1076
Critique textuelle
748
Vocabulaire
Le vocabulaire de base de la critique textuelle
Gros plan sur
 
Commencer
 
Qu'appelle-t-on ''témoins'', "apparat critique", "recensions" et ''texte reçu'' ?
 
Les témoins
On appelle ''témoins'' toutes les copies antérieures à l'imprimerie qui permettent d'établir un texte. Pour la Bible, on distingue trois sortes de témoins.

1 - Les manuscrits hébreux ou grecs, donnant tout ou partie du texte de l'Ancien et du Nouveau Testament. Parmi les manuscrits on distingue les papyrus (d'originale végétale, très répandus) et les parchemins (en peau animale travaillée, très coûteuse). Les parchemins portant des textes grecs sont répartis en deux classes, selon leur écriture.
- Les onciaux portent une écriture soignée, en grandes lettres capitales, séparées ;
- Les minuscules portent une écriture plus petite, où les lettres sont souvent liées.

Enfin, pour le Nouveau Testament, on distingue un dernier groupe de manuscrits : les lectionnaires qui donnent les textes choisis pour les lectures liturgiques.

2 - Les citations faites par les auteurs anciens, notamment les Pères de l'Église.

3 - Les versions, traductions anciennes des Écritures dans d'autres langues (grec pour l'A.T. hébreu, latin, syriaque, copte, arménien, éthiopien, etc.). De plus en plus les textualistes attachent de l'importance à ces versions souvent très littérales et dont certaines témoignent d'un état du texte plus ancien que celui des grands manuscrits (ainsi la Vieille latine témoigne d'une traduction qui a pu être faite avant la fin du 2e siècle !).

L'apparat critique
L'apparat critique est l'ensemble des notes en bas de page du texte imprimé, qui signalent les différences que présentent éventuellement différents témoins, ces différences portent sur un ou plusieurs mots, voire sur des versets entiers. Elles peuvent être simplement d'ordre orthographique, syntaxique... ou affecter plus profondément le sens du texte. On appelle les portions du texte concernées des lieux variants, et les formes diverses d'un lieu variant les leçons variantes ou simplement les variantes.

Les recensions
On appelle recension le travail produit, notamment au cours du 4e siècle, par certains érudits anciens, pour éliminer une diversité textuelle trop grande en imposant le texte qu'ils jugeaient le meilleur. Il semble bien que les grands manuscrits grecs des 4e et 5e siècles soient le résultat d'entreprises de ce type en diverses régions : Byzance, Alexandrie, Césarée. Quelques témoins antérieurs à ces grandes recensions (certains papyrus, la Vieille latine, et peut-être le Codex de Bèze) permettent de retrouver, au moins partiellement, des états “ pré-recensionnels ”, non corrigés, du texte.

Le texte reçu
Le ''texte reçu'' est le texte biblique devenu courant et officiel grâce à sa grande diffusion par l'imprimerie, à partir des 16e – 17e siècles. C'est le texte utilisé dans la liturgie et l'enseignement : texte hébreu dans les communautés juives ; textes grec et latin dans les Eglises. Pour le N.T. il a été remplacé au 20e siècle par le texte standard : il s'agit du texte grec des éditions critiques modernes, qui reproduit les manuscrits de type alexandrin (ou égyptien) du 4e s.

© Roselyne DUPONT-ROC, Philippe MERCIER, ''Les manuscrits de la Bible et la critique textuelle'', Cahiers Évangile n° 102 (1998), p. 7
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org