216
Baptême de Jésus
3
Billon Gérard
Le baptême de Jésus dans l'évangile de Luc
Gros plan sur
 
Commencer
 
Luc a placé l'épisode du baptême à un moment charnière de son récit.
 

Dès son adresse à Théophile, Luc affirme : après ''s'être soigneusement informé de tout à partir des origines'', il lui a paru bon d'écrire ''un récit ordonné'' (Lc 1,3). Il a ainsi placé l'épisode du baptême à un moment charnière.

Le ''récit ordonné'' de Luc comporte trois grandes parties : Jésus en Galilée (4,14-9,50), Jésus en chemin vers Jérusalem (9,51-19,28), Jésus face à sa mort (19,29-24,46). Le tout est précédé d'une longue introduction (1,1-4,13) et suivi d'un épilogue (24,47-53).

L'aujourd'hui du salut


Contrairement à l'introduction de Marc qui est brève (quelques versets sur Jean le Baptiste et le baptême de Jésus, cf. Mc 1,1-14), celle de Luc comporte plusieurs épisodes. Les thèmes principaux de l'Évangile y sont orchestrés, en particulier ''l'aujourd'hui du salut'' pour les pauvres et les païens. Par une série de motifs tirés des livres de la Loi et des Prophètes, il se place dans la droite ligne de la révélation de Dieu à Israël. Et c'est avec raison que l'on peut parler d'une sorte de ''prélude'' évangélique. Ce prélude entremêle les destinées de Jean Baptiste et de Jésus : annonciations et naissances y sont rythmées par divers cantiques. Le lecteur sait vite que Jean sera prophète et Jésus, l'héritier de David et la lumière des nations. De plus, c'est dans le Temple que Jésus adolescent prononce ses premières paroles souveraines : ''Il me faut être chez mon Père…''

Le prélude ne s'arrête pas à l'enfance des héros. Il se poursuit par la prédication de Jean. Celui-ci fait une différence entre le temps du baptême d'eau et celui, à venir, d'un baptême dans l'Esprit Saint et le feu. Curieusement Luc ne dit rien de la rencontre entre Jean et Jésus. Mais parce que l'Esprit Saint descend après le baptême de Jésus, nous comprenons que nous sommes au début de l'ère nouvelle annoncée. Bien plus tard, dans le deuxième tome de son œuvre, Luc racontera une autre venue de l'Esprit, avec du feu : ce sera la Pentecôte (Ac 2,3).

Le chemin du Fils


Pour l'instant, nous sommes au ''début'' des temps nouveaux (cf. Lc 3,23). Luc déroule alors la généalogie de Jésus. Le mot fils résonne 77 fois jusqu'au point d'orgue final : fils d'Adam, fils de Dieu. L'identité de Jésus, révélée auparavant de façon progressive à Marie (annonciation), aux bergers (naissance) puis à tout le peuple (baptême), traverse ici l'histoire d'Israël.

''Engendré'' par le Père, conduit par l'Esprit, Jésus va nous montrer le chemin de l'amour filial. Le prélude évangélique se termine symboliquement par le récit des tentations (4,1-13). Placé au cœur des épreuves qui ont marqué le séjour des ancêtres au désert après le passage de la mer Rouge (épreuves concernant le pain, le vrai culte ou la présence divine), Jésus répond comme le peuple aurait du le faire. Il triomphe du mal, ce mal qu'il n'aura de cesse de combattre jusqu'à la Croix.


© SBEV. Gérard Billon.

 
Lc 3,21-22
21Or comme tout le peuple était baptisé, Jésus, baptisé lui aussi, priait  ; alors le ciel s'ouvrit ;
22l'Esprit Saint descendit sur Jésus sous une apparence corporelle, comme une colombe, et une voix vint du ciel : «  Tu es mon fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré. »
Lc 3,21-22
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org