1358
Année jubilaire
146
Jubilé
2
Stricher Joseph
L'année jubilaire. Commentaire de Lv 25,1-55
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Aratus,Phénomènes, XI ème siècle (Ms. 188). calendrier et tr ...
Année sabbatique, surendettement, chômage - esclavage- de longue durée : la législation proposée par la Bible est-elle bien réaliste ?
 

Le long chapitre consacré à l'année jubilaire ne laisse pas de surprendre : on y trouve des dispositions très concrètes sur le repos de la terre, la libération des esclaves ou la remise des dettes. En même temps, le lecteur s'interroge : tout ceci est-il bien réaliste ?

Le repos de la terre
Dans la Bible, l'année jubilaire est d'abord une année où l'on se repose comme Dieu lui-même, selon Gn 2,1-4a, s'est reposé au septième jour de la création. La terre est concernée : ''Ce sera un Jubilé pour vous que la cinquantième année : vous ne sèmerez pas, vous ne moissonnerez pas ce qui aura poussé tout seul, vous ne vendangerez pas la vigne en broussaille, car ce sera un jubilé, ce sera pour vous une chose sainte…'' (Lv 25,11-12)

Lors des années sabbatiques (tous les 7 ans) ces prescriptions valaient déjà : ''Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre observera un repos sabbatique pour le Seigneur. Pendant six ans, tu sèmeras ton champ Pendant six ans, tu tailleras ta vigne et tu en ramasseras la récolte. La septième année sera un sabbat, une année le repos pour la terre, un sabbat pour le Seigneur.'' (Lv 25,2-4) Elles soulèvent un problème très pratique. L'année jubilaire succède à une année sabbatique. Cela veut dire que la terre n'est pas travaillée pendant deux ans d'affilée. Comment, dans ce cas, assurer la subsistance des êtres humains et des animaux ? N'y a-t-il pas risque de famine ? Les textes bibliques disent qu'il faut faire confiance dans le Seigneur : ''J'ordonnerai à ma bénédiction d'aller sur vous en la sixième année, et elle produira la récolte nécessaire pour trois ans'' (Lv 25,21)

Le lecteur moderne est dubitatif devant cette législation contraignante. Il se demande si elle est applicable…et si elle a jamais été appliquée ! Même s'il s'agit d'une utopie, ces textes viennent rappeler quelques convictions fondamentales : la terre appartient à Dieu qui l'a créée, elle a été confiée aux hommes qui en sont les gestionnaires, elle mérite le respect parce qu'elle est le cadeau du créateur (ne pas la surexploiter !) et elle doit servir au bonheur de tous les êtres humains.

La libération des esclaves
Les cas de surendettement ne sont pas un phénomène d’aujourd’hui. La Bible en parle déjà et propose même des solutions. Elle envisage par exemple le cas de quelqu’un qui a tellement de dettes qu’il ne peut plus rembourser et est obligé de se vendre comme esclave. La législation la plus ancienne, appelée ''Code de l’Alliance'', accepte cette situation, mais codifie la durée de l’esclavage à 7 ans (Ex 21).

L'esclavage entre frères du même peuple est interdit par une législation, plus récente, celle justement de Lv 25, dans le ''Code sacerdotal''. Celui qui est endetté peut s’engager comme domestique. Le code limite cet engagement jusqu’à l’année du Jubilé où la dette sera remise. La motivation principale puise dans l'expérience de la sortie d'Égypte : '' ceux que j'ai fait sortir du pays d’Égypte sont mes serviteurs ; ils ne doivent pas être vendus comme on vend des esclaves. Tu ne domineras pas sur lui avec brutalité ; c'est ainsi que tu auras la crainte de ton Dieu.” (Lv 25, 42-43)

Le Jubilé est donc un mécanisme qui doit raboter les trop grandes inégalités sociales. Il est aussi un moment où le peuple se souvient des mœurs de son Dieu. La foi en ce Dieu a des conséquences au niveau social. Le Dieu d’Israël est intervenu de toute la force de son bras pour tirer son peuple de l’esclavage d’Égypte. Il est un Dieu libérateur. Il ne convient donc pas que ses enfants se réduisent en esclavage les uns les autres. L’amour de Dieu est inséparable de l’amour du frère. Même si cette législation n’a probablement jamais été appliquée en tant que telle, elle reste cependant comme un rappel des exigences divines. On ne peut à la fois célébrer un Dieu qui libère et être en même temps complice de tous les esclavages qui pèsent sur l’humanité.

La remise des dettes
L'année jubilaire est, dans la Loi, une année spéciale où l'on remet les compteurs à zéro. Selon les indications de Lv 25, le Jubilé a lieu tous les 49 ou 50 ans et il commence par une sonnerie de cor le jour de la fête de Yom Kippour (le Grand Pardon). Pendant cette année, on redonne une nouvelle chance à ceux qui n'ont pas su gérer leurs biens ou qui, victimes de maladies ou de tout autre fléau, ont du se vendre comme esclaves. Ceux qui ont du vendre champs ou maison les récupèrent. Ceux qui ont perdu leur liberté pour cause de dettes se retrouvent libres.

