1308
Discours eschatologique
571
Evangile de Marc
114
Léonard Philippe
Marc : Le discours eschatologique
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Quelques disciples demandent à Jésus quel sera le moment et quels seront les signe annonciateurs de la fin des temps...
 
Lecture de Mc 13, 1-37

La ruine à venir (13, 1-4) En sortant du Temple, un des disciples de Jésus admire le bel édifice. Jésus, sans ménagement, prédit une destruction totale. Sur le mont des Oliviers, en face du Temple, les quatre disciples qui ont été les premiers appelés (Mc 1, 16-20) lui demandent alors le moment et les signe annonciateurs d'un tel événement. (La liturgie de l’année B n’a pas retenu ce passage)

D’épreuves en épreuves (13, 5-23)
En réponse aux questions des quatre disciples, Jésus leur tient un discours sur la fin des temps (c’est le plus long discours de l'évangile de Marc). On y distingue quatre parties : les signes précurseurs (v. 5-13), le signe de la grande épreuve (v. 14-23), le temps de la fin (v. 24-27) et, en conclusion, une série d’avertissements (v. 28-37).

Le lectionnaire de l’année B n’a retenu que les deux dernières parties, lues au début et à la fin de l’année liturgique : Mc 13, 33-37 au premier dimanche de l’Avent ; Mc 13, 24-32 au 33e (et avant-dernier) dimanche ordinaire.


La venue du Fils de l’homme (Mc 13, 24-27)
[33e dimanche ordinaire – B]


Lecture d’ensemble. Après une mise en garde contre les faux messies et les faux prophètes, Jésus annonce la fin de l'histoire dont il indique les trois caractéristiques : un bouleversement cosmique (v. 24-25), la venue dans gloire du Fils de l'homme (v. 26) et le rassemblement des élus (v. 27).

Au fil du texte. 1. Le bouleversement cosmique s'inspire d'images de la littérature prophétique utilisées pour décrire '' le jour du Seigneur '' (Is 13, 10 ; 34, 4 ; Jl 2, 10 ; 3, 3-4 ; 4, 15). D'après Gn 1, 14-19, le soleil et la lune ont été fixés pour rythmer le temps. Le bouleversement cosmique qui casse ce qui a été établi lors de la création du monde marque donc symboliquement la fin du temps, autrement dit la fin de l'histoire.

2. La description de la venue du Fils de l'homme s'inspire sans doute de Dn 7, 13-14. Mais chez Mc, le Fils de l'homme ne s'avance pas vers l'Ancien (= Dieu) pour une intronisation, mais vers les hommes qui le voient venir dans les nuées.

3. Le Fils de l'homme est assisté des anges. En 8, 38, Jésus avait déjà évoqué la Parousie du Fils de l’homme accompagné des anges. Ils ont pour mission de rassembler les élus '' des quatre coins du monde '' et '' de l’extrémité de la terre à l’extrémité du ciel ''. Le caractère universel d'un tel rassemblement ne peut être mieux affirmé. Il est dans le prolongement de la directive donnée un peu plus tôt : '' Il faut d’abord que la Bonne Nouvelle soit proclamée à toutes les nations '' (13, 10).

Il n’est pas question du jugement dernier dans les propos de Jésus, mais du rassemblement des élus. Après la description des épreuves qui attendent les disciples (13, 9-13), l'annonce de la venue du Fils de l'homme revêt donc un caractère très positif. Le discours, qui a recours aux images de l'apocalyptique, ne dévoile pas seulement ce qui doit arriver à la fin des temps mais exhorte les disciples à tenir bon dans les épreuves auxquelles la '' Parousie '' (l’avènement du Seigneur) mettra un terme.


Exhortation à la vigilance (Mc 13, 33-37)
[1er dimanche de l'Avent - B]


Lecture d’ensemble.
Après la description de la venue du Fils de l'homme, Jésus aborde la question du '' quand ? '' (13, 4). Il prend la comparaison d’un figuier à l’approche de l’été (v. 28-29). Solennellement, il déclare l'imminence de ces événements (v. 30) et en certifie la réalisation (v. 31). Mais pour éviter toutes supputations erronées, il informe que personne ne connaît le jour et l'heure de la fin des temps (v. 32-33). Cette ignorance fonde une attitude de vigilance à l’image du portier d’une maison qui attend le retour de son maître (v. 34-37).

Au fil du texte. 1. Lorsque le figuier a ses feuilles, c'est le signe que l'été est proche ; lorsque le bouleversement cosmique aura lieu, le Fils de l’Homme sera proche et la transition sera aussi naturelle que le passage d’une saison à l’autre… Il y a contraste entre le spectaculaire de la chose visée (la fin de l’histoire !) et la simplicité de l’image employée.

2. Les informations sur la proximité de la Parousie sont contrebalancées par l’ignorance de la date exacte de l’événement. Cependant, l'expression '' quand vous verrez arriver cela '' peut être mise en parallèle avec '' quand vous verrez le Sacrilège dévastateur… '' (13, 14). Les événements dont il a été question en 13, 14-23 seraient les signes avant-coureurs de la venue du Seigneur.

3. La connaissance par Dieu seul du jour de la Fin est déjà affirmée en Za 14, 7 '' Ce sera un jour unique – le Seigneur le connaît ''. L'ignorance du Fils peut poser un problème christologique. Mais en Mc elle se situe dans le cadre d'un raisonnement a fortiori : si le Fils ignore la date, à plus forte raison les disciples ! Il n'y a donc pas lieu de spéculer sur celle-ci.

