177
Amour
131
Justice
140
Sainteté
11
Carrière Jean-Marie
Vers la sainteté. Commentaire de Lévitique 19,1-37
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
http://www.artbible.net : La Sainteté par Cornelis Monsma ...
Que signifie " être saint" ? imiter le Seigneur? Suivre le Seigneur ?
 

 Le livre du Lévitique s'attache à décrire rituels et interdits. Or, dans une page superbe du chapitre 19, les domaines concrets de la vie et les relations les plus quotidiennes sont regardées saintement par Dieu lui-même. Qu'est-ce donc que la sainteté ?

"Soyez saints, car moi, le Seigneur, je suis saint". La première phrase du texte est construite sur un impératif : "soyez saints", et sur le motif de cet appel : "car moi, le Seigneur, je suis saint". Le commandement à vivre la sainteté dans nos vies ne tombe pas brutalement d'en haut : le pourquoi de l'appel est explicité.

Sainteté
Comment comprendre le rapport entre l'invitation à la sainteté et le motif de la sainteté de Dieu ? S'agit-il d'être saint comme Dieu est saint ? Il faudra alors savoir en quoi et comment Dieu est saint et l'appel devient une invitation à l'imiter (de la même manière que Jésus invitait ses disciples à se comporter selon son exemple).

Ou bien s'agit-il d'être saint parce que Dieu est saint ? Sa manière d'être et de faire fonde alors notre manière d'être et d'agir : la sainteté de Dieu est la condition de notre propre sainteté. L'un et l'autre cas sont possibles sans doute et on comprend mieux le caractère dynamique de l'affirmation du début de la Bible, si souvent reprise ensuite : l'homme est à l'image de Dieu. Être à l'image de Dieu, c'est apprendre à être un saint comme lui-même est saint.

Un refrain scande le texte : "Je suis le Seigneur votre Dieu", parfois raccourci en "Je suis le Seigneur". Toutes les trois ou quatre lignes, Dieu se présente à nouveau et donne son nom. Comme si, au milieu de ce qu'il a à nous dire, il lui fallait constamment nous rappeler son identité. Pourquoi ? Sans doute parce que chacune des choses très concrètes qu'il nous dit ne peut être comprise qu'en rapport étroit avec lui qui nous parle. Chacune des indications précises qui forment le chemin de la sainteté prend sens en étant reliée à la sainteté de Dieu. Pas question, alors, de nous laisser enfermer dans une obligation ou une règle à suivre pour atteindre la sainteté : obéir au conseil ou à l'interdiction énoncée porte fruit dans notre vie si nous ne perdons pas de vue que celui qui nous y invite est lui-même saint. c'est sa sainteté à lui que nous visons dans le concret de nos vies.

Liberté
Le Seigneur est saint : en sa forme raccourcie, le refrain ne cesse de faire écho à la première phrase du texte. Or, une surprise nous attend à la fin ; le refrain se déploie : "Je suis le Seigneur votre Dieu qui vous ai fait sortir du pays d'Égypte". Qui est notre Dieu ? Il est celui qui nous a libérés de l'esclavage de l'Égypte, celui qui nous veut libres. Il est celui qui a agi pour nous et nous a tirés de l'oppression. Voilà qui nous permet de comprendre la sainteté de Dieu : le Seigneur est saint en ce qu'il est celui qui accorde ses paroles et ses actes, qui tient ses promesses et se montre juste pour nous. Parce qu'il nous aime. Autre chose: la dernière phrase du texte est celle qui ouvre le Décalogue (cf. Dt 5,6). Le texte de Lv 19 se révèle être une sorte de décalogue, c'est-à-dire un appel avec des commandements, paroles d'un Dieu saint, créateur de liberté.

Respect et amour
Les deux premiers commandements du texte (v.3) reprennent, en raccourci, les deux commandement centraux du Décalogue : le respect des parents et le respect du sabbat. Le chemin de la sainteté commence par le respect, en particulier le respect de ceux qui nous ont donné la vie : nos parents et Dieu lui-même (c'est le sens du sabbat). Cet appel au respect est premier, et on le retrouve plus loin dans le texte à propose des muets et des aveugles (v.14) ou encore des vieillards (v.32).

Premier pas vers la sainteté, le respect se traduit ensuite concrètement dans la pratique de la justice et de l'amour. Point de fraude envers ceux qui sont proches, point d'exploitation du prochain de quelque manière que ce soit : quant au salaire à verser (v.13) quant à la pratique juge (v.15) quant à la relation à l'étranger (v.33). Il est important de noter les personnes dont se soucient les commandements pour la pratique de la justice : le prochain, les handicapés, le pauvre, l'ouvrier, les jeunes filles, l'étranger. L'attention de Dieu pour ces personnes est aussi une marque de sa sainteté, et, par là, le test de notre réponse à l'appel à la sainteté. Quelles sont les personnes qui, aujourd'hui, sont l'objet du souci de Dieu, et dont nous sommes invités à nous rendre proches ?

De plus, pas de justice sans amour, et pas d'amour sans justice. Pas de diffamation, de haine ou de colère, pas de vengeance ou de mépris : par deux fois, le texte rend concrète la sainteté de notre vie en nous invitant à l'amour, celui du prochain (v. 18) et celui de l'étranger (v.34). Jésus, on le sait, a considéré ce commandement comme majeur (cf. Mc 12,28-31).

Si l'appel à la sainteté se déploie ici selon des indications précises, leur formulation négative ("vous ne ferez pas ceci ou cela...") a pour but de poser des bornes à ne pas franchir. Mais l'invitation "soyez saints" ne se réduit pas à ces quelques repères. Vivre le respect avant tout, pratiquer la justice et aimer mobilisent toute notre vie, sollicitent un initiative constante et une responsabilité personnelle et collective. Il s'agit d'être saint comme le Seigneur est saint : invitation à mieux connaître par la prière et l'écoute, ce Dieu de liberté, si sensible au concret des relations.


