385
Passion
1130
Reniement de Pierre
366
Tricard