171
Bonne nouvelle
1198
Evangile
463
Evangiles
6
Le Saux Madeleine
Le mot ''évangile''
Gros plan sur
 
Commencer
 
http://expositions.bnf.fr/parole/feuille/02.htm : Et le Ver ...
Le terme ''évangile'' vient du grec et signifie ''bonne – ou heureuse – nouvelle''. Plus précisément il comporte l'idée de salut.
 

''Évangile selon Saint Marc'', c'est le titre traditionnel du deuxième livre du Nouveau Testament. ''Commencement de l'Évangile de Jésus Christ Fils de Dieu'', tel en est le début. D'entrée de jeu, nous avons deux emplois du mot ''Évangile'', l'un orienté vers un livre, l'autre vers un événement.

Les dictionnaires nous disent que le terme ''évangile'' vient du grec et qu'il signifie, étymologiquement, ''bonne – ou heureuse – nouvelle''. Plus précisément il comporte l'idée de salut et il a été utilisé pour traduire un mot hébreu qui, dans l'Ancien Testament, désignait l'annonce d'une victoire ou d'un danger écarté.

Annonce de salut
Par exemple, dans l'histoire du roi David, un messager vient annoncer la ''bonne nouvelle'' de la mort d'Absalom, le fils révolté qui mettait le trône en danger (2 Samuel 18,19-31). Dans le livre d'Isaïe le sens est autre : il s'agit d'un message positif de bonheur, fin de l'Exil et retour au pays. Le prophète parle d'un messager (ou ''évangéliste'') qui met ses auditeurs ''à l'écoute de la paix'' et du salut et ''qui dit à Sion : Ton Dieu règne'' (Is 52,7). Il évoque un ''messie envoyé porter joyeuse nouvelle aux humiliés'', aux cœurs brisés, aux prisonniers (Isaïe 61,1). Pour les chrétiens, cette annonce se réalisera en Jésus.

L'Évangile de Dieu
Dès le début, raconte Marc, Jésus ''proclamait l'Évangile de Dieu…'' (Mc 1,14). Jésus parle et guérit. Ses paroles et ses actes disent qui est Dieu. La ''bonne nouvelle'', c'est que Dieu aime les hommes, qu'il les veut bien vivants et qu'il n'exclut personne. Paraboles et miracles n'ont pas d'autre signification. Encore faut-il croire et accueillir librement ce Dieu-là et son Règne.

Les apôtres sont appelés à faire connaître cet Évangile, et pour cela ils laissent tout le reste. Paul à son tour se dit ''mis à part pour annoncer l'Évangile de Dieu'' et il ne peut se dérober à sa mission (1 Co 9,16). Tous sont témoins de ce qu'a fait Jésus, de sa Croix et de sa Résurrection, la Bonne Nouvelle par excellence, la victoire sur la mort et le salut définitif, pour lui et pour tous. Car le triomphe du Fils est ''prémices'' et promesse. Il fallait en témoigner par la parole, par la façon de vivre, et… par l'écriture !

Les évangiles
De fait, la Bonne Nouvelle de Jésus Christ a été transmise par écrit dans ces livres que nous appelons justement ''évangiles''. Les communautés de disciples ont reconnu leur foi et leur Seigneur dans les récits de Matthieu, Marc, Luc et Jean. Tous relatent l'histoire de Jésus, ses faits et gestes, ses paroles, sa Passion et sa Résurrection, chacun selon sa personnalité et pour une communauté donnée. On sait que ces textes étaient lus dans les assemblées chrétiennes dès le 2e siècle. Ils sont quatre, et il n'est pas trop de quatre témoignages pour exprimer l'infinie richesse de l'unique Évangile de Dieu : Jésus.

