296
Abraham
1570
Lectures patristiques
1102
Sacrifice d'Isaac
34
Guinot Jean-Noël
Lectures patristiques
Théologie
 
Approfondir
 
Dès le IIe siècle de notre ère, la lecture chrétienne du sacrifice d'Abraham faite par les Pères de l'Église est pour l'essentiel fixée...
 

Dès le IIe siècle de notre ère, la lecture chrétienne du sacrifice d’Abraham faite par les Pères de l’Église est pour l’essentiel fixée. L’accent est mis sur l’obéissance d’Abraham, indissociable de sa foi en Dieu, et sur Isaac, victime offerte et consentante, reconnu comme une figure de la Passion du Christ et de sa Résurrection.

Abraham modèle du croyant, Isaac figure du Christ. Les Pères des siècles postérieurs ne cessèrent de développer et d’approfondir ces deux axes de lecture à partir d’un examen attentif du récit biblique, scruté jusque dans ses moindres détails, voire ses silences. Leur lecture s’enracine pour une part dans celles qu’ont faites de l’épisode une tradition juive vraisemblablement ancienne, puis Flavius Josèphe dans ses Antiquités juives et Philon d’Alexandrie qui consacra un traité au personnage d’Abraham, comme le fera trois siècles plus tard Ambroise de Milan. Mais elle est plus directement tributaire encore de celle qu’en font Paul et l’auteur de l’épître aux Hébreux qui, pour la majorité des Pères, ne font qu’un.

Sur cet ancrage de la lecture patristique dans la tradition juive et paulinienne, le lecteur se reportera avec profit au chapitre que Jean Daniélou a consacré au sacrifice d’Isaac dans Sacramentum futuri, un ouvrage qui demeure sur le sujet une référence incontournable. L’originalité de la lecture chrétienne, comme le souligne Daniélou, est évidemment la dimension typologique reconnue par les Pères à l’épisode, Abraham étant perçu comme la figure de Dieu le Père livrant son Fils bien-aimé à la mort sur la croix pour le salut du monde, et Isaac comme celle du Christ accomplissant jusqu’au bout la volonté de son Père, dans une obéissance parfaite et un sacrifice librement consenti. Cette dimension typologique du sacrifice d’Isaac fut admise très tôt, comme en témoignent pour nous les premiers auteurs chrétiens, Irénée de Lyon et Tertullien notamment ; elle conduit les Pères à utiliser le récit biblique, non plus seulement pour proposer au fidèle chrétien un enseignement moral à partir de la lecture immédiate du texte, même s’il tient chez eux une place importante, mais aussi un enseignement doctrinal.

Le récit sert alors d’argument en faveur de la résurrection. Il permet également d’aborder plusieurs questions théologiques : Dieu peut-il tenter ? Avait-il besoin de mettre à l’épreuve Abraham pour s’assurer de sa foi et de son obéissance ? Le Père peut-il souffrir en livrant son Fils à la mort comme souffre Abraham d’avoir à sacrifier Isaac ? Pareillement, la figure d’Isaac, au final divinement épargné et rendu à la vie, et celle du bélier sacrifié fournissent l’occasion d’un enseignement christologique sur les natures du Christ, notamment chez les Pères du Ve siècle, à l’époque où cette question suscite un large débat doctrinal et divise profondément l’Église, celle d’Orient surtout, entre tenants des deux natures et partisans d’une unique nature incarnée.

Le cadre de notre exposé se trouve ainsi tracé. Une première partie s’attachera à l’exégèse morale et, dans une moindre mesure, spirituelle que font les Pères de Gn 22. Puis une large place sera accordée à la lecture typologique qui est la leur, même si tous ne développent pas, au même degré, cette forme d’exégèse. Pour finir, nous nous attacherons à l’enseignement doctrinal, à la fois théologique et christologique, qu’ils tirent de ce récit. On s’apercevra vite, à la lecture des extraits patristiques cités pour illustrer chacune de ces trois rubriques, que les Pères passent aisément d’un mode de lecture à un autre : le cadre imposé à l’exposé pour des raisons de clarté est donc loin d’être rigide. Aussi faudra-t-il tenir ensemble ces différentes rubriques pour se faire une idée exacte de l’interprétation patristique du sacrifice d’Abraham.     

(...)

© Jean-Noël Guinot, SBEV / Éd. du Cerf, Supplément au Cahier Évangile n° 173 (septembre 2015), "L’épreuve d’Abraham ou la ligature d’Isaac (Genèse 22) ", p. 39-40.

 
Gn 22
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org