216
Baptême de Jésus
2
Stricher Joseph
Le baptême de Jésus selon Marc, Matthieu et Luc
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
http://www.artbible.net . Le Baptême du Christ Fonts baptis ...
Avant de regarder de près le texte de Luc, arrêtons-nous d'abord aux textes parallèles de Marc et de Matthieu.
 

Une comparaison de ces trois Évangiles que l'on dit "synoptiques" (c'est-à-dire que l'on peut les mettre côte à côte pour les regarder d'un seul coup d'œil) permet de mieux faire ressortir la singularité de chacun.

Le récit de Marc

Dans l’Évangile de Marc, le baptême de Jésus se situe tout au début, immédiatement après la présentation de Jean Baptiste. Venant de Galilée, Jésus entre en scène pour se faire baptiser par Jean dans le Jourdain. Aucune autre personne n’est mentionnée. Aucune description de l’acte lui-même. Le narrateur semble pressé d’aller à l’essentiel : ce qui se passe au moment où Jésus remonte de l’eau. Jésus, et Jésus seul, voit les cieux se déchirer et l’Esprit descendre sur lui. À cause de sa concision, le récit permet difficilement au lecteur de s’imaginer la scène.

On peut cependant remarquer le double mouvement de Jésus qui remonte et de l’Esprit qui descend "comme une colombe", le tout sous des cieux entrouverts. Une communication est établie, renforcée par la voix qui s’adresse à Jésus seul, désigné comme le Fils bien-aimé, objet de l’élection divine. Un lecteur très familier du Premier Testament peut retrouver dans cette voix divine des échos du Psaume 2, psaume royal d’intronisation (Tu es mon fils…), du sacrifice d’Isaac (… bien-aimé), et du chant du Serviteur d’Isaïe 42 (…il m’a plu de te choisir). Mais tout cela est allusif. Jésus qui se présente à nous est un mystère. Qui est-il donc ? Quelle est sa vraie nature ? Cette question restera posée tout au long de l’Évangile et ne trouvera sa réponse ultime qu’au moment où le voile du Temple se déchirera après la crucifixion (Mc 15,38-39). Une voix humaine relayera alors la voix divine et confessera que Jésus est vraiment le Fils de Dieu.

Le récit de Matthieu

Dans l’Évangile de Matthieu, le baptême de Jésus n’apparaît qu’à la fin du chapitre 3. Jésus, qui vient de Galilée, n’est pas un inconnu pour le lecteur. Il a été présenté dans l’Évangile de l’enfance. Il en est de même de Jean Baptiste qui a longuement expliqué le sens de son baptême d’eau très différent du baptême dans l’Esprit Saint et le feu qui sera donné par plus fort que moi. Après avoir écouté ces paroles, le lecteur est un peu surpris de voir Jésus venir demander le baptême à Jean. Un dialogue entre les deux hommes vient apporter un début de réponse en montrant l’infériorité de Jean par rapport à Jésus : "Il nous convient d’accomplir toute justice" dit Jésus. Mais quelle est cette justice ? Il faudra lire la suite de l’Évangile pour saisir le sens de cette phrase mystérieuse. Mais, dès à présent, le lecteur peut deviner que Jean et Jésus sont invités à se soumettre à la volonté de Dieu.

Le narrateur ne s’attarde pas sur le baptême mais sur ce qui se passe à la sortie de l’eau. Il mentionne les cieux qui s’ouvrent et la voix venant du ciel. Cette voix ne s’adresse pas à Jésus, mais parle de lui à la troisième personne : "Celui-ci est mon fils bien-aimé…" À qui s’adresse cette voix ? Le texte ne précise pas s’il y a des assistants au baptême. Et il semble dire que Jésus seul voit l’Esprit de Dieu descendre sur lui.

Le récit de Luc

Comme dans l’Évangile de Matthieu, le baptême de Jésus est précédé d’une longue évocation de Jésus et de Jean Baptiste. À la manière des historiens antiques, Luc entrelace la vie de deux personnages pour abandonner ensuite l’un des deux et se consacrer entièrement au personnage principal. Juste avant le baptême, Luc en termine (provisoirement) avec Jean Baptiste et raconte son arrestation. Il passe ensuite au baptême de Jésus sans mentionner le baptiseur.

Encore moins que Marc et Matthieu, il ne s’intéresse au baptême lui-même. Celui-ci est juste mentionné en incise dans une phrase centrée sur la prière de Jésus. Le peuple, cette fois-ci, a une place importante dans le récit. Jésus n’est plus seul face au baptiseur. Il est au milieu de tout le peuple, baptisé comme lui. Solidaire avec les siens, Jésus est uni en même temps à Dieu par la prière. L’ouverture "du ciel" (et non pas "des cieux" comme chez Mc et Mt) n’est pas un phénomène subjectif perçu par Jésus seul. Dans la logique du texte, il semble perçu par tout le peuple. Il en est de même de la descente de l’Esprit Saint sur Jésus qui s’effectue de manière visible comme une colombe (comme chez Mc et Mt). Le lecteur reste cependant perplexe devant la précision de Luc : sous une forme corporelle. La voix venant du ciel s’adresse également à tous. Elle cite, plus explicitement que Marc, le v. 7 du psaume 2, qui est un psaume d’intronisation. Ici il n’y a plus d’allusion au fils bien-aimé du sacrifice d’Isaac ni au serviteur souffrant d’Isaïe. Tout est centré sur la dimension royale de Jésus. Présent au milieu des siens, il est désigné par Dieu pour être le nouveau roi d’Israël.

Présente dès l’annonciation (cf. Luc 1,30-33), cette dimension royale de Jésus se déploiera tout au long de l’Évangile. Mais cette royauté ressemblera beaucoup plus à celle de Dieu qu’à celle des rois d’Israël. On peut d'ailleurs remarquer que, contrairement au texte de Matthieu 1, ceux-ci (hormis David) ne figurent pas dans la généalogie qui, chez Luc, succède au récit du baptême de Jésus.


© SBEV, Joseph Stricher.

 
Lc 3,21-22
21Or comme tout le peuple était baptisé, Jésus, baptisé lui aussi, priait  ; alors le ciel s'ouvrit ;
22l'Esprit Saint descendit sur Jésus sous une apparence corporelle, comme une colombe, et une voix vint du ciel : «  Tu es mon fils, moi, aujourd'hui, je t'ai engendré. »
Mc 1,9-11
9Or, en ces jours-là, Jésus vint de Nazareth en Galilée et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain.
10A l'instant où il remontait de l'eau, il vit les cieux se déchirer et l'Esprit, comme une colombe, descendre sur lui.
11Et des cieux vint une voix : « Tu es mon Fils bien-aimé, il m'a plu de te choisir. »
Mt 3,13-17
13Alors paraît Jésus, venu de Galilée jusqu'au Jourdain auprès de Jean, pour se faire baptiser par lui.
14Jean voulut s'y opposer : « C'est moi, disait-il, qui ai besoin d'être baptisé par toi, et c'est toi qui viens à moi ! »
15Mais Jésus lui répliqua : « Laisse faire maintenant : c'est ainsi qu'il nous convient d'accomplir toute justice. » Alors, il le laisse faire.
16Dès qu'il fut baptisé, Jésus sortit de l'eau. Voici que les cieux s'ouvrirent et il vit l'Esprit de Dieu descendre comme une colombe et venir sur lui.
17Et voici qu'une voix venant des cieux disait : « Celui-ci est mon Fils bien-aimé, celui qu'il m'a plu de choisir. »
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org