1335
Anges de Noël
461
Annonce aux bergers
2
Stricher Joseph
Les anges de Noël. Au fil du texte de Lc 2,8-21
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
http://www.artbible.net Adoration des bergers (detail) , Hu ...
Un Ange du Seigneur apparaît à des bergers. Tout s'éclaire d'une lumière venue d'en haut.
 

L'enfant, les bergers et les anges

Voici donc le récit de la naissance de Jésus. La naissance elle-même occupe peu de place dans le texte. Elle est évoquée en un seul verset : Marie accouche d'un bébé, l'emmaillote et le couche dans une mangeoire. C'est tout.

Extrême sobriété, pas un mot de trop. Rien de spectaculaire : une mère et son bébé. On aimerait en savoir un peu plus. Où sont les autres personnages ? Où est Joseph ? Que fait-il ? L'auteur ne s'y intéresse pas. Il est pressé de nous emmener ailleurs, là où se déroule l'essentiel de son récit.

La scène principale se passe en effet dans un lieu indéterminé, mais à quelque distance de l'endroit qui a vu naître Jésus. Comme dans un théâtre, la scène s'éclaire d'une lumière venue d'en haut.

L'ange du Seigneur

Un Ange du Seigneur apparaît à des bergers. L'apparition de l'Ange du Seigneur n'est pas une nouveauté dans la Bible. Tout se déroule en effet selon un schéma classique : l'Ange du Seigneur arrive subitement, sa venue suscite le trouble, le messager divin annonce la naissance d'un enfant et il donne un signe. Luc connaît bien la Bible et les interventions de l'Ange du Seigneur.

Dans l'évangile de Luc c'est la troisième apparition de l'Ange du Seigneur. Il s'est déjà adressé à Zacharie, dans le Temple de Jérusalem, et à Marie dans sa maison de Nazareth. Dans les deux cas il s'agissait de Gabriel celui qui, dans le livre de Daniel, annonçait la venue du temps du salut. Ici, l'Ange du Seigneur n'est pas nommé pas plus que les destinataires du message. Ce sont des bergers anonymes.

L'enfant est pour vous

Le récit comporte une nouveauté. Tout ne se déroule pas selon le schéma convenu. L'annonce de la naissance, cette fois-ci, n'est pas destinée à de futurs parents, mais à des tiers. "Il 'vous' est né", dit l'Ange. Dieu donne cet enfant aux bergers, mais également à tout un peuple qui sera comblé de joie à l'annonce de la bonne nouvelle.

L'enfant, par ailleurs, n'est plus à venir, il est déjà là : "Il vous est né aujourd'hui", dit l'Ange. Nous entendons pour la première fois ce mot si important dans l'évangile de Luc que nous retrouverons lors du baptême de Jésus, lors de sa prédication inaugurale à Nazareth, lors de sa visite à Zachée et sur la croix, adressée à un des deux bandits : le mot "aujourd'hui". Le temps du salut n'est plus à venir. Il est là, inauguré par la naissance de Jésus.

Les titres royaux

Le messager divin attribue maintenant l'enfant qui vient de naître une surabondance de titre royaux. Il est Christ, Seigneur et Sauveur.

Christ : c'est la traduction grecque du mot "Messie" qui désigne le roi attendu par le peuple juif issu de la descendance de David. Jésus justement est né dans le même village que David, à Béthléem.

Seigneur : autre terme royal utilisé pour désigner l'empereur. Mais c'est aussi le terme utilisé par la Bible grecque pour désigner Dieu.

Sauveur : encore un titre royal ou impérial. Les potentats de l'époque aimaient s'attribuer ce titre. Ils voulaient qu'on les appelle "bienfaiteurs" ou "sauveurs" de leur peuple. C'est également le mot que le livre des Juges emploie pour désigner les personnages providentiels que Dieu envoyait pour sauver son peuple en péril. C'est enfin un des mots qui désigne Dieu lui-même. Marie l'a employé dans son Magnificat : "Mon âme exalte le Seigneur et mon esprit s'est rempli d'allégresse à cause de Dieu, mon Sauveur."

Le hérault du roi

Dans le récit de Luc, l'Ange du Seigneur apparaît comme un hérault qui parcourt le royaume pour énumérer les titres d'un l'enfant royal destiné à monter sur le trône. Le texte n'indique pas le lieu où apparaît l'Ange. Il précise seulement que c'est "dans le même pays", celui de Marie et de Joseph, le descendant de David. Il s'adresse à la population du pays, qui attend un roi envoyé par Dieu. Ce roi vient de naître. Les bergers, qui font partie des basses classes de la société, sont les premiers à en être avertis. C'est normal, le roi vient plus particulièrement pour eux. Plus tard le Seigneur Jésus dira : "Heureux, vous les pauvres : le Royaume de Dieu est à vous." et également : "Je te loue, Père, Seigneur du ciel et de la terre, d'avoir caché cela aux sages et aux intelligents et de l'avoir révélé aux tout petits."

Une intrigue qui se noue

Le lecteur de l'évangile est intrigué par cette déclaration solennelle. Que signifient tous ces titres ? Comment l'enfant va-t-il régner ? À la manière de César Auguste et de son représentant Quirinius que le texte vient d'évoquer ? À la manière du roi David, ancêtre de Joseph ? Comment va-t-il monter sur le trône ?

