1264
Prophéties
Les prophéties
Gros plan sur
 
Commencer
 
Prophète assis sur les nuages, Musée du Louvre
Les prophéties transmettent le message des prophètes, hommes qui se sentent inspirés par Dieu au point de parler en son nom.
 

Dans l'Ancien Testament, les prophéties transmettent le message des prophètes, hommes qui se sentent inspirés par Dieu au point de parler en son nom. Ils rappellent aux puissants les exigences de la loi de Dieu et au peuple tout entier son devoir de fidélité avec le Dieu de l’alliance (ex. Amos, Isaïe, Jérémie…).

Notons que les livres dit "historiques" sont moins sensibles à la politique internationale qu'aux relations des prophètes avec le pouvoir : lire par exemple les chapitres consacrés aux rapports entre Élie et le roi Achab (1 R 17-21) ou entre Isaïe et le roi Ezéchias (2 R 18-20).

Mais ce sont dans les recueils d'oracles que se font entendre la voix de ces mystérieux envoyés de Dieu, même si les livres qui portent leur nom ont été réécrits et complétés par des disciples au cours des siècles (les sociétés antiques n'ont absolument pas notre idée de "propriété littéraire" ; au contraire, attribuer à un prophète reconnu des propos qui sont en accord avec son message, c'est montrer l'actualité de celui-ci).

Les écrits prophétiques se divisent en gros entre "oracles de jugement" (interprétant les catastrophes politiques comme un jugement divin) et les "oracles de salut" (où Dieu réconforte son peuple et pose les conditions d'une nouvelle relation d'alliance).

 Exemple 1 : Le prophète face à l'infidélité (Osée)
 Exemple 2 : Chant du prophète pour le roi (Isaïe)
 Exemple 3 : La vocation du prophète (Jérémie)
 Exemple 4 : Un coeur nouveau (Ezéchiel)

Pour aller plus loin :

> > > Le prophète Isaïe
> > > La mission du prophète
> > > La prophétie de l'Emmanuel

 
  • www.artbible.net : Salvator Dali, le prophète Amos, la Sain ...
    A sa naissance, le prophétisme biblique ne devait pas être différent de celui des états voisins. Mais par son ampleur et son impact, il va devenir un des traits distinctifs d'Israël.
     
