490
Joseph
266
Père de Jésus
10
Autané Maurice
Joseph à travers les évangiles
Gros plan sur
 
Commencer
 
Joseph est toujours lié à Jésus.
 

Lorsque Joseph est cité par les Évangiles, c'est toujours en rapport avec l'activité ou l'identité de Jésus. Alors que St Marc n'en parle jamais et St Luc très discrètement, l'évangéliste Matthieu lui confère un rôle important dans sa grande introduction théologique consacrée à l'enfance du Christ.

Le descendant de David

Dans l'évangile de l'enfance selon Luc, les deux personnages qui jouent un rôle clé sont Marie et Jean-Baptiste. Joseph n'est mis en scène qu'à trois reprises. Une première fois à l'occasion de l'annonce à Marie : "L'ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée du nom de Nazareth, à une jeune fille accordée en mariage à un homme nommé Joseph, de la famille de David…" (Lc 1, 27). Une deuxième fois lors du recensement de Quirinius : "Joseph aussi monta de la ville de Nazareth en Galilée à la ville de David qui s'appelle Bethléem en Judée, parce qu'il était de la famille et de la descendance de David…" (Lc 2, 4). Et enfin il est présent dans l'épisode des bergers rendant visite au nouveau-né (Lc 2, 16). Partout, Luc voit en Joseph celui qui rattache Jésus au roi David. Ainsi, le voyage jusqu'à Bethléem pour cause de recensement sert de manière mystérieuse la volonté divine : le Christ sauveur naîtra dans la ville de David. Plus tard, le baptême ayant dévoilé l'identité cachée et divine de Jésus sous forme d'intronisation royale (cf. la citation du Ps 2 en Lc 3, 22), Luc déroule la généalogie de son héros et la commence par ses mots : "Jésus était fils, croyait-on, de Joseph, fils de Héli, fils de…" remontant, par David, jusqu'à Abraham, Adam et Dieu (Lc 3, 23-38).

Le charpentier

Selon Luc, c'est donc bien par Joseph que Jésus est d'ascendance royale. Mais, en plus - comme chez Matthieu ou Jean, d'ailleurs - Joseph donne à Jésus une "carte d'identité" : une famille, un pays, un métier. "Ton père et moi, nous te cherchions" dit Marie à Jésus enfant resté au Temple (Lc 2, 39). Le "croyait-on" de Lc 2, 23 renvoie le lecteur à la conception virginale tout en soulignant que la paternité de Joseph fut admise par les contemporains de Jésus. Elle est même apparue comme un obstacle à la foi : "N'est-ce pas là le fils de Joseph ?" demandent les habitants de Nazareth (Lc 4, 22) ou les Juifs de Capharnaüm (Jn 6, 42). Dès le début de l'évangile selon Jean, Philippe surprend Nathanaël en lui disant que Celui dont parlent Moïse et les Prophètes, "c'est Jésus, le fils de Joseph, de Nazareth" (Jn 1, 45). Une identité aussi banale pour un destin aussi grand ! D'autant que jusqu'à l'âge adulte, Jésus sera connu comme un simple "charpentier", "fils de charpentier" (Mc 6, 3 et Mt 13, 55 ; en fait, le mot grec ainsi traduit, "tektôn", désigne à l'époque n'importe quel ouvrier ou artisan du bois, fabriquant de meubles, outils, poutres…).

L'homme juste

Dans l'évangile de l'enfance selon Matthieu, Joseph joue un rôle de premier plan. Il reçoit, en songe, trois annonces de la part de Dieu qui ouvrent trois étapes de l'itinéraire de Jésus : Joseph permet d'abord au Messie d'avoir un nom (Mt 1, 21.25), il le protège en le soustrayant ensuite à la colère d'Hérode (fuite en Égypte, Mt 1, 14) et l'emmène enfin à Nazareth où il va grandir (Mt 1, 23). Comment est-il présenté ? Il est désigné d'abord comme "l'époux de Marie" (Mt 1, 16.18.19). Fiancé à celle-ci, ne menant pas encore de vie commune avec elle, il n'intervient donc pas dans la conception de Jésus. Lorsque Marie est enceinte, il ne la répudie pas comme la Loi le demande, parce que, nous dit Matthieu, son attitude est celle "d’un homme juste" (Mt 1, 19). La justice n'est pas ici froide inflexibilité mais douceur. Mieux, à la manière d'un autre "homme juste", Noé, qui "marchait avec Dieu" (Gn 6, 9), Joseph est juste à cause de sa foi : il croit l'impossible - Marie enceinte sous l'action de l'Esprit-Saint - et, obéissant, il se laisse guider en toutes choses, permettant à Dieu de réaliser son dessein.