D'une façon plus pratique, le lecteur se demande comment les bergers vont trouver l'enfant. L'Ange du Seigneur ne répond à aucune de ces questions, mais, comme dans tous les autres récits d'annonces de naissances, il donne un signe. Il parle d'un enfant couché dans une crèche. Le signe donné par l'Ange est ambigu. Il semble en totale contradiction avec le message qui vient d'être donné. Comment la pauvreté et la faiblesse de l'enfant peuvent-elles être des signes royaux ?

Placé au début de l'évangile, ce message angélique joue un grand rôle. Il intrigue et invite à lire la suite du texte. Quelle va être la destinée de cet enfant royal couché dans une mangeoire ? La lecture de l'évangile, et plus particulièrement le récit de la longue marche de Jésus vers Jérusalem permettra petit à petit de comprendre le paradoxe. Mais le sens ultime de la royauté de Jésus ne pourra être comprise qu'après sa mort et sa résurrection.

Le choeur de l'armée céleste

Le récit continue avec l'arrivée d'un groupe nombreux qui occupe tout l'espace : l'armée céleste . Son rôle est semblable à celui d'un choeur dans un théâtre antique qui intervient à la fin d'une scène pour en tirer la leçon. L'armée céleste chante la louange de Dieu et la paix pour "les hommes de bienveillance". Nouvelle expression ambiguë. De quelle bienveillance s'agit-il ? De celle des hommes ou de celle de Dieu ? S'agit-il des hommes de bonne volonté (selon les traductions anciennes) ou des hommes objets de la bonne volonté de Dieu (selon les traductions récentes) ? Pour formuler les choses différemment : Qu'est-ce qui est premier : la bonne disposition du coeur des hommes pour accueillir le salut de Dieu ou l'amour gratuit de Dieu pour les hommes ? Autres questions : de quels hommes s'agit-il ? Du peuple élu, objet de la promesse ou de tous les hommes de la terre ? Et enfin : en quoi consiste cette paix ? Est-elle intérieure ou extérieure, pour aujourd'hui ou pour demain ?

La suite de l'évangile apportera progressivement des réponses à ces questions. Comme le message de l'Ange du Seigneur, le chant de l'armée céleste s'adresse au lecteur pour susciter son intérêt. Il formule les questions essentielles, celles que la communauté chrétienne des origines se pose, celles qui continuent à se poser à notre foi.

Les nouveaux "anges"

Quand les anges sont partis, les bergers, qui jusqu'à présent semblaient figés comme des santons, s'animent à leur tour. Ils s'encouragent mutuellement et vont voir ce qui vient de s'accomplir. Ils y vont en hâte et annoncent ce qui leur a été révélé. Ceux qui les entendent sont étonnés. Nous retrouverons ce même étonnement chez Pierre, à la fin de l'évangile, quand, au matin de Pâque, les femmes lui transmettront le message des anges.

Les bergers maintenant s'en retournent pleins de joie. Ils ont pu constater que les paroles de Dieu se réalisaient. Ils sont devenus des "anges" à leur tour, c'est-à-dire des messagers et des célébrants. Comme l'Ange du Seigneur, ils ont annoncé un message de bonheur. Comme l'armée céleste, ils chantent maintenant les louanges de Dieu. Ils préfigurent le rôle de la communauté chrétienne chargée d'annoncer à tous les hommes la bienveillance de Dieu qui s'exerce par le Seigneur Jésus, notre seul Sauveur.

© Joseph STRICHER

 > Pour en savoir plus REF:519 Jésus selon St Luc

 
Lc 2,8-21
8Il y avait dans le même pays des bergers qui vivaient aux champs et montaient la garde pendant la nuit auprès de leur troupeau.
9Un ange du Seigneur se présenta devant eux, la gloire du Seigneur les enveloppa de lumière et ils furent saisis d'une grande crainte.
10L'ange leur dit : « Soyez sans crainte, car voici, je viens vous annoncer une bonne nouvelle, qui sera une grande joie pour tout le peuple :
11Il vous est né aujourd'hui, dans la ville de David, un Sauveur qui est le Christ Seigneur ;
12et voici le signe qui vous est donné : vous trouverez un nouveau-né emmailloté et couché dans une mangeoire. »
13Tout à coup il y eut avec l'ange l'armée céleste en masse qui chantait les louanges de Dieu et disait :
14« Gloire à Dieu au plus haut des cieux et sur la terre paix pour ses bien-aimés. »
15Or, quand les anges les eurent quittés pour le ciel, les bergers se dirent entre eux : « Allons donc jusqu'à Bethléem et voyons ce qui est arrivé, ce que le Seigneur nous a fait connaître. »
16Ils y allèrent en hâte et trouvèrent Marie, Joseph et le nouveau-né couché dans la mangeoire.
17Après avoir vu, ils firent connaître ce qui leur avait été dit au sujet de cet enfant.
18Et tous ceux qui les entendirent furent étonnés de ce que leur disaient les bergers.
19Quant à Marie, elle retenait tous ces événements en en cherchant le sens.
20Puis les bergers s'en retournèrent, chantant la gloire et les louanges de Dieu pour tout ce qu'ils avaient entendu et vu, en accord avec ce qui leur avait été annoncé.
21Huit jours plus tard, quand vint le moment de circoncire l'enfant, on l'appela du nom de Jésus, comme l'ange l'avait appelé avant sa conception.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org