1546
Joachim de Flore
116
Dahan Gilbert
Joachim de Flore et le joachimisme
Gros plan sur
 
Approfondir
 
L'oeuvre de Joachim de Flore a joué un rôle majeur dans la spiritualité franciscaine et dans son exégèse...
 

L’œuvre de Joachim de Flore a joué un rôle majeur dans la spiritualité franciscaine et dans son exégèse. Les franciscains trouvent chez Joachim ce qui va étayer leur construction de l’histoire, qu’ils soient fidèles à ses modèles ou s’en écartent. Nous avons vu qu’il joue un rôle majeur chez Pierre de Jean Olieu ; mais un saint Bonaventure fonde sur lui une partie de sa conception de l’histoire.

Né en Calabre vers 1135, il entre chez les bénédictins à Corazzo et y est abbé en 1177. Puis il séjourne chez les cisterciens de Casamari en 1182-1183. De retour à Corazzo, il fait plusieurs expériences extatiques. En 1188, il tente une nouvelle vie monastique et fonde un nouvel ordre, approuvé par le pape Célestin III en 1196. Il meurt en 1202. Il est l’auteur d’un certain nombre d’œuvres, dont les plus importantes sont le Commentaire de l’Apocalypse, une Concorde du Nouveau et de l’Ancien Testament et un ouvrage sur le mystère trinitaire, le Psaltérion aux dix cordes. Plusieurs pseudépigraphes du xiiie siècle se réclament de lui, dont un commentaire de Jérémie.

Il aura au xiiie siècle une grande influence, tant dans le domaine de la prophétie que dans celui de l’eschatologie et, surtout, en raison de ses divisions de l’Histoire : la plus importante est celle des trois âges, du Père, du Fils et de l’Esprit saint, qui est mise en relation avec une division de l’histoire de l’Église en sept périodes. Le franciscain Gérard de Borgo San Donino, étudiant à Paris en 1254, radicalise ou en dévoye certaines de ses thèses : Joachim apparaît comme un nouveau Christ, et après la Loi et l’Évangile, les écrits de Joachim sont le nouveau Livre… Cela provoque hostilité et méfiance à l’égard de Joachim de Flore, et son ouvrage Introduction à l’Évangile éternel est au centre de la querelle entre séculiers et mendiants à l’Université de Paris. Mais Joachim est condamné, aussi bien par le pape Innocent IV qu’à l’intérieur de l’ordre. Son influence sur les franciscains ne disparaît pas pour autant : saint Bonaventure et Pierre de Jean Olieu, parmi bien d’autres, s’inspirent de lui et citent son nom.


© Gilbert Dahan, SBEV / Éd. du Cerf, Supplément au Cahier Evangile n° 169, (septembre 2014), "François et ses frères, lecteurs de la Bible au XIIIe siècle", p. 98 (encadré).

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org