4. L'ignorance de cette date débouche sur un triple appel à la vigilance. Cela confirme le caractère parénétique du discours de Jésus qui concerne le temps d'après la Passion et la Résurrection et répète le mot '' veillez ! ''. Il s’agit de veiller parce que l’on ignore le moment de la Parousie ; et, parce qu’on l’ignore, on se tient sur ses gardes et on attend, non pas passivement mais de façon active.

© Philippe Léonard, SBEV / Éd. du Cerf, Cahier Évangile n° 133 (septembre 2005) "Evangile de Jésus Christ selon saint Marc",  p. 59-60.
 
Mc 13,1-37
1Comme Jésus s'en allait du temple, un de ses disciples lui dit : « Maître, regarde : quelles pierres, quelles constructions ! »
2Jésus lui dit : « Tu vois ces grandes constructions ! Il ne restera pas pierre sur pierre  ; tout sera détruit. »
3Comme il était assis au mont des Oliviers en face du temple, Pierre, Jacques, Jean et André, à l'écart, lui demandaient :
4« Dis-nous quand cela arrivera et quel sera le signe que tout cela va finir. »
5Jésus se mit à leur dire : « Prenez garde que personne ne vous égare.
6Beaucoup viendront en prenant mon nom  ; ils diront : "C'est moi", et ils égareront bien des gens.
7Quand vous entendrez parler de guerres et de rumeurs de guerres, ne vous alarmez pas : il faut que cela arrive, mais ce ne sera pas encore la fin.
8On se dressera en effet nation contre nation, et royaume contre royaume ; il y aura en divers endroits des tremblements de terre, il y aura des famines ; ce sera le commencement des douleurs de l'enfantement.
9Soyez sur vos gardes. On vous livrera aux tribunaux et aux synagogues, vous serez roués de coups, vous comparaîtrez devant des gouverneurs et des rois à cause de moi : ils auront là un témoignage.
10Car il faut d'abord que l'Evangile soit proclamé à toutes les nations.
11Quand on vous conduira pour vous livrer, ne soyez pas inquiets à l'avance de ce que vous direz ; mais ce qui vous sera donné à cette heure-là, dites-le ; car ce n'est pas vous qui parlerez, mais l'Esprit Saint.
12Le frère livrera son frère à la mort, et le père son enfant ; les enfants se dresseront contre leurs parents et les feront condamner à mort.
13Vous serez haïs de tous à cause de mon nom. Mais celui qui tiendra jusqu'à la fin, celui-là sera sauvé.
14« Quand vous verrez l' Abominable Dévastateur installé là où il ne faut pas - que le lecteur comprenne ! -, alors, ceux qui seront en Judée, qu'ils fuient dans les montagnes ;
15celui qui sera sur la terrasse, qu'il ne descende pas, qu'il n'entre pas dans sa maison pour en emporter quelque chose ;
16celui qui sera au champ, qu'il ne retourne pas en arrière pour prendre son manteau !
17Malheureuses celles qui seront enceintes et celles qui allaiteront en ces jours-là !
18Priez pour que cela n'arrive pas en hiver.
19Car ces jours-là seront des jours de détresse comme il n'y en a pas eu de pareille depuis le commencement du monde que Dieu a créé jusqu'à maintenant, et comme il n'y en aura plus.
20Et si le Seigneur n'avait pas abrégé ces jours, personne n'aurait la vie sauve ; mais à cause des élus, qu'il a choisis, il a abrégé ces jours.
21Alors, si quelqu'un vous dit : "Vois, le Messie est ici ! Vois, il est là !", ne le croyez pas.
22De faux messies et de faux prophètes se lèveront et feront des signes et des prodiges pour égarer, si possible, même les élus.
23Vous donc, prenez garde, je vous ai prévenus de tout.
24« Mais en ces jours-là, après cette détresse, le soleil s'obscurcira, la lune ne brillera plus,
25les étoiles se mettront à tomber du ciel et les puissances qui sont dans les cieux seront ébranlées.
26Alors on verra le Fils de l'homme venir, entouré de nuées, dans la plénitude de la puissance et dans la gloire.
27Alors il enverra les anges et, des quatre vents, de l'extrémité de la terre à l'extrémité du ciel, il rassemblera ses élus.
28« Comprenez cette comparaison empruntée au figuier  : dès que ses rameaux deviennent tendres et que poussent ses feuilles, vous reconnaissez que l'été est proche.
29De même, vous aussi, quand vous verrez cela arriver, sachez que le Fils de l'homme est proche, qu'il est à vos portes.
30En vérité, je vous le déclare, cette génération ne passera pas que tout cela n'arrive.
31Le ciel et la terre passeront, mes paroles ne passeront pas.
32Mais ce jour ou cette heure, nul ne les connaît, ni les anges du ciel, ni le Fils, personne sinon le Père.
33« Prenez garde, restez éveillés, car vous ne savez pas quand ce sera le moment.
34C'est comme un homme qui part en voyage  : il a laissé sa maison, confié à ses serviteurs l'autorité, à chacun sa tâche, et il a donné au portier l'ordre de veiller.
35Veillez donc, car vous ne savez pas quand le maître de la maison va venir, le soir ou au milieu de la nuit, au chant du coq ou le matin,
36de peur qu'il n'arrive à l'improviste et ne vous trouve en train de dormir.
37Ce que je vous dis, je le dis à tous : veillez. »
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org