Homme juste, époux de Marie, Joseph est aussi appelé par Matthieu "fils de David" (Mt 1, 20). Avant même de donner à Jésus un nom, avant de le protéger et de l'éduquer, il reçoit en quelque sorte la mission d'inscrire le Christ - le Messie - dans l'histoire du monde et du peuple d'Israël (n'assistons-nous pas à une nouvelle "genèse" ? cf. Mt 1, 1.18). Par lui, l'autorité de David, berger devenu roi, passe à Jésus qui, dès la naissance, est annoncé comme un chef pacifique, "…qui fera paître Israël, mon peuple" (cf. 2 Samuel 5, 2 et Mt 2, 6), à l'opposé de la violence du roi Hérode.

© SBEV. Maurice Autané.

 
Mt 1
1Livre des origines de Jésus Christ, fils de David, fils d'Abraham  :
2Abraham engendra Isaac, Isaac engendra Jacob, Jacob engendra Juda et ses frères,
3Juda engendra Pharès et Zara, de Thamar, Pharès engendra Esrom, Esrom engendra Aram,
4Aram engendra Aminadab, Aminadab engendra Naassôn, Naassôn engendra Salmon,
5Salmon engendra Booz, de Rahab, Booz engendra Jobed, de Ruth, Jobed engendra Jessé,
6Jessé engendra le roi David. David engendra Salomon, de la femme d'Urie,
7Salomon engendra Roboam, Roboam engendra Abia, Abia engendra Asa,
8Asa engendra Josaphat, Josaphat engendra Joram, Joram engendra Ozias,
9Ozias engendra Joatham, Joatham engendra Akhaz, Akhaz engendra Ezékias,
10Ezékias engendra Manassé, Manassé engendra Amôn, Amôn engendra Josias,
11Josias engendra Jéchonias et ses frères ; ce fut alors la déportation à Babylone.
12Après la déportation à Babylone, Jéchonias engendra Salathiel, Salathiel engendra Zorobabel,
13Zorobabel engendra Abioud, Abioud engendra Eliakim, Eliakim engendra Azor,
14Azor engendra Sadok, Sadok engendra Akhim, Akhim engendra Elioud,
15Elioud engendra Eléazar, Eléazar engendra Mathan, Mathan engendra Jacob,
16Jacob engendra Joseph, l'époux de Marie, de laquelle est né Jésus, que l'on appelle Christ.
17Le nombre total des générations est donc : quatorze d'Abraham à David, quatorze de David à la déportation de Babylone, quatorze de la déportation de Babylone au Christ.
18Voici quelle fut l'origine de Jésus Christ. Marie, sa mère, était accordée en mariage à Joseph ; or, avant qu'ils aient habité ensemble, elle se trouva enceinte par le fait de l'Esprit Saint.
19Joseph, son époux, qui était un homme juste et ne voulait pas la diffamer publiquement, résolut de la répudier secrètement.
20Il avait formé ce projet, et voici que l'ange du Seigneur lui apparut en songe et lui dit : « Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre chez toi Marie, ton épouse : ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit Saint,
21et elle enfantera un fils auquel tu donneras le nom de Jésus, car c'est lui qui sauvera son peuple de ses péchés. »
22Tout cela arriva pour que s'accomplisse ce que le Seigneur avait dit par le prophète  :
23Voici que la vierge concevra et enfantera un fils auquel on donnera le nom d'Emmanuel, ce qui se traduit : « Dieu avec nous ».
24A son réveil, Joseph fit ce que l'ange du Seigneur lui avait prescrit : il prit chez lui son épouse,
25mais il ne la connut pas jusqu'à ce qu'elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org