© SBEV. Jean-Marie Carrière.

 
Lv 19,1-37
1Le SEIGNEUR adressa la parole à Moïse :
2« Parle à toute la communauté des fils d'Israël ; tu leur diras : Soyez saints, car je suis saint, moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
3Chacun de vous doit craindre sa mère et son père, et observer mes sabbats. C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
4Ne vous tournez pas vers les faux dieux, ne vous fabriquez pas des dieux en forme de statue. C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
5Quand vous immolez au SEIGNEUR un sacrifice de paix, faites-le de manière à être agréés :
6On le mange le jour du sacrifice et le lendemain ; ce qu'il en resterait le troisième jour serait brûlé ;
7si l'on en mangeait quand même le troisième jour, ce serait de la viande avariée, on ne saurait être agréé ;
8celui qui en mangerait porterait le poids d'une faute pour avoir profané ce qui est consacré au SEIGNEUR  ; et celui-là serait retranché de sa parenté.
9Quand vous moissonnerez vos terres, tu ne moissonneras pas ton champ jusqu'au bord et tu ne ramasseras pas la glanure de ta moisson ;
10tu ne grappilleras pas non plus ta vigne et tu n'y ramasseras pas les fruits tombés  ; tu les abandonneras au pauvre et à l'émigré. C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
11Ne commettez pas de rapt, ne mentez pas, n'agissez pas avec fausseté, au détriment d'un compatriote.
12Ne prononcez pas de faux serment sous le couvert de mon nom  : tu profanerais le nom de ton Dieu. C'est moi, le SEIGNEUR.
13N'exploite pas ton prochain et ne le vole pas ; la paye d'un salarié ne doit pas rester entre tes mains jusqu'au lendemain  ;
14n'insulte pas un sourd et ne mets pas d'obstacle devant un aveugle  ; c'est ainsi que tu auras la crainte de ton Dieu. C'est moi, le SEIGNEUR.
15Ne commettez pas d'injustice dans les jugements : n'avantage pas le faible et ne favorise pas le grand, mais juge avec justice ton compatriote ;
16ne te montre pas calomniateur de ta parenté et ne porte pas une accusation qui fasse verser le sang de ton prochain. C'est moi, le SEIGNEUR.
17N'aie aucune pensée de haine contre ton frère, mais n'hésite pas à réprimander ton compatriote pour ne pas te charger d'un péché à son égard ;
18ne te venge pas et ne sois pas rancunier à l'égard des fils de ton peuple : c'est ainsi que tu aimeras ton prochain comme toi-même. C'est moi, le SEIGNEUR.
19Gardez mes lois : n'accouple pas deux espèces différentes de ton bétail ; ne sème pas dans ton champ deux semences différentes ; ne porte pas de vêtement en étoffe hybride, tissée de deux fibres différentes.
20Si un homme a des relations sexuelles avec une femme et qu'il s'agisse d'une servante réservée à quelqu'un, mais ni rachetée ni affranchie, cela donne lieu à une indemnisation  ; ils ne sont pas mis à mort, car elle n'était pas affranchie ;
21l'homme amène un bélier à l'entrée de la tente de la rencontre, en sacrifice de réparation pour le SEIGNEUR  ;
22quand, au moyen du bélier de réparation, le prêtre a fait sur lui devant le SEIGNEUR le rite d'absolution du péché qu'il a commis, ce péché lui est pardonné.
23Quand vous serez entrés dans le Pays et que vous aurez planté n'importe quel arbre fruitier, vous tiendrez son fruit pour quelque chose d'incirconcis  ; pendant trois ans il sera incirconcis pour vous, on n'en mangera pas ;
24la quatrième année, tout son fruit sera consacré au SEIGNEUR dans une fête de louanges  ;
25la cinquième année, vous en mangerez ; c'est ainsi que votre récolte ira en augmentant. C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
26Ne mangez rien au-dessus du sang ; ne pratiquez ni magie, ni incantation  ;
27ne taillez pas en rond le bord de votre chevelure, et ne supprime pas ta barbe sur les côtés  ;
28ne vous faites pas d'incisions sur le corps à cause d'un défunt et ne vous faites pas dessiner de tatouage. C'est moi, le SEIGNEUR.
29Ne déshonore pas ta fille en la prostituant, de peur que le pays ne se prostitue et qu'il ne se remplisse d'impudicité  ;
30observez mes sabbats et révérez mon sanctuaire. C'est moi, le SEIGNEUR.
31Ne pratiquez pas la divination  ; n'y recourez pas, car cela vous rendrait impurs. C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
32Lève-toi devant des cheveux blancs et sois plein de respect pour un vieillard  ; c'est ainsi que tu auras la crainte de ton Dieu. C'est moi, le SEIGNEUR.
33Quand un émigré viendra s'installer chez toi, dans votre pays, vous ne l'exploiterez pas  ;
34cet émigré installé chez vous, vous le traiterez comme un indigène, comme l'un de vous ; tu l'aimeras comme toi-même  ; car vous-mêmes avez été des émigrés dans le pays d'Egypte. C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
35Ne commettez pas d'injustice dans ce qui est réglementé : dans les mesures de longueur, de poids et de capacité ;
36ayez des balances justes, des poids justes, un épha juste et un hîn juste. C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d'Egypte.
37Gardez toutes mes lois et toutes mes coutumes et mettez-les en pratique. C'est moi, le SEIGNEUR. »
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org