1149
Horeb
333
Sinaï
307
Garcia Lopez Félix
La montagne de Dieu : Sinaï / Horeb
Gros plan sur
 
Commencer
 
Les spécialistes se demandent si Sinaï et Horeb sont simplement deux noms différents pour désigner la même montagne ou si, au contraire, il s'agit de deux montagnes différentes...
 

Dans l'histoire des religions, les montagnes ont souvent joué un rôle de premier plan. Dans les religions anciennes, l'espace était mis en valeur plus par sa qualité que par sa quantité ou sa situation géographique. Ce qu'éprouvait un individu ou une communauté dans un lieu concret déterminait sa valeur. L'espace où se manifestait la divinité acquérait le rang de lieu sacré. Le centre du monde, d'après le langage mythologique, est occupé par une montagne sacrée, dont le sommet touche le ciel et dont la base repose dans les profondeurs de l'abîme. C'est l'axe du monde, où se rejoignent les trois espaces cosmiques: le ciel, la terre et le monde souterrain. La religion de l'ancien Israël n'est pas étrangère à cette mentalité. Dans l'Ancien Testament on mentionne plusieurs montagnes sacrées, dans la terre promise ou en dehors, toutes liées à la religion israélite. Les principales sont la montagne du Sinaï / Horeb et le mont Sion. Ézéchiel 38,12 place le "nombril de la terre" à Jérusalem (cf. Jubilés 8,19), mais Juges 9,37 le place à Sichem.

Dans les grandes religions orientales autour d'Israël, particulièrement en Égypte et en Mésopotamie, la sainteté des lieux provenait des événements primordiaux de la création et du pouvoir créateur même des dieux. En Israël, par contre, le caractère sacré des lieux dérivait fondamentalement des événements de l'histoire du salut qui s'y étaient produits. Concrètement, la sainteté du Sinaï / Horeb vient du fait que Yahvé s'y est révélé à Moise et à tout le peuple. Dans ce lieu, Israël a fait l'expérience de la présence vivante et proche de son Dieu. Par conséquent, le Sinaï / Horeb est devenu l'un des piliers sur lesquels s'est fondée la religion d'Israël.

Les traditions bibliques qui se rapportent au Sinaï / Horeb se concentrent de préférence dans les livres de l'Exode et du Deutéronome. Dans le premier prédomine le nom de Sinaï (Ex 19,12.11.18.20.23; 24,16; 31,18; 34,2.4.29.32) et dans le second, celui d'Horeb (Dt 1,2.6.19; 4,10.15; 5,2; 9,8; 18,16; 28,69). Dans les deux livres, en outre, on parle souvent de "la montagne", sans autre précision, si ce n'est le contexte du Sinaï (Ex 19,2.3.12-14.16-18.20.23; 20,18; 24,4.1213.15.17-18) ou de l'Horeb (Dt 5,4-5.22; 9,910.15; 10,4.10). Parmi les spécialistes on se demande si Sinaï et Horeb sont simplement deux noms différents pour désigner la même montagne ou si, au contraire, il s'agit de deux montagnes différentes.

La situation géographique est également sujette à discussion. La majeure partie des textes cités ci-dessus à propos du Sinaï / Horeb font allusion à une montagne; seuls quelques-uns (Ex 19,1-2) parlent d'un "désert de Sinaï". En Ex 3,1; 4,27 et 18,5 on parle de « la montagne de Dieu » en relation avec le désert. En 3,1 cette montagne est identifiée à l’Horeb, mais plusieurs auteurs estiment que c'est là une glose rédactionnelle tardive. Dans une autre tradition, représentée par Dt 33,2; Jug 5,4-5; Hab 3,3 et le Ps 68,9, le Sinaï apparaît plutôt comme une vaste région montagneuse ou désertique (Sinaï, Seïr, Édom, Parân) d'où vient Yahvé.

Le Sinaï / Horeb est avant tout le point de rencontre entre Dieu et son peuple. Ex 19-20 (Dt 5) représente le lieu classique de tous les récits de théophanies de l'Ancien Testament. Sur la montagne sainte, en outre, Dieu a conclu une alliance avec Israël, l'alliance par excellence (Ex 24,1-11; cf. Dt 5,2-3). Le Sinaï / Horeb, enfin, est la scène sur laquelle Dieu a révélé sa loi: non seulement le décalogue, point culminant de la théophanie et élément central de l'alliance, mais aussi le Code de l'Alliance (Ex 20,22 à 23,19), la Loi sacerdotale et le Code de Sainteté (Ex 25 à Nb 10) et enfin le Code deutéronomique (Dt 12-25). Cette connexion confère une dignité spéciale aux lois de l'Ancien Testament.

© Félix Garcia Lopez, SBEV / Éd du Cerf, Cahier Évangile n° 81 (Septembre 1992), « Le Décalogue », p. 7-8.

 

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org