1252
Ecritures
463
Evangiles
289
Sevin Marc
Le terreau des évangiles
Gros plan sur
 
Commencer
 
Lorsque les évangélistes parlent des « Écritures », ils désignent ce que les chrétiens appellent l'« Ancien Testament »...
 

Lorsque les évangélistes parlent des « Écritures », ils désignent ce que les chrétiens appellent l’« Ancien Testament ». Cinq livres en sont le cœur et forment la « Loi ». Les « Prophètes » (livres historiques et recueils d’oracles) y ont été ajoutés, considérés comme des commentaires déployant et éclairant cette Loi. Enfin, les « Écrits » rassemblent d’autres ouvrages retenus par la tradition, en particulier les réflexions des sages, réunies pour méditer la Loi.

Comment Jésus lisait-il les Écritures ?

Jésus est un juif bien ancré dans sa tradition. D’après le témoignage des évangiles, Jésus connaissait bien les Écritures. Comme tout juif pieux de son époque, il avait acquis cette connaissance lors des assemblées religieuses du sabbat à la synagogue de Nazareth. On y faisait lecture d’un passage de la Loi et d’un texte prophétique. L’un des participants, choisi parmi ceux qui connaissaient le mieux les Écritures, était invité à prendre la parole pour proposer à la communauté une actualisation de la Parole entendue. Jésus a tenu ce rôle de temps à autre (Lc 4,16-24 ; voir aussi Mt 13,54-58).

En parcourant les évangiles, on perçoit que Jésus, comme beaucoup de croyants de son temps, utilise les Écritures de façon traditionnelle. Elles lui servent à appuyer un enseignement, à rappeler un commandement ou à inviter à tel ou tel comportement : « Tout ce que vous voulez que les hommes fassent pour vous, faites-le vous-mêmes pour eux : c’est la Loi et les Prophètes » (Mt 7,12).

Aux sadducéens venant l’interroger sur la foi en la résurrection des morts, il répond en faisant référence globalement aux Écritures, et plus particulièrement au livre de l’Exode : « "Vous ne connaissez ni les Écritures ni la puissance de Dieu. […] N’avez-vous pas lu la Parole que Dieu vous a dite : Je suis le Dieu d’Abraham, le Dieu d’Isaac et le Dieu de Jacob [Ex 3,6] ? Il n’est pas le Dieu des morts, mais des vivants." En entendant cela, les foules étaient frappées de son enseignement » (Mt 22,29-33).

Aux pharisiens qui s’étonnent de la liberté de ses disciples par rapport à la tradition des anciens de se laver les mains avant les repas, Jésus rappelle qu’il existe un commandement autrement plus important, tiré d’Exode 20,12 : « Dieu a dit en effet : Honore ton père et la mère... » (Mt 15,4). Dans la parabole du mauvais riche et du pauvre Lazare, c’est à la totalité des Écritures qu’il renvoie : « Ils ont Moïse et les Prophètes ; qu’ils les écoutent » (Lc 16,29).

Les Écritures lui permettent d’expliquer sa mission. Il les applique à sa propre personne. Ainsi, en conclusion de la parabole des vignerons révoltés, fait-il allusion à son destin : « N’avez-vous jamais lu dans les Écritures : "La pierre qu’ont rejetée les bâtisseurs, c’est elle qui est devenue la pierre d’angle ; c’est là l’œuvre du Seigneur : Quelle merveille à nos yeux" [Ps 118,22-23]. Aussi je vous le déclare : le Royaume de Dieu vous sera enlevé, et il sera donné à un peuple qui en produira les fruits » (Mt 21,42-43).

La relecture chrétienne

Tout ce qui vient d’être dit est issu de la relecture des évangiles, soucieux de rappeler les liens étroits entre le dessein de Dieu et la Bonne Nouvelle.

Les évangiles ont, par ailleurs, cherché dans les Écritures tout ce qui pouvait se rapporter à la figure de Jésus et l’éclairer. Il fallait absolument souligner que Jésus était en parfaite cohérence avec les Écritures, sinon son message restait inaudible, stérile, vide ! Or c’était très difficile. Jésus, dans sa personne, dans ses paroles, dans son activité, ne correspondait guère à des pans entiers des Écritures.

Jésus et le Temple.

Les Écritures accordent une large place à la dimension rituelle et cultuelle d’Israël. Le Temple de Jérusalem, habitation du Seigneur Dieu parmi son peuple, tient une place primordiale.Or les évangiles laissent entendre que Jésus n’avait que peu d’affinités avec ce Temple et son environnement liturgique.

Il n’était pas de famille sacerdotale (au contraire de Jean Baptiste). La sienne habitait loin de Jérusalem, en Galilée, où les habitants étaient souvent considérés, du fait de leur éloignement géographique du centre religieux du pays et de leur proximité avec d’autres nations, comme de mauvais croyants. De plus, il semble que Jésus a pris clairement ses distances par rapport au Temple et qu’il a même combattu fermement certains de ses aspects (voir le geste des vendeurs chassés en Marc 11,15-17, justifié par un rappel de Jérémie 7,11). La raison de son attitude s’expliquait-elle simplement parce que cette institution avait failli à son rôle, ou parce qu’il ne côtoyait pas ordinairement les milieux religieux qui gravitaient autour du Temple ?

L’image du Messie.

Jésus correspondait mal à l’idée que l’on se faisait du messie de Dieu. Or la dimension royale recouvre une bonne part des Écritures. Le roi David a laissé le souvenir d’un grand roi qui, malgré ses faiblesses, était un grand croyant et qui a fait d’Israël un royaume étendu, sûr dans ses frontières et prospère.

Il était le messie, l’« oint », celui que Dieu avait choisi (1 S 16,11-13). À la disparition de l’institution royale, au nom même de la foi en Dieu, les croyants d’Israël en sont venus à penser que le Seigneur était bien capable de susciter un roi comme David, et même plus fort que lui, pour assurer la sécurité et la richesse du peuple. L’image de la royauté charrie avec elle celle de puissance, de richesses, d’administration forte, d’armée, de palais… Or Jésus n’a rien d’un roi. Il se présente comme le pauvre qui choisit le service humble (Mt 12,18-20 ; citant Is 42,1-4). Il ne cherche pas à s’imposer par la force… Jésus ne correspond donc pas à l’image messianique de « Fils de Dieu » comme on appelait le roi. Peut-il alors être en accord avec les Écritures ?

La pendaison au bois.

Enfin, comment la mort de Jésus sur une croix peut-elle s’accorder avec les Écritures ? Comment cela peut-il se marier avec la victoire, le salut, la libération, la délivrance, la vie annoncée par les Écritures ? Plus grave encore, comment l’envoyé de Dieu peut-il finir comme un banni de Dieu puisque les Écritures affirment : « Le pendu [au bois] est une malédiction de Dieu » (Dt 21,23). Deux grands textes ont alors été relus : le psaume du juste abandonné (Ps 21[22]), cité dans le récit de la crucifixion (Mc 15,24.29.34), et le poème du Serviteur souffrant (Is 52,12 – 53,13) sous-jacent à Marc 15,28 mais aussi à Matthieu 8,16-17 et Luc 22,37.

[...]

© Marc Sevin, Cahier Évangile n° 169, Mots de passe pour les Évangiles, p. 23-25.
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org