531
Actes des Apôtres
18
Marchadour Alain
Un congrès sur le livre des Actes
Gros plan sur
 
Commencer
 
Compte-rendu du Congrès de l'ACFEB 2003
 
180 biblistes, membres de l’ACFEB (Association Catholique Française pour l'Etude de la Bible) ou animateurs bibliques, se sont réunis en congrès à Angers du 25 au 29 août dernier. Le sujet concernait le livre des Actes et les nombreux débats critiques qui lui sont liés, comme son historicité ou sa théologie.

La valeur historique des Actes, longtemps contestée, est aujourd’hui l’objet d’une réévaluation grâce à une meilleure connaissance de la littérature et de l’univers culturel gréco-romain. Les thèmes du voyage en mer vers des contrées éloignées, de l’indigène accueillant (Malte), le récit de naufrage, les contacts avec la mythologie, le rôle de personnages forts (Pierre, Paul) sont des motifs fréquents dans les récits antiques. Les récits de Luc apparaissent comme une production bien de leur temps, en même temps que profondément originale.

La voix du narrateur
Inévitablement a surgi la question des différences entre le Paul des Actes et celui des lettres. Sont-ils aussi opposés que la critique l’a répété depuis plus de cent ans ? On a pu noter sur ce point un déplacement significatif de la recherche. Le Paul de Luc est un juif, et il le reste. Mais il a été touché par la "divine surprise de la résurrection " (Marguerat). Cela se donne à voir dans le livre à travers l’universalité du salut, le pardon reçu par la foi en Christ ressuscité. Sans avoir la radicalité des lettres, cela consonne bien avec les lettres aux Romains et aux Galates. D’un côté, il y a la voix narrative des Actes qui racontent sans expliquer, et de l'autre, les lettres où l’argumentation est développée. Que Luc ait connu les lettres de Paul reste sujet à débat.

Le rôle du lecteur
Des désaccords demeurent sur le sens du livre. Œuvre destinée vraisemblablement à un public cultivé (comme les romans grecs de l’époque), le livre laisse largement la place aux lecteurs et à leurs interprétations opposées. Quelle est la version première entre les deux traditions textuelles, assez divergentes ? Quel en est le personnage principal : Paul et Pierre ou bien l’Esprit, ou la Parole ou encore la communauté ? Est-ce une œuvre sensible à la continuité avec les racines juives de la foi ou au contraire annonce-t-elle le passage définitif de l’Alliance aux Nations ? Comme toutes les grandes oeuvres, les Actes sont ouverts sur le pluriel des interprétations. Objet d’approches interdisciplinaires que la publication prochaine des textes donnera à voir, ces études universitaires ne sont pas réservées aux élites. Carlos Mesters, connu pour son rôle dans les communautés de base au Brésil nous l’a dit avec humour: Les pauvres des communautés de base se nourrissent des récits des Actes en se hissant au sommet des branches vives de l’arbre, mais ils ont besoin de se relier aux racines sur lesquelles travaillent les exégètes.


© SBEV. Alain Marchadour

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org