1 R 17-21
1Voici ce qui arriva après ces événements. Naboth d'Izréel avait une vigne à Izréel ; elle était à côté du palais d'Akhab, roi de Samarie.
2Akhab parla à Naboth : « Cède-moi ta vigne pour qu'elle me serve de jardin potager, car elle est juste à côté de ma maison ; et je te donnerai à sa place une vigne meilleure. Mais si cela te convient, je puis te donner son prix en argent. »
3Naboth dit à Akhab : « Que le SEIGNEUR m'ait en abomination si je te cède l'héritage de mes pères. »
4Akhab rentra chez lui sombre et contrarié à cause de ce que lui avait dit Naboth d'Izréel : « Je ne te céderai pas l'héritage de mes pères. » Il se coucha sur son lit, tourna son visage contre le mur, et ne voulut pas manger.
5Sa femme Jézabel vint le trouver et lui dit : « Pourquoi es-tu si contrarié et ne veux-tu pas manger ? »
6Il lui répondit : « Parce que j'ai parlé à Naboth d'Izréel ; je lui ai dit : "Cède-moi ta vigne contre argent ou, si cela te fait plaisir, je te donnerai une autre vigne à sa place." Il m'a répondu : "Je ne te céderai pas ma vigne." »
7Sa femme Jézabel lui dit : « Mais c'est toi qui exerces la royauté sur Israël ! Lève-toi, mange, que ton coeur soit heureux ; c'est moi qui te donnerai la vigne de Naboth d'Izréel ! »
8Elle écrivit des lettres au nom d'Akhab qu'elle scella de son sceau à lui ; elle envoya ces lettres aux anciens et aux notables qui étaient dans la ville de Naboth, ceux qui habitaient avec lui.
9Elle écrivit dans ces lettres  : « Proclamez un jeûne et faites asseoir Naboth au premier rang de l'assemblée.
10Faites asseoir deux hommes, des vauriens, en face de lui et qu'ils témoignent contre lui en disant : "Tu as maudit Dieu et le roi." Faites-le sortir, lapidez-le et qu'il meure ! »
11Les hommes de la ville d'Izréel, anciens et notables qui habitaient la ville, agirent selon l'ordre de Jézabel, tel qu'il était écrit dans les lettres qu'elle leur avait envoyées.
12Ils proclamèrent un jeûne et firent asseoir Naboth au premier rang de l'assemblée,
13et deux hommes, des vauriens, vinrent s'asseoir en face de lui. Les vauriens se mirent à témoigner contre Naboth, face au peuple, en disant : « Naboth a maudit Dieu et le roi. » On le fit sortir de la ville, on le lapida et il mourut.
14On envoya dire à Jézabel : « Naboth a été lapidé et il est mort. »
15Lorsque Jézabel apprit que Naboth avait été lapidé et qu'il était mort, elle dit à Akhab : « Lève-toi, prends possession de la vigne que Naboth d'Izréel refusait de te céder contre argent, car Naboth n'est plus vivant, il est mort. »
16Quand Akhab entendit que Naboth était mort, il se leva pour descendre à la vigne de Naboth d'Izréel, afin d'en prendre possession.
17La parole du SEIGNEUR fut adressée à Elie, le Tishbite :
18« Lève-toi, descends à la rencontre d'Akhab, roi d'Israël à Samarie. Il est dans la vigne de Naboth où il est descendu pour en prendre possession.
19Tu lui parleras en ces termes : "Ainsi parle le SEIGNEUR  : Après avoir commis un meurtre, prétends-tu aussi devenir propriétaire ?" Tu lui diras : "Ainsi parle le SEIGNEUR  : A l'endroit où les chiens ont léché le sang de Naboth, les chiens lécheront aussi ton propre sang." »
20Akhab dit à Elie : « Tu m'as donc retrouvé, ô mon ennemi ? » Il répondit : « Je t'ai retrouvé parce que tu t'es livré à une mauvaise action aux yeux du SEIGNEUR.
21Je vais faire venir sur toi un malheur ; je te balaierai, je retrancherai les mâles de chez Akhab, esclaves ou hommes libres en Israël.
22Je rendrai ta maison semblable à la maison de Jéroboam, fils de Nevath, et semblable à la maison de Baésha, fils d'Ahiyya, à cause de l'offense que tu as commise et parce que tu as fait pécher Israël. »
23Le SEIGNEUR parla aussi au sujet de Jézabel : « Les chiens mangeront Jézabel dans la propriété d'Izréel.
24Tout membre de la maison d'Akhab qui mourra dans la ville, les chiens le mangeront ; et tout membre qui mourra dans la campagne, les oiseaux du ciel le mangeront. »
25Il n'y eut vraiment personne comme Akhab pour se livrer à de mauvaises actions aux yeux du SEIGNEUR, car sa femme Jézabel l'avait dévoyé.
26Il commit force abominations en suivant les idoles, exactement comme les Amorites que le SEIGNEUR avait dépossédés devant les fils d'Israël.
27Quand Akhab entendit ces paroles, il déchira ses vêtements, se mit un sac à même la peau et jeûna ; il dormait sur ce sac et marchait à pas lents.
28La parole du SEIGNEUR fut adressée à Elie, le Tishbite, en disant :
29« As-tu vu comme Akhab s'est humilié devant moi ? Parce qu'il s'est humilié devant moi, je ne ferai pas venir le malheur durant ses jours ; c'est durant les jours de son fils que je ferai venir un malheur sur sa maison. »
