64
Conversion
509
Paul (Saint)
8
Debergé Pierre
Paul, une vie donnée
Gros plan sur
 
Approfondir
 
Paul a fait, comme nul autre, l'expérience de la grâce de Dieu...
 

Il ne fait aucun doute que la rencontre du Christ sur la route de Damas a bouleversé la vie de Paul. À travers le Christ qu'il persécutait, et qui s'offrait à lui, Paul a découvert, en effet, le vrai visage du Dieu qu'il avait toujours cherché. En se reconnaissant aimé et sauvé par celui-là même qu'il persécutait, il a fait, comme nul autre, l'expérience de la grâce de Dieu.

De cette expérience découleront l'attachement de Paul à la personne du Christ et un changement radical de vie. Lui, le pharisien zélé et persécuteur de la foi chrétienne, il abandonnera ses certitudes et ses quêtes passées pour saisir Celui qui l'a un jour saisi : Jésus le Christ. Car rien d'autre ne comptera plus désormais pour lui (cf. Ph 3,8-9). Parce qu'il a été rejoint sur sa route par l'amour rédempteur de Dieu (Ga 2,20), il a découvert que tout ce qu'il considérait jusqu'alors comme des avantages (naissance dans le peuple de la promesse, appartenance au courant pharisien, connaissance et observances des préceptes de la Loi, etc ), tout cela n'était rien au regard de la connaissance de Jésus-Christ mort et ressuscité. Alors qu'il courait après un salut incertain, à la mesure de ses efforts et de son orgueil, il a compris que la Loi de Moïse ne pouvait plus être la référence première de son existence. Il a aussi compris que Dieu, en ressuscitant Jésus, avait eu raison de l'usage que l'on faisait de la Loi. Bref, le Dieu dont il a fait l'expérience sur le chemin de Damas n'est plus le Dieu de la Loi, mais le Dieu du Crucifié.

Ce renversement de l'image de Dieu éclaire la compréhension que Paul aura désormais de la croix comme un des lieux majeurs de la Révélation divine (1 Co 1,18-31). A la lumière de la croix, Paul saisira, en effet, que la toute-puissance de Dieu se donne à voir dans la fragilité la plus extrême. Mieux, il comprendra que, loin d'être tyrannique et solitaire, Dieu se fait solidaire de chaque être humain, en l'accueillant et en l'aimant pour lui-même, indépendamment de ses mérites ou de son péché, de son appartenance ethnique ou de son sexe, de son rôle dans la société ou dans la communauté religieuse.

Comme nous le verrons, située au cœur de l'Évangile proclamé Paul, cette découverte peut expliquer le fait que Paul se soit efforcé de mener ensemble travail missionnaire et travail manuel, ainsi que la manière dont il affrontera les échecs et les épreuves liés à son apostolat.

Renversé sur le chemin de Damas
De tous les événements de sa vie mouvementée, Paul ne retiendra comme fondamental que celui de sa rencontre avec le Christ sur le chemin de Damas.

Sur les circonstances précises de cette rencontre avec le Christ, Paul, à la différence de Luc (cf. Ac 9, 22 et 26), est très discret. Il évoque en 1 Co 15,8-10 une apparition personnelle du Ressuscité, mais il n’en fait le récit que dans la seule lettre aux Galates. Paul envoie cette lettre vers l'an 56 ou 57. Il vient d'apprendre que les Galates, peuplade d’Asie Mineure, ont délaissé l'Évangile qu'il leur avait annoncé et qu'ils sont retournés à leurs pratiques passées. Pire, poussés par des judaïsants, ils semblent mettre en cause son autorité apostolique. Devant la gravité da la situation, Paul écrit. Il raconte comment, sur le chemin de Damas, de pharisien-persécuteur de l'Église, il est devenu apôtre du Christ : '' Vous avez entendu parler de mon Comportement naguère dans le judaïsme, avec quelle frénésie, je persécutais l'Église de Dieu, surpassant la plupart de ceux de mon âge et de ma race par mon zèle débordant pour les traditions de mes pères. Mais, lorsque Celui qui m'a mis à part depuis le sein de ma mère et m'a appelé par sa grâce, a jugé bon de révéler en moi son Fils afin que je l'annonce parmi les païens, aussitôt, loin de reCourir à aucun Conseil humain ou de monter à Jérusalem auprès de ceux qui étaient apôtres avant moi, je suis parti pour l'Arabie… '' (Ga 1,13-17).

'' Il a jugé bon de révéler en moi son Fils ''
Un mot est à souligner : révéler. Plus que celui de conversion, il résume bien la nature profonde de la rencontre de Paul avec le Christ : c'est une révélation émanant du libre choix de Dieu. Pour lui, ''Dieu a ôté le voile qui l'empêchait de voir sa gloire sur le visage du Christ Jésus'' (P.Bony). Il lui a donné de comprendre que celui qu'il persécutait n'était pas, comme il le croyait, maudit de Dieu, mais qu'il était son Fils, un Fils parfaitement obéissant qu'il a élevé au rang de Seigneur de l'univers (Ph 2,8-11).

