de l'histoire ancienne d'Israël ?

Essentiellement parce qu'ils avaient appris à y déchiffrer la présence du Christ : « Vous scrutez les Écritures parce que vous pensez acquérir par elles la vie éternelle : ce sont elles qui rendent témoignage à mon sujet. [...] En effet, si vous croyiez en Moïse, vous croiriez en moi, car c'est à mon sujet qu'il a écrit » (Jn 5,39.46). « Ne fallait-il pas que le Christ souffrît tout cela et qu'il entrât dans sa gloire ? Et, commençant par Moïse et par tous les prophètes, il leur expliqua dans toutes les Écritures ce qui le concernait » (Lc 24,26-27). « "Il faut que s'accomplisse tout ce qui a été écrit de moi dans la Loi de Moïse, les Prophètes et les Psaumes". Alors il leur ouvrit l'intelligence pour comprendre les Écritures » (Lc 24,44-45).

Depuis Vatican II, les catholiques ont pris l'habitude, chaque dimanche, d'entendre une lecture de l'Ancien, ou plutôt du Premier Testament, choisie en fonction de l'Évangile. Parce qu'ils partagent cette conviction du Nouveau Testament que les Écritures, concernent le Christ, parlent de lui et lui rendent témoignage. C'était déjà la plus ancienne expression du kérygme : la proclamation de la foi chrétienne reçue par Paul vers 35 : « Christ est mort pour nos péchés selon les Écritures [...] Il est ressuscité le troisième jour selon les Écritures » (1 Co 15,3-4).

Cet enracinement remonte à Jésus lui-même ; les Écritures constituent son milieu culturel naturel et lui fournissent ses schémas mentaux, son imaginaire et son expression religieuse. C'est pourquoi une grande partie du vocabulaire symbolique ou théologique des Évangiles provient du Premier Testament et le rappelle sans cesse. Tout le Nouveau Testament ne cesse de se référer aux Écritures : non seulement par des citations explicites, en italiques dans nos bibles, mais aussi par des évocations ou des allusions plus ou moins visibles.

L'histoire relue par les Prophètes

D'où vient cette correspondance fréquente entre les deux Testaments ? De la révélation même de Dieu par ses prophètes. À la différence des autres dieux qui n'agissent que dans les cycles de la nature (astres, saisons, naissance et mort), le Dieu d'Israël agit dans l'histoire de son peuple. Cette histoire est racontée comme la réalisation d'un grand dessein cohérent qui mène toute l'humanité vers son terme. Les événements marquants de l'histoire d'Israël comme l'exode, l'alliance, l'entrée dans la terre promise tracent les grandes lignes du salut et mènent vers sa réalisation. Lorsque les prophètes annoncent ce que Dieu veut pour Israël, ils projettent ces événements passés dans l'avenir : non seulement Dieu refera ce qu'il a déjà fait, mais il fera beaucoup mieux. C'est le principe du mémorial, qui structure toute la liturgie juive et ses fêtes : le passé préfigure l'avenir, à cause de la fidélité de Dieu à son peuple. Ainsi un prophète annonce-t-il le retour d'Exil comme un nouvel Exode : « Oui, des jours viennent où l'on ne dira plus : "Vivant est le Seigneur qui a fait monter les Israélites du pays d'Égypte !", mais plutôt : "Vivant est le Seigneur qui a fait monter la descendance des gens d'Israël du pays du Nord et de tous les pays où je l'ai dispersée, pour qu'elle s'installe sur son sol" » (Jr 23,7-8 ; cf. Is 43,16-21). La sortie d'Égypte préfigure le retour des exilés.

Les chrétiens vont continuer cette lecture prophétique de l'histoire et relire les Écritures, mais à partir du Christ, en qui elles s'accomplissent. Dès les origines, ils forment des collections de testimonia : des citations des Écritures qui concernent le Christ, d'abord celles qui sont dans le Nouveau Testament, puis d'autres. C'est la base même de la lecture chrétienne du Premier Testament. Saint Augustin († 430) l'exprime en une formule célèbre que rappellera Vatican II : « Le Nouveau [Testament] est caché dans l'Ancien et l'Ancien se dévoile dans le Nouveau » (Questions sur l'Heptateuque 2,73). Cette correspondance entre les deux Testaments est appelée typologie biblique.