30Les survivants s'enfuirent dans la ville d'Afeq. Mais la muraille tomba sur ces vingt-sept mille survivants ; Ben-Hadad, lui, avait pris la fuite et était entré dans la ville où il se cachait de chambre en chambre.
31Ses serviteurs lui dirent : « Nous avons entendu dire que les rois de la maison d'Israël étaient des rois miséricordieux. Revêtons nos reins de sacs, attachons nos coudes au-dessus de la tête et sortons à la rencontre du roi d'Israël. Peut-être te laissera-t-il en vie. »
32Ils ceignirent des sacs, attachèrent leurs coudes au-dessus de la tête, arrivèrent chez le roi d'Israël et dirent : « Ton serviteur Ben-Hadad a dit : Je demande la vie sauve ! » Akhab dit : « Il vit encore ? Il est mon frère ! »
33Ces hommes y trouvèrent un signe favorable ; ils se hâtèrent d'y voir une indication de sa part et dirent à leur tour : « Ben-Hadad est ton frère. » Akhab dit : « Allez le chercher. » Ben-Hadad sortit vers lui, et Akhab le fit monter sur son propre char.
34Ben-Hadad lui dit : « Les villes que mon père a prises à ton père, je les rends ; tu installeras tes bazars à Damas comme mon père en a installé à Samarie. » - « Et moi, je te laisserai aller moyennant ce pacte. » Akhab conclut un pacte avec lui et le laissa aller.
35Un homme d'entre les fils des prophètes dit à son compagnon par ordre du SEIGNEUR  : « Frappe-moi, je te prie ! » Mais l'homme refusa de le frapper.
36Le prophète lui dit alors : « Parce que tu n'as pas écouté la voix du SEIGNEUR, dès que tu m'auras quitté, un lion te frappera. » Il s'éloigna de lui ; un lion rencontra l'homme et le frappa.
37Le prophète rencontra un autre homme et lui dit : « Frappe-moi, je te prie ! » L'homme le frappa et le blessa.
38Le prophète s'en alla attendre le roi sur le chemin ; il s'était rendu méconnaissable en mettant un vêtement qui lui cachait les yeux.
39Quand le roi passa, il lui cria : « Ton serviteur était sorti pour prendre part à la bataille lorsque quelqu'un qui se retirait du combat m'a amené un homme en disant : "Surveille cet homme ! S'il vient à manquer, ta vie répondra pour la sienne, ou bien tu paieras un talent d'argent."
40Or, tandis que ton serviteur était occupé de côté et d'autre, l'homme avait disparu ! » Le roi d'Israël lui dit : « Que tel soit ton jugement, c'est toi-même qui l'as fixé. »
41Le prophète enleva rapidement le vêtement qui lui cachait les yeux, et le roi d'Israël reconnut que c'était un des prophètes.
42Celui-ci lui dit : « Ainsi parle le SEIGNEUR  : Parce que tu as laissé échapper de ta main l'homme que j'avais voué par interdit, ta vie répondra pour la sienne, et ton peuple pour le sien. »
43Le roi d'Israël rentra chez lui, à Samarie, sombre et contrarié.
44La septième fois, le serviteur dit : « Voici qu'un petit nuage, gros comme le poing, s'élève de la mer. » Elie répondit : « Monte, et dis à Akhab : "Attelle, et descends pour que l'averse ne te bloque pas." »
45Le ciel s'obscurcit de plus en plus sous l'effet des nuages et du vent, et il y eut une grosse averse. Akhab monta sur son char et partit pour Izréel.
46La main du SEIGNEUR fut sur Elie qui se ceignit les reins et courut en avant d'Akhab jusqu'à Izréel.
2 R 18-20
1En ces jours-là, Ezékias fut atteint d'une maladie mortelle. Le prophète Esaïe, fils d'Amoç, vint le trouver et lui dit : « Ainsi parle le SEIGNEUR  : Donne des ordres à ta maison, car tu vas mourir, tu ne survivras pas ! »
2Ezékias tourna son visage contre le mur et pria le SEIGNEUR en disant :
3« Ah ! SEIGNEUR, daigne te souvenir que j'ai marché en ta présence avec loyauté et d'un coeur intègre et que j'ai fait ce qui est bien à tes yeux. » Ezékias versa d'abondantes larmes.
4Esaïe n'était pas encore sorti de la cour centrale que la parole du SEIGNEUR lui fut adressée :
5« Retourne et dis à Ezékias, le chef de mon peuple : "Ainsi parle le SEIGNEUR, le Dieu de David, ton père : J'ai entendu ta prière et j'ai vu tes larmes. Eh bien ! je vais te guérir ; dans trois jours tu monteras à la Maison du SEIGNEUR.
6J'ajoute quinze années à tes jours. Je te délivrerai, ainsi que cette ville, des mains du roi d'Assyrie ; je protégerai cette ville à cause de moi et à cause de mon serviteur David." »
7Esaïe dit : « Qu'on prenne un gâteau de figues ! » On en prit un qu'on appliqua sur les tumeurs du roi, et il fut guéri.
8Ezékias dit à Esaïe : « A quel signe reconnaîtrai-je que le SEIGNEUR me guérira et que, dans trois jours, je pourrai monter à la Maison du SEIGNEUR  ? »
9Esaïe répondit : « Voici par quel signe tu sauras que le SEIGNEUR accomplira la parole qu'il a dite : l'ombre doit-elle avancer de dix degrés ou doit-elle reculer de dix degrés ? »