En rencontrant le Christ sur le chemin de Damas, Paul s'est vu révéler le sens profond de la croix comme lieu de l'amour extrême de Dieu et manifestation de sa toute-puissance. Dans cette rencontre avec Celui qui ''l'avait aimé et s'était livré pour lui'' (Ga 2,20), il a compris que la Loi de Moïse ne pouvait pas lui donner le salut auquel il aspirait de toute son énergie. Il a pris conscience de la vacuité de tout ce qu'il recherchait jusqu'alors : '' Toutes ces choses qui étaient pour moi des gains, je les ai considérées comme une perte à cause du Christ.'' (Ph 3,7). Enfin, parce qu'il lui a été révélé que la Passion était l'expression parfaite de l'amour du Christ pour son Père et pour l'humanité, c'est en elle qu'il a décidé de ne jamais cesser de le chercher : '' J'ai décidé de ne rien savoir parmi vous sinon Jésus Christ et Jésus Christ crucifié '' (1 Co 2,2 cf. Ga 2,20).

'' Afin que je l'annonce parmi les païens ''
À la grâce de la révélation sur le chemin de Damas s'en ajoute une seconde : celle de l' annonce. Paul lui-même le reconnaît : par sa grâce, Dieu l'a mis à part dès le sein de sa mère pour l'envoyer annoncer son Fils (Ga 1,16). S'il est devenu croyant et apôtre, Paul le doit donc à la pure et gratuite initiative de Dieu qui lui a révélé son Fils et l'a appelé à témoigner, lui, l’'' avorton '' (1 Co 15,8). La mission qui lui a été confiée n'est liée ni à sa décision personnelle, ni à une quelconque initiative humaine, et encore moins à sa formation ou à son comportement. Elle est un don gratuit de Dieu. De ce don, Paul ne cessera de s'émerveiller : '' Car je suis le plus petit des apôtres, moi qui ne suis pas digne d'être appelé apôtre, parce que j'ai persécuté l'Église de Dieu. Mais ce que je suis, je le dois à la grâce de Dieu, et sa grâce à mon égard n'a pas été vaine. Au contraire, j'ai travaillé plus qu'eux tous : non pas moi, mais la grâce de Dieu qui est avec moi '' (1 Co 15,9-10).

Une fois encore, il faut noter l'insistance de Paul sur la grâce, trois fois nommée dans ces deux versets. Car cette expérience fondatrice de la grâce divine totalement imméritée est à l'origine de la manière dont Paul percevra son ministère apostolique : il est un don de Dieu dans lequel la puissance divine – celle-là même qui avait ressuscité Jésus-Christ – s'est déployée, lui communiquant une force qui le rend désormais capable de toutes les audaces. Toute sa vie, Paul sera traversé par cette tension entre la grandeur de la mission qui lui a été confiée et sa faiblesse qu'il ne cesse d'expérimenter, entre le trésor précieux qu'il a reçu et le '' vase d'argile '' qu'il est (2 Co 4,7).

Cette tension, comme il l'écrira souvent, lui évitera de s'enorgueillir. Elle le conduira à creuser le mystère de la puissance de Dieu qui donne toute sa mesure dans la faiblesse reconnue de ses ministres : '' Mais il m'a déclaré : 'Ma grâce te suffit ; ma puissance donne toute sa mesure dans la faiblesse'. Aussi mettrai-je mon orgueil bien plus dans mes faiblesses, afin que repose sur moi la puissance du Christ '' (2 Co 12,9).


© Pierre Debergé, SBEV / Éd. du Cerf, Cahier Évangile n° 126 (décembre 2003), "Paul, le pasteur" (p. 8-10)

 

 
Ga 1,13-17
13Car vous avez entendu parler de mon comportement naguère dans le judaïsme  : avec quelle frénésie je persécutais l'Eglise de Dieu et je cherchais à la détruire ;
14je faisais des progrès dans le judaïsme, surpassant la plupart de ceux de mon âge et de ma race par mon zèle débordant pour les traditions de mes pères.
15Mais, lorsque celui qui m'a mis à part depuis le sein de ma mère et m'a appelé par sa grâce a jugé bon
16de révéler en moi son Fils afin que je l'annonce parmi les païens, aussitôt, loin de recourir à aucun conseil humain
17ou de monter à Jérusalem auprès de ceux qui étaient apôtres avant moi, je suis parti pour l'Arabie, puis je suis revenu à Damas.
1 Co 15,9-10
Ga 1,13-17
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org