La typologie, lecture spirituelle

Le mot grec typos signifie : « marque d'un coup, empreinte », d'où « copie, image ». Le mot « typographie » garde le souvenir de l'imprimerie réalisée avec une presse... dont le nom - la presse - désigne toujours les journaux.

Quand l'auteur de l'Épître aux Hébreux emploie ce mot typos, il explique que les événements, personnages ou réalités du Premier Testament sont les copies, les images du mystère du Christ. Mais dans l'histoire du salut, contrairement à l'ordre habituel où l'original précède la copie, les types du Premier Testament précèdent la révélation de l'original qu'est le Christ. En effet, les réalités célestes sont premières, elles ont produit des sortes d'esquisses dans les réalités terrestres de l'histoire d'Israël. Toutes les réalités de l'Ancienne Alliance sont des esquisses de la Nouvelle Alliance. Ainsi la Tente du culte israélite au désert, faite de main d'homme, n'était que la copie, l'image, l'exemple (typos) du vrai sanctuaire céleste où le Christ est entré par sa Résurrection (He 9,24).

Lorsque Paul exhorte les Corinthiens à la conversion, il rappelle les événements de l'Exode comme figures du baptême et de l'eucharistie : « Nos pères étaient tous sous la nuée, tous ils passèrent à travers la mer et tous furent baptisés en Moïse dans la nuée et dans la mer. Tous mangèrent la même nourriture spirituelle [la manne] et tous burent le même breuvage spirituel ; car ils buvaient à un rocher spirituel qui les suivait : ce rocher, c'était le Christ... Ces événements sont arrivés pour nous servir d'exemples (typikôs) » (1 Co 10,1-6.11). Et ce n'est pas un hasard si la formation des catéchumènes, pendant les premiers siècles, se fera au long du Carême en expliquant la Genèse et l'Exode comme figures du Christ. D'ailleurs les premières images chrétiennes (les fresques des catacombes et les sarcophages) sont souvent inspirées par des récits du Premier Testament : Adam et Ève, Noé, Abraham, Moïse, David, Daniel, Suzanne, etc.

Au fil des siècles, les commentateurs ont appris à distinguer les divers sens de l'Écriture. Les textes du Premier Testament peuvent toujours être lus au sens littéral, comme ils ont été écrits. Mais ils peuvent aussi être lus au sens spirituel (ou plénier), pour préfigurer le mystère du Christ. Au Moyen Âge on a pris l'habitude de distinguer trois sens spirituels, trois dimensions de la lecture proprement chrétienne, venant s'ajouter au sens littéral ou historique :
- la vie terrestre du Christ : sens typologique (plutôt qu'allégorique) ;
- la vie chrétienne en Église : sens moral (ou tropologique) ;
- le Monde nouveau : sens eschatologique (ou anagogique).

Un dominicain de Roumanie, Augustin de Dacie (v. 1260), a résumé l'enseignement de Thomas d'Aquin en deux vers latins : Littera gesta docet ; quid credas allegoria / Moralis quid agas, quo tendas anagogia (« La lettre enseigne ce qui eut lieu, l'allégorie, ce que tu as à croire / le sens moral ce que tu as à faire et le sens anagogique, ce vers quoi tu dois tendre »). Cela correspond aux trois dimensions de la vie chrétienne : foi, charité et espérance.

Succès et excès de la typologie

La typologie se fonde sur le Nouveau Testament lui-même ; par exemple le Serpent de bronze (Nb 21,4-9) est, dans l'évangile de Jean, une figure du Christ en croix : « Comme Moïse a élevé le serpent dans le désert, il faut que le Fils de l'homme soit élevé » (Jn 3,15). Bien des personnages du Premier Testament sont relus comme figures du Christ : il est le nouvel Adam (Rm 5,14) ; le nouvel Isaac qui s'offre en sacrifice (Rm 8,32) ; le nouveau Moïse qui proclame la Loi nouvelle (Mt 5-7) ; le nouvel Élie, qui fait des miracles (Lc 4,25-26 ; 7,11-16) et est emporté au ciel (Lc 24,51). Parfois l'auteur développe la comparaison en précisant la ressemblance et la différence entre les deux ; ainsi le mystérieux roi et prêtre Melkisédeq, (Gn 14,14-18), comparé au Christ grand prêtre (Hb 7-8). À côté du Christ, l'Église future est la Nouvelle Jérusalem, et les apôtres sont comparés aux Patriarches et aux Prophètes (Ap 21,1-14). Retenons que ces typologies jouent sur les analogies : à la fois les similitudes et les différences ; c'est le principe même de l'accomplissement, du dépassement du Premier Testament par le Nouveau.

