463
Evangiles
386
Synoptique
10
Autané Maurice
Les évangiles ''synoptiques''
Gros plan sur
 
Commencer
 
http://www.enluminures.culture.fr : Tables de concordance de ...
Les ''évangiles synoptiques'' peuvent être lus en parallèles.
 

Nous nous attarderons ici sur une caractéristique qui surprend toujours : les récits de Matthieu, Marc et Luc se ressemblent et divergent. Pourquoi ? Lequel est le plus ''authentique'' ? Peut-on, à partir des trois versions, retrouver ce qui s’est passé ? Prenons l'exemple du baptême de Jésus.

REF:229 :  Commencer par lire le(s) texte(s)

Matthieu, Marc et Luc sont appelés ''évangiles synoptiques'' car ils présentent de telles convergences tant sur la forme que sur le fond qu’ils peuvent être édités en trois colonnes parallèles (synoptique, en grec, signifie, ''d’un seul regard''), ce qui n'est pas le cas du Quatrième Évangile.

3 versions, 1 événement
Des trois versions, le récit le plus ancien est sans doute celui de Marc. Certains pensent que Matthieu et Luc avaient plusieurs sources lorsqu'ils ont écrit leurs évangiles : d'une part le texte de Marc et d'autre part un recueil appelé ''logia'' – ''paroles'' en grec – car on y trouve nombre de discours et de paraboles de Jésus que Marc ignore. De plus, chacun a pu avoir une documentation particulière (ex. Luc rapporte la parabole de l'enfant perdu et Matthieu, celle du jugement dernier).

Concernant le baptême, repérons ce que Matthieu et Luc ont repris ou retranché à Marc : à première vue, le texte de Luc est un peu plus court que celui de Marc et il diverge sur des détails ; quant à Matthieu, il ajoute deux versets qui insistent sur la réticence de Jean à baptiser Jésus.

La trame et les détails
Les trois versions convergent sur la trame de fond : lorsque Jésus est baptisé, le ciel (ou ''les cieux'') s’ouvre, l’Esprit descend sous l'apparence d'une colombe et une voix retentit qui établit Jésus comme ''Fils''.

Sur cette trame commune, que de différences ! Selon Mc et Mt, Jésus est concerné par les cieux ouverts, la descente de l’Esprit et la voix du ciel. Luc, par contre, mentionne la prière de Jésus, la présence du peuple et la descente de l’Esprit ''sous forme corporelle''. Pour lui il s’agit d’un événement visible par tout le peuple. Il cite également de façon précise le verset 7 du Psaume 2. Ce sont des détail, dira-t-on. Certes, mais ils sont importants. Joints au fait que les contextes sont différents, ils mettent un frein à la tentative de reconstitution historique.

On ne peut pas dire qu'il y a un évangile plus ''authentique'' qu'un autre. Chacun, dans son propre langage, cherche à comprendre le sens d'une expérience qui comporte une grande part d'indicible et qui eut lieu au début du ministère de Jésus. La comparaison synoptique nous fait bien sentir cette richesse du sens : Marc pose l'énigme Jésus, Matthieu montre la supériorité de Jésus sur Jean Baptiste et Luc souligne sa qualité royale authentifiée par Dieu.

 Et St Jean ?

Étrange ! Le 4e évangile ne raconte pas le baptême de Jésus. Jn 1,29-34 a cependant des points communs avec les synoptiques : présence du baptiseur et descente de l’Esprit. Jean Baptiste, qui dit avoir vu quelque chose, insiste sur l'Esprit qui descend et ''demeure'' sur Jésus. Il n'y a pas de voix céleste. La reconnaissance de l'identité est placée dans la bouche du Baptiste qui s'incline ainsi devant Jésus : ''Et moi, j’ai vu et j’atteste qu’il est lui, le Fils de Dieu.''

© SBEV. Maurice Autané



 
Jn 1,29-34
29Le lendemain, il voit Jésus qui vient vers lui et il dit : « Voici l'agneau de Dieu qui enlève le péché du monde.
30C'est de lui que j'ai dit : "Après moi vient un homme qui m'a devancé, parce que, avant moi, il était."
31Moi-même, je ne le connaissais pas, mais c'est en vue de sa manifestation à Israël que je suis venu baptiser dans l'eau. »
32Et Jean porta son témoignage en disant : « J'ai vu l'Esprit, tel une colombe, descendre du ciel et demeurer sur lui.
33Et je ne le connaissais pas, mais celui qui m'a envoyé baptiser dans l'eau, c'est lui qui m'a dit : "Celui sur lequel tu verras l'Esprit descendre et demeurer sur lui, c'est lui qui baptise dans l'Esprit Saint."
34Et moi j'ai vu et j'atteste qu'il est, lui, le Fils de Dieu. »
Lc 3, 21-22
21Or comme tout le peuple était baptisé, Jésus, baptisé lui aussi, priait  ; alors le ciel s'ouvrit ;
22l'Esprit Saint descendit sur Jésus sous une apparence corporelle, comme une colombe, et une voix vint du ciel : «  Tu es mon fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré. »
Mc 1, 9-11
9Or, en ces jours-là, Jésus vint de Nazareth en Galilée et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain.
10A l'instant où il remontait de l'eau, il vit les cieux se déchirer et l'Esprit, comme une colombe, descendre sur lui.
11Et des cieux vint une voix : « Tu es mon Fils bien-aimé, il m'a plu de te choisir. »
Mt 3,13-17
13Alors paraît Jésus, venu de Galilée jusqu'au Jourdain auprès de Jean, pour se faire baptiser par lui.
14Jean voulut s'y opposer : « C'est moi, disait-il, qui ai besoin d'être baptisé par toi, et c'est toi qui viens à moi ! »
15Mais Jésus lui répliqua : « Laisse faire maintenant : c'est ainsi qu'il nous convient d'accomplir toute justice. » Alors, il le laisse faire.
16Dès qu'il fut baptisé, Jésus sortit de l'eau. Voici que les cieux s'ouvrirent et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.
17Et voici qu'une voix venant des cieux disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qu'il m'a plu de choisir. »
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org