© SBEV .  Madeleine LE SAUX

 
Mc 1
1Commencement de l'Evangile de Jésus Christ Fils de Dieu  :
2Ainsi qu'il est écrit dans le livre du prophète Esaïe, Voici, j'envoie mon messager en avant de toi, pour préparer ton chemin.
3Une voix crie dans le désert : Préparez le chemin du Seigneur, rendez droits ses sentiers.
4Jean le Baptiste parut dans le désert, proclamant un baptême de conversion en vue du pardon des péchés.
5Tout le pays de Judée et tous les habitants de Jérusalem se rendaient auprès de lui ; ils se faisaient baptiser par lui dans le Jourdain en confessant leurs péchés.
6Jean était vêtu de poil de chameau avec une ceinture de cuir autour des reins  ; il se nourrissait de sauterelles et de miel sauvage.
7Il proclamait : « Celui qui est plus fort que moi vient après moi, et je ne suis pas digne, en me courbant, de délier la lanière de ses sandales.
8Moi, je vous ai baptisés d'eau, mais lui vous baptisera d'Esprit Saint. »
9Or, en ces jours-là, Jésus vint de Nazareth en Galilée et se fit baptiser par Jean dans le Jourdain.
10A l'instant où il remontait de l'eau, il vit les cieux se déchirer et l'Esprit, comme une colombe, descendre sur lui.
11Et des cieux vint une voix : « Tu es mon Fils bien-aimé, il m'a plu de te choisir. »
12Aussitôt l'Esprit pousse Jésus au désert.
13Durant quarante jours, au désert, il fut tenté par Satan. Il était avec les bêtes sauvages et les anges le servaient.
14Après que Jean eut été livré, Jésus vint en Galilée. Il proclamait l'Evangile de Dieu et disait :
15« Le temps est accompli, et le Règne de Dieu s'est approché : convertissez-vous et croyez à l'Evangile. »
16Comme il passait le long de la mer de Galilée, il vit Simon et André, le frère de Simon, en train de jeter le filet dans la mer : c'étaient des pêcheurs.
17Jésus leur dit : « Venez à ma suite, et je ferai de vous des pêcheurs d'hommes. »
18Laissant aussitôt leurs filets, ils le suivirent.
19Avançant un peu, il vit Jacques, fils de Zébédée, et Jean son frère, qui étaient dans leur barque en train d'arranger leurs filets.
20Aussitôt, il les appela. Et laissant dans la barque leur père Zébédée avec les ouvriers, ils partirent à sa suite.
21Ils pénètrent dans Capharnaüm. Et dès le jour du sabbat, entré dans la synagogue, Jésus enseignait.
22Ils étaient frappés de son enseignement, car il les enseignait en homme qui a autorité et non pas comme les scribes.
23Justement il y avait dans leur synagogue un homme possédé d'un esprit impur  ; il s'écria :
24« Que nous veux-tu, Jésus de Nazareth ? tu es venu pour nous perdre. Je sais qui tu es : le Saint de Dieu. »
25Jésus lui commanda sévèrement : « Tais-toi et sors de cet homme. »
26L'esprit impur le secoua avec violence et il sortit de lui en poussant un grand cri.
27Ils furent tous tellement saisis qu'ils se demandaient les uns aux autres : « Qu'est-ce que cela ? Voilà un enseignement nouveau, plein d'autorité ! Il commande même aux esprits impurs et ils lui obéissent ! »
28Et sa renommée se répandit aussitôt partout, dans toute la région de Galilée.
29Juste en sortant de la synagogue, ils allèrent, avec Jacques et Jean, dans la maison de Simon et d'André.
30Or la belle-mère de Simon était couchée, elle avait de la fièvre ; aussitôt on parle d'elle à Jésus.
31Il s'approcha et la fit lever en lui prenant la main  : la fièvre la quitta et elle se mit à les servir.
32Le soir venu, après le coucher du soleil, on se mit à lui amener tous les malades et les démoniaques.
33La ville entière était rassemblée à la porte.
34Il guérit de nombreux malades souffrant de maux de toutes sortes et il chassa de nombreux démons ; et il ne laissait pas parler les démons, parce que ceux-ci le connaissaient.
35Au matin, à la nuit noire, Jésus se leva, sortit et s'en alla dans un lieu désert ; là, il priait.
36Simon se mit à sa recherche, ainsi que ses compagnons,
37et ils le trouvèrent. Ils lui disent : « Tout le monde te cherche. »
38Et il leur dit : « Allons ailleurs, dans les bourgs voisins, pour que j'y proclame aussi l'Evangile  : car c'est pour cela que je suis sorti. »
39Et il alla par toute la Galilée  ; il prêchait dans leurs synagogues et chassait les démons.
40Un lépreux s'approche de lui ; il le supplie et tombe à genoux en lui disant : « Si tu le veux, tu peux me purifier. »
41Pris de pitié, Jésus étendit la main et le toucha. Il lui dit : « Je le veux, sois purifié. »
42A l'instant, la lèpre le quitta et il fut purifié.
43S'irritant contre lui, Jésus le renvoya aussitôt.
44Il lui dit : « Garde-toi de rien dire à personne, mais va te montrer au prêtre et offre pour ta purification ce que Moïse a prescrit  : ils auront là un témoignage. »
45Mais une fois parti, il se mit à proclamer bien haut et à répandre la nouvelle, si bien que Jésus ne pouvait plus entrer ouvertement dans une ville, mais qu'il restait dehors en des endroits déserts. Et l'on venait à lui de toute part.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org