1494
Corinthe
1323
Paul
10
Autané Maurice
Paul à Corinthe
Gros plan sur
 
Commencer
 
Corinthe : un immense ville cosmopolite où de nombreuses religions coexistent...
 

« Nous sommes vraiment arrivés le premier jusqu'à vous avec l'Évangile du Christ » écrit Paul aux Corinthiens (2 Co 10,14), attestant  qu'il est bien le fondateur de la communauté chrétienne de Corinthe. Découvrons cette immense ville cosmopolite aux deux ports, grouillante de vie et où tant de religions coexistent.

La ville de tous les plaisirs

Deuxième ville de l'empire après Rome, avec une population estimée à un demi-million d'habitants, Corinthe est la capitale de l'Achaïe, en Grèce. Située sur une étroite bande de terre qui relie le Péloponnèse au continent, elle contrôle deux ports : Lékaion au nord et Cenkrées au sud. Cette situation lui permet de recevoir des marchandises venant de tout le bassin méditerranéen. Avant que ne soit percé le canal moderne de Corinthe (commencé sous Néron et terminé... en 1893), on tirait les bateaux déchargés, montés sur des chariots, sur une chaussée faite exprès : le diolkos. À côté du commerce florissant, le tourisme concourt à la richesse de la ville, notamment tous les deux ans, à l'occasion des célèbres Jeux Isthmiques qui rassemblent des centaines d'athlètes.

Mais la réputation de Corinthe, au temps de Paul, était plutôt douteuse; le terme « corinthiser » désignait la prostitution et une maladie vénérienne s'appelait le « mal de Corinthe » ! L'historien grec Strabon (mort en 24 de notre ère), parle de plus d'un millier de prostituées sacrées attachées au temple d'Aphrodite. Corinthe la riche, la cosmopolite, la débauchée... une ville qui donnait le tournis. Il fallait à Paul une bonne dose de courage et de foi pour s'attaquer à l'évangélisation d'une telle cité !

Paul y séjourne trois fois

Dans ses lettres, Paul parle de ses séjours à Corinthe. Il y est venu au moins trois fois. Dans sa première lettre (2,1), il rappelle son premier séjour : « Quand je suis venu chez vous, frères »... et il annonce une autre visite : « Je viendrai bientôt chez vous, si le Seigneur le veut »... (4,19). Dans sa seconde lettre il projette une troisième visite : « C'est la troisième fois que je vais chez vous » (2 Co 13,1-2).

Mais les Actes des Apôtres, rédigés par Luc, constituent une autre source d'information. Luc n'écrit pas la vie de Paul, ni l'histoire de ses communautés, mais il veut montrer la propagation de l'Évangile, de Jérusalem à Rome, en faisant de Paul l'acteur décisif de cette expansion. Cela explique que Luc ne parle que de deux séjours de Paul à Corinthe : un premier de 18 mois (Ac 18,11), de 50 à 52, et un autre de 3 mois (Ac 20,2). Il s'agirait des première et troisième visites.

Les Actes racontent l'arrivée de Paul à Corinthe au cours de l'hiver 50-51. Il est seul. Hébergé par un couple, Priscille et Aquila, il travaille chez eux pour gagner sa vie, car il est tisserand de toile de tente, comme eux. Il se contente de prêcher le jour du sabbat à la synagogue. Mais lorsque ses collaborateurs Silas et Timothée le rejoignent, il consacre tout son temps à la prédication de l'Évangile. Bientôt des Corinthiens se convertissent et demandent le baptême. Le second séjour, d'après les Actes, se place pendant le troisième voyage missionnaire, durant l'hiver 57-58.

Une communauté menacée de divisions

Qui sont ces chrétiens de Corinthe ? Ils viennent pour la plupart des groupes sociaux les plus pauvres de la ville (1 Co 1,26); certains sont même des esclaves. Mais il y a aussi des gens influents, qui occupent de hautes responsabilités ou exercent des métiers considérés. Dans la première lettre et Actes 18 on relève une douzaine de noms, avec quelques bribes de leur histoire.

Les tensions et divergences à l'intérieur de la jeune communauté sont multiples. Les Corinthiens ont tendance à former de petits groupes autour de quelques personnalités : Paul, Apollos, Képhas (Pierre) (1,12; 3,4.22). Paul leur rappelle l'essentiel : tous les chrétiens appartiennent au Christ, car c'est lui qui les sauve, et non l'un des responsables. D'autres tensions ont dû tirailler la communauté, comme les divisions entre esclaves et hommes libres, entre fidèles, d'origine juive et ceux d'origine païenne. La lecture des deux lettres met en lumière la fragilité d'une jeune église qui découvre la foi au Christ et perçoit peu à peu tout ce que cela doit changer dans ses mœurs. Il faudra toute la passion de Paul... et certainement l'aide de l'Esprit, pour que la foi des Corinthiens persévère et grandisse.


© SBEV. Maurice Autané

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org