Les typologies affirmées ou suggérées dans le Nouveau Testament ont entraîné tout un développement ; l'imagination des lecteurs chrétiens de la Bible étant stimulée par des similitudes de situations, de récits, d'objets, de mots, soit plus largement par la recherche de symboles communs aux deux Testaments. N'est-ce pas l'Esprit Saint qui « a parlé par les Prophètes » selon les mots du Credo ? C'est pourquoi, à partir du XIIIe siècle, on a réalisé les premières concordances, qui citent tous les emplois de chaque mot de la Bible, pour faciliter la recherche des correspondances de vocabulaire entre les deux Testaments.

Depuis Origène (IIIe s.), les Pères de l'Église ont pratiqué la lecture allégorique, héritage de la culture hellénistique. Ils ont eu l'habitude de chercher un sens symbolique caché dans tout texte, jusque dans ses détails. Cela a produit des lectures très variées. Certaines sont des trouvailles géniales, comme la lecture trinitaire de l'Hospitalité d'Abraham à Mambré (Gn 18,1-8) : « Il a vu trois personnages et en a adoré un seul » (Augustin). La plupart des analogies de situation sont parlantes et éclairantes, mais aussi parfois surprenantes : ainsi l'ange Raphaël, qui accompagne incognito le jeune Tobie, est figure de Jésus qui marche avec les disciples vers Emmaüs, avant qu'il se fasse reconnaître.

Il arrive que certaines typologies soient plus discutables. Par exemple le verbe ascendere (« monter ») suffit à suggérer l'Ascension, ou plus tard l'Assomption ! Tout objet en bois fait penser à la croix ; toute couleur rouge évoque le sang du Christ, et la plupart des femmes bibliques deviennent figures de Marie. Ce sens dit « accomodatice », loin du sens littéral mais plausible, parfois fort ingénieux, peut entraîner à des excès. Le côté automatique de ces interprétations scolastiques, en même temps que l'affaiblissement de la réflexion théologique, a fini par encombrer et étouffer la typologie légitime, au XVe siècle. En réaction, des humanistes comme Érasme et les Réformateurs de la Renaissance ont prôné le retour au texte biblique lu pour lui-même : ce fut la naissance de l'exégèse historico-critique. Au XVIIe siècle, cela n'empêchait pas Pascal, grand lecteur de la Bible et des Pères, d'écrire : « Jésus Christ, que les deux Testaments regardent, l'Ancien comme son attente, le Nouveau comme son modèle, tous deux comme leur centre » (Pensées, Br. 740). L'argument prophétique a effectivement joué un grand rôle dans l'apologétique chrétienne.

Vers une redécouverte de la typologie

Pie XII, en 1943, a reconnu la valeur et la nécessité de l'exégèse historique née au XVIe siècle et développée surtout dans les Églises protestantes. Corrélativement, il a mis en garde contre « cet usage extrinsèque et adventice des paroles de la Sainte Écriture » qui ignorait leur valeur historique. Il faut chercher « ce que Dieu nous signifie par les Lettres sacrées, de préférence à ce qu'un écrivain ou un orateur disert expose en jouant habilement des paroles de la Bible » (Divino afflante spiritu, § 30). Ce danger une fois écarté et l'exégèse historico-critique largement pratiquée, Vatican II (1965) a pu redonner sa place à la vraie lecture typologique : « Les livres de l'Ancien Testament, intégralement [sic] repris dans le message évangélique, reçoivent et montrent leur complète signification dans le Nouveau Testament [cf. Mt 5,17 ; Lc 24,27 ; Rm 16,25-26 ; 2 Co 3,14-16], et, en retour, l'expliquent et l'illuminent » (Dei Verbum, § 16).

Plus récemment, l'œuvre importante de Paul Beauchamp a permis de relire ensemble « l'un et l'autre Testament ». À partir de la notion centrale de figure, il a su faire dialoguer l'exégèse ancienne et les sciences humaines actuelles. En 2001, la Commission biblique pontificale a présenté la lecture chrétienne de l'Ancien Testament en quelques pages que nous conseillons vivement de relire (voir encadré).

