1493
Conclusion
571
Evangile de Marc
289
Sevin Marc
La finale de l'évangile de Marc
Gros plan sur
 
Commencer
 
 

Où placer le point final de l'évangile de Marc ? Les manuscrits qui nous ont transmis cet évangile offrent, à notre étonnement, plusieurs solutions. À vrai dire cette question n'est pas d'une importance capitale et elle ne remet pas en cause l'intégrité de l'évangile de Marc. Elle permet de percevoir des sensibilités différentes au sein des communautés qui ont reçu l'évangile de Marc. Pour placer le point final de l'évangile de Marc, les documents hésitent surtout entre trois positions.

 L’évangile de Marc se termine en 16,8

Si nous laissons de côté l'hypothèse selon laquelle la finale de l'évangile se serait perdue, certains manuscrits de cet évangile se terminent avec l'épisode des femmes au tombeau (Marc 16,1-8). Par l'embaumement, ces femmes cherchent à conserver et à figer le souvenir de Jésus de Nazareth. Au lieu d'un cadavre, elles découvrent un message venant du ciel : « Il est ressuscité »; elles reçoivent aussi une mission auprès des disciples et de Pierre. Mais paralysées par la peur, elles se taisent.

Rien ne s'oppose à ce que cet épisode serve de conclusion à tout l'évangile de Marc. On y retrouve bien l'affirmation de la foi pascale : « Il est ressuscité ». On sait que les évangiles ont été écrits après Pâques et qu'ils portent à chaque page l'empreinte de la foi pascale; les récits d'apparition du Ressuscité ne sont donc pas nécessaires. En terminant sur la peur, l'évangéliste cherchait peut-être à « faire choc ». Il dénonçait, sous la forme d'un récit, la peur qui souvent paralyse les disciples dans l'annonce de la Résurrection de leur Seigneur. Il n'en reste pas moins que, spontanément, cette, conclusion paraît surprenante. On comprend dès lors que très tôt on ait cherché une autre conclusion plus optimiste !

La conclusion « courte »

Dans certains manuscrits l'évangile se poursuit au-delà de 16,8 par ces quelques phrases : « Elles racontèrent brièvement aux compagnons de Pierre ce qui leur avait été annoncé. Ensuite Jésus lui-même fit porter par eux, de l'orient jusqu'au couchant, la proclamation sacrée et incorruptible du salut éternel ». Le style et le vocabulaire de cette version « courte » ne sont pas ceux du reste de l'évangile. Le scandale du silence des femmes est effacé puisqu'en définitive elles remplissent leur mission La version souligne ensuite très succinctement la responsabilité missionnaire confiée par le Ressuscité à ses disciples. En quelques mots et dans un langage déjà bien élaboré, on retrouve un des axes principaux développée dans les récits de Pâques des autres évangiles.

La conclusion « longue »

La conclusion « longue » (versets 9-16) est reproduite en finale de la plupart de nos éditions courantes. Là encore cette version pose bien des problèmes aux spécialistes.

Les uns pensent qu'elle n'est qu'un simple résumé de ce que nous trouvons dans les autres évangiles et dans les Actes: les apparitions à Marie de Magdala, aux deux disciples (d'Emmaüs) et aux Onze.

D'autres sont plus nuancés. La conclusion « longue » comporterait des élément tardifs (peut-être même des années 230-260), mais il se pourrait qu'elle repose sur une tradition très ancienne et aussi vénérable que les évangiles. La mention de l'apparition aux deux disciples dans la campagne ne serait pas un résumé du récit de Luc sur les disciples d'Emmaïs. Au contraire, Luc se serait inspiré de cette même tradition ou d'une tradition parallèle pour développer et bâtir sa catéchèse du récit d'Emmaüs ! Le discours du Ressuscité aux Onze reproduirait même une formulation très ancienne et parallèle aux textes correspondants des autres évangiles.

Le style et certaines idées de cette version longue ne se retrouvent pas dans le reste de l'évangile. On peut être frappé par exemple de la perspective résolument optimiste de cette version longue en ce qui concerne la prédication missionnaire et son succès garanti. On sait que l'évangéliste Marc souligne plus habituellement les difficultés et les persécutions qui attendent les disciples de Jésus. La conclusion longue entend encourager l'entreprise missionnaire des disciples et recharger leurs énergies apostoliques. Elle les invite à se transformer en prédicateurs intrépides de l'évangile.

Que choisir ?

La question du point final de l'évangile de Marc est complexe et sans doute les spécialistes ne finiront-ils jamais d'en débattre. Faut-il choisir entre les diverses hypothèses ? Chacun se fera son opinion, mais n’oublions pas que ces versets 9-20 du chapitre 16 de l’évangile de Marc portent le souffle de l’Esprit Saint comme les autres versets de l’évangile. Aussi sont-ils « inspirés » et font-ils totalement partie du texte reçu par l'Église.

© SBEV. Marc Sevin

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org