C’est une civilisation agraire qui est le cadre des descriptions minutieuses du livre du Lévitique. Mais le plus intéressant, ce sont les considérations générales et les justifications données par le législateur. Le principe de base est, encore une fois, que personne n'est propriétaire de la terre. Celle-ci appartient à Dieu. On ne peut donc faire ce que l'on veut avec cette terre donnée en gérance et surtout pas se l'approprier au détriment des plus pauvres, privés ainsi de gagne pain. En effaçant les dettes, l'année jubilaire permet à tout un chacun de retrouver une possibilité de mener une vie décente. Il en va de l'honneur de Dieu ! ''Que nul d'entre vous n'exploite son compatriote. C'est ainsi que tu auras la crainte de ton Dieu. Car c'est moi le Seigneur, votre Dieu !'' (Lv 25,17). Ainsi donc l'amour du prochain et la vie harmonieuse en société ont leur fondement en Dieu.

Cette législation, qui n'a probablement jamais été appliquée, reste pourtant présente dans le texte sacré comme une utopie, une invitation à faire passer les intérêts des hommes avant ceux de l'argent. Elle nous rappelle qu'aucune société ne peut s'épanouir durablement si elle rejette des personnes ou des peuples qui s'enfoncent dans la misère.

© SBEV. Joseph STRICHER

 
Lv 25,1-55
1Sur le mont Sinaï, le SEIGNEUR adressa la parole à Moïse :
2« Parle aux fils d'Israël ; tu leur diras : Quand vous serez entrés dans le pays que je vous donne, la terre observera un repos sabbatique pour le SEIGNEUR  :
3pendant six ans, tu sèmeras ton champ ; pendant six ans, tu tailleras ta vigne et tu en ramasseras la récolte ;
4la septième année sera un sabbat, une année de repos pour la terre, un sabbat pour le SEIGNEUR  : tu ne sèmeras pas ton champ, tu ne tailleras pas ta vigne,
5tu ne moissonneras pas ce qui aura poussé tout seul depuis la dernière moisson, tu ne vendangeras pas les grappes de ta vigne en broussaille, ce sera une année sabbatique pour la terre.
6Vous vous nourrirez de ce que la terre aura fait pousser pendant ce sabbat, toi, ton serviteur, ta servante, le salarié ou l'hôte que tu héberges, bref, ceux qui sont installés chez toi.
7Quant à ton bétail et aux animaux sauvages de ton pays, ils se nourriront de tout ce que la terre produira.
8« Tu compteras sept semaines d'années, c'est-à-dire sept fois sept ans ; cette période de sept semaines d'années représentera donc quarante-neuf ans.
9Le septième mois, le dix du mois, tu feras retentir le cor pour une acclamation ; au jour du Grand Pardon vous ferez retentir le cor dans tout votre pays ;
10vous déclarerez sainte la cinquantième année et vous proclamerez dans le pays la libération pour tous les habitants ; ce sera pour vous un jubilé ; chacun de vous retournera dans sa propriété, et chacun de vous retournera dans son clan.
11Ce sera un jubilé pour vous que la cinquantième année : vous ne sèmerez pas, vous ne moissonnerez pas ce qui aura poussé tout seul, vous ne vendangerez pas la vigne en broussaille,
12car ce sera un jubilé, ce sera pour vous une chose sainte. Vous mangerez ce qui pousse dans les champs.
13En cette année du jubilé, chacun de vous retournera dans sa propriété.
14Si vous faites du commerce - que tu vendes quelque chose à ton compatriote, ou que tu achètes quelque chose de lui -, que nul d'entre vous n'exploite son frère :
15tu achèteras à ton compatriote en tenant compte des années écoulées depuis le jubilé, et lui te vendra en tenant compte des années de récolte.
16Plus il restera d'années, plus ton prix d'achat sera grand ; moins il restera d'années, plus ton prix d'achat sera réduit : car c'est un certain nombre de récoltes qu'il te vend.
17Que nul d'entre vous n'exploite son compatriote ; c'est ainsi que tu auras la crainte de ton Dieu. Car c'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
18Mettez mes lois en pratique ; gardez mes coutumes et mettez-les en pratique : et vous habiterez en sûreté dans le pays.
19Le pays donnera son fruit, vous mangerez à satiété, et vous y habiterez en sûreté.
20Vous allez peut-être dire : "Que mangerons-nous la septième année, puisque nous ne sèmerons pas et que nous ne ramasserons pas notre récolte ?"
21Eh bien ! j'ordonnerai à ma bénédiction d'aller sur vous en la sixième année et elle produira la récolte nécessaire pour trois ans.
22La huitième année, vous sèmerez, mais vous mangerez de l'ancienne récolte, jusqu'à la neuvième année, jusqu'à ce que sa récolte soit faite, vous pourrez manger de l'ancienne.
23La terre du Pays ne sera pas vendue sans retour, car le pays est à moi ; vous n'êtes chez moi que des émigrés et des hôtes ;
24aussi, dans tout ce pays qui sera le vôtre, vous accorderez le droit de rachat sur les terres.