10Ezékias répondit : « Il est facile pour l'ombre de s'allonger de dix degrés, mais non pas de reculer de dix degrés. »
11Le prophète Esaïe invoqua le SEIGNEUR qui fit reculer l'ombre des dix degrés où elle était descendue sur l'escalier d'Akhaz.
12En ce temps-là, Mérodak-Baladân, fils de Baladân, roi de Babylone, envoya des lettres et des présents à Ezékias, car il avait appris qu'Ezékias avait été malade.
13Ezékias se réjouit de la venue des messagers et leur fit voir tous ses entrepôts, l'argent, l'or, les aromates, l'huile parfumée, son arsenal et tout ce qui se trouvait dans ses trésors ; il n'y eut rien qu'Ezékias ne leur fît voir de sa maison et de tout son domaine.
14Le prophète Esaïe vint trouver le roi Ezékias pour lui dire : « Qu'est-ce que ces gens t'ont dit, et d'où venaient-ils ? » Ezékias répondit : « Ils venaient d'un pays lointain, de Babylone. »
15Esaïe dit : « Qu'ont-ils vu dans ta maison ? » Ezékias répondit : « Tout ce qui est dans ma maison, ils l'ont vu : il n'y a rien de mes trésors que je ne leur aie montré. »
16Esaïe dit à Ezékias : « Ecoute la parole du SEIGNEUR  :
17Des jours viennent où tout ce qui est dans ta maison et que tes pères ont amassé jusqu'à ce jour sera emporté à Babylone  ; il n'en restera rien, dit le SEIGNEUR.
18On emmènera plusieurs de tes fils, de ceux qui sont issus de toi et que tu auras engendrés : ils seront faits eunuques dans le palais du roi de Babylone. »
19Ezékias dit à Esaïe : « La parole du SEIGNEUR que tu as dite est bonne. » Il se disait : « N'est-ce pas la paix et la sécurité durant mes jours ? »
20Le reste des actes d'Ezékias, tous ses exploits, ce qu'il a fait, le réservoir et le canal construits pour amener l'eau dans la ville, cela n'est-il pas écrit dans le livre des Annales des rois de Juda ?
21Ezékias se coucha avec ses pères. Son fils Manassé régna à sa place.
22Qui as-tu insulté et outragé ? Contre qui as-tu élevé la voix et jeté des regards hautains ? Contre le Saint d'Israël.
23Par tes messagers, tu as insulté le Seigneur, tu as dit : "Avec l'élan de mes chars, je suis monté au sommet des montagnes, aux retraites inaccessibles du Liban pour couper la futaie de ses cèdres, les plus hauts de ses genévriers et atteindre sa plus haute extrémité, son parc forestier.
24J'ai creusé et j'ai bu des eaux étrangères, j'ai asséché, sous la plante de mes pieds, tous les canaux d'Egypte."
25Ne sais-tu pas que depuis longtemps j'ai fait ce projet, que depuis les temps anciens je l'ai formé ? A présent, je le réalise : Il t'appartient de réduire en tas de pierres les villes fortifiées.
26Leurs habitants ont la main courte, ils sont effondrés, confondus ; ils sont comme l'herbe des champs et la verdure du gazon, comme les plantes qui poussent sur les toits, comme du blé atteint par la rouille avant d'être mûr.
27Quand tu t'assieds, quand tu sors, quand tu entres, je le sais, et aussi quand tu trembles de rage contre moi.
28Parce que tu as tremblé de rage contre moi et que ton arrogance est montée à mes oreilles, je mettrai un anneau dans ton nez et un mors à tes lèvres ; je te ramènerai par le chemin par lequel tu es venu.
29Ceci te servira de signe  : Cette année on mangera le regain, l'année suivante, ce qui poussera tout seul, mais la troisième année, semez, moissonnez, plantez des vignes et mangez-en les fruits.
30Ce qui a échappé de la maison de Juda, ce qui a été laissé, poussera de nouveau des racines en profondeur et, en haut, produira des fruits,
31car de Jérusalem sortira un reste et de la montagne de Sion, des rescapés. L'ardeur du SEIGNEUR fera cela.
32« C'est pourquoi ainsi parle le SEIGNEUR au sujet du roi d'Assyrie : Il n'entrera pas dans cette ville, il n'y lancera pas de flèches, il ne l'attaquera pas avec des boucliers, il n'élèvera pas contre elle des remblais.
33Le chemin qu'il a pris, il le reprendra ; dans cette ville il n'entrera pas - oracle du SEIGNEUR  -
34je protégerai cette ville pour la sauver, à cause de moi et à cause de mon serviteur David. »
35Cette nuit-là, il advint que l'ange du SEIGNEUR sortit et frappa dans le camp des Assyriens cent quatre-vingt-cinq mille hommes. Le matin, quand on se leva, il n'y avait en tout que des cadavres, des morts !
36Sennakérib, roi d'Assyrie, décampa ; il s'en retourna à Ninive où il resta.
37Or, comme il se prosternait dans la maison de Nisrok, son dieu, ses fils Adrammélek et Sarècèr le frappèrent de l'épée et s'enfuirent au pays d'Ararat. Son fils Asarhaddon régna à sa place.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org