Que contient ce Cahier ?

  • Des images commentées

Avec quelques siècles de recul, il est possible aujourd'hui de revisiter la typologie et de faire (re)découvrir aux actuels lecteurs de la Bible la manière dont nos ancêtres chrétiens ont mené cette lecture des Écritures, depuis les origines jusqu'à l'époque moderne. Mais comme il serait fastidieux de lire d'énormes sélections de commentaires de toutes les époques, nous proposons un moyen plus accessible et plus parlant : celui des images de la Bible. Nous avons sélectionné, parmi les images innombrables de la Bible, celles qui illustrent un rapport direct entre le mystère du Christ et le Premier Testament, celles qui montrent l'accomplissement des Écritures. Ces images sont de toutes sortes : enluminures, fresques, vitraux, gravures, tapisseries, etc. Mais toutes associent à une image du Christ, à un sujet de sa vie ou de son mystère,
- soit une ou plusieurs images du Premier Testament, qui illustrent des récits plus ou moins connus,
- soit une citation écrite, parfois sur un phylactère tenu par son auteur traditionnel : David (les Psaumes), tel prophète ou tel sage.

Cette sélection par les images est fatalement moins riche que les commentaires écrits, mais elle a l'avantage de sélectionner les récits et les citations les plus connus. Car ces images étaient plus ou moins accessibles à tous et mémorisables même par les illettrés à qui on les expliquait dans la prédication. Quant aux citations des Psaumes, des Prophètes ou des Sages, elles étaient souvent mémorisées par les chants des fêtes liturgiques. Bien entendu, c'est presque toujours le texte latin de la Vulgate (fixé par saint Jérôme autour de 400) qui est cité. Pas toujours cependant, car l'ancienne traduction latine (la Vetus latina) était déjà devenue traditionnelle ; voir, par ex., la version de Ha 3,2 où la mention de « deux animaux » va conforter la présence du bœuf et l'âne de la crèche ou bien celle de Dn 9,26, censée annoncer la mort du Christ. Or, la Vulgate diffère parfois de nos traductions modernes. C'est pourquoi nous avons jugé utile de citer ces textes traduits du latin dans les tables finales, mais en indiquant toujours les références selon nos bibles modernes (par ex. pour les Psaumes).

Compte tenu des limites du Cahier, nous avons choisi de commenter une dizaine d'œuvres sur trois périodes particulièrement créatrices au niveau de l'art comme de la théologie : le VIe siècle ; les XIIe-XIIIe siècles ; les XIVe-XVIe siècles. Huit images sont reproduites ici : huit clefs pour ouvrir les portes de bien d'autres œuvres d'art et donner accès aux trésors de l'iconographie chrétienne. Il s'agit de se réapproprier un immense héritage que nous avons sous les yeux dans les livres, les églises ou les musées ; pourquoi ne pas essayer de lire ces images et de les comprendre ? C'est un chemin très accessible qui permet de faire bien des découvertes dans la Bible. Les images aussi peuvent transmettre la Parole de Dieu à ceux qui la désirent.

Deux tables de textes bibliques

Les deux tables complémentaires qui forment la fin de ce Cahier permettent une consultation rapide ou une étude plus approfondie :
- soit à partir du Nouveau Testament : les sujets de la vie du Christ sont éclairés par des récits et textes de
l'Ancien Testament : lesquels ?
- soit à partir de l'Ancien Testament : quels sont les récits et les textes qui éclairent la vie du Christ et le mystère chrétien ?

Bien entendu, ces deux tables sont loin d'être exhaustives ; la taille du Cahier a imposé des allègements. À la vie du Christ, nous avons cru utile d'ajouter trois sujets présents dans la littérature apocryphe et la piété et qui concernent Marie : l'Immaculée Conception, l'Assomption et le Couronnement. Ils sont fréquents dans l'iconographie et ont nourri la foi de bien des chrétiens jusqu'à aujourd'hui ; d'ailleurs deux d'entre eux appartiennent à notre liturgie.


© Philippe Gruson,
SBEV / Éd. du Cerf, Cahier Évangile n° 150 (décembre 2009), "Images de la Bible. Le Christ dans l'Ancien Testamant", pages 4-9. 

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org