25Si ton frère a des dettes et doit vendre une part de sa propriété, celui qui a droit de rachat, c'est-à-dire son plus proche parent, viendra racheter ce que son frère a vendu.
26Si un homme n'a personne qui ait le droit de rachat, mais que de lui-même il trouve les moyens d'opérer le rachat,
27il comptera les années écoulées depuis la vente, restituera la différence à son acheteur, puis retournera dans sa propriété.
28Mais s'il ne trouve pas lui-même les moyens de faire cette restitution, l'objet de la vente restera aux mains de l'acquéreur jusqu'à l'année du jubilé ; il sera libéré au jubilé, et l'homme retournera dans sa propriété.
29Si quelqu'un vend une maison d'habitation dans une ville fortifiée, le droit de rachat s'étend jusqu'à l'achèvement de l'année de la vente ; le droit de rachat est temporaire.
30Si elle n'a pas été rachetée dans le délai d'une année entière, la maison qui se trouve dans une ville fortifiée appartiendra sans retour à l'acquéreur, puis à ses descendants ; elle ne sortira pas de ses mains au jubilé.
31Les maisons des villages non fortifiés seront considérées comme les champs du pays ; il y aura droit de rachat, et au jubilé la maison sera libérée.
32Les lévites auront toujours un droit de rachat sur les villes lévitiques, sur les maisons de ces villes dont ils sont propriétaires.
33Même si c'est un autre lévite qui a acheté, la vente d'une maison - d'une ville qui est propriété lévitique - sera résiliée lors du jubilé ; car ce sont des maisons de villes lévitiques, c'est leur propriété au milieu des fils d'Israël.
34Quant à un champ des environs de leurs villes, il ne peut être vendu, car c'est leur propriété perpétuelle.
35Si ton frère a des dettes et s'avère défaillant à ton égard, tu le soutiendras, qu'il soit un émigré ou un hôte, afin qu'il puisse survivre à tes côtés.
36Ne retire de lui ni intérêt ni profit  ; c'est ainsi que tu auras la crainte de ton Dieu, et que ton frère pourra survivre à tes côtés.
37Tu ne lui donneras pas ton argent pour en toucher un intérêt, tu ne lui donneras pas de ta nourriture pour en toucher un profit.
38C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu, qui vous ai fait sortir du pays d'Egypte pour vous donner le pays de Canaan, afin que, pour vous, je sois Dieu.
39Si ton frère a des dettes à ton égard et qu'il se vende à toi, tu ne l'asserviras pas à une tâche d'esclave ;
40tu le traiteras comme un salarié ou comme un hôte ; il sera ton serviteur jusqu'à l'année du jubilé ;
41alors il sortira de chez toi avec ses enfants et il retournera à son clan ; il retournera dans la propriété de ses pères.
42En effet, ceux que j'ai fait sortir du pays d'Egypte sont mes serviteurs ; ils ne doivent pas être vendus comme on vend des esclaves.
43Tu ne domineras pas sur lui avec brutalité ; c'est ainsi que tu auras la crainte de ton Dieu.
44Quant aux serviteurs et servantes que tu devrais avoir, vous les achèterez chez les nations qui vous entourent ;
45vous pourrez aussi en acheter parmi les enfants des hôtes venus s'installer chez vous, ou dans un de leurs clans, habitant chez vous après qu'ils ont fait souche dans votre pays. Ils seront votre propriété
46que vous laisserez en héritage à vos fils afin qu'après vous ils les possèdent en toute propriété. Eux, vous pourrez les asservir à tout jamais, mais vos frères, les fils d'Israël..., personne chez toi ne dominera son frère avec brutalité.
47Si un émigré ou un hôte de chez toi a des moyens financiers, que ton frère ait des dettes à son égard, et qu'il se vende à cet émigré qui est ton hôte, ou à un descendant d'un clan d'émigrés,
48il y aura pour ton frère, même après la vente, un droit de rachat : un de ses frères peut le racheter ;
49un oncle ou un cousin germain peut le racheter, quelqu'un qui est de la même chair que lui, de son propre clan, peut le racheter ; ou alors, s'il en a les moyens, il peut se racheter lui-même.
50En ce cas, d'entente avec l'acquéreur, il comptera le nombre d'années entre celle où il s'est vendu et celle du jubilé, de sorte que le prix de vente soit proportionnel au nombre d'années, au tarif d'un salarié à la journée.
51S'il reste encore beaucoup d'années, il restituera, comme prix de rachat, une part proportionnelle du prix d'acquisition.
52S'il ne reste que peu d'années jusqu'au jubilé, il fera son compte et il restituera un prix de rachat proportionnel au nombre d'années.
53D'année en année, l'homme pourra rester comme salarié chez son acquéreur, mais tu ne laisseras pas ce dernier dominer sur lui avec brutalité.
54S'il n'est pas racheté de l'une de ces manières, il sortira libre avec ses enfants en l'année du jubilé.
55« Car c'est pour moi que les fils d'Israël sont des serviteurs  ; ils sont mes serviteurs, eux que j'ai fait sortir du pays d'Egypte. C'est moi, le SEIGNEUR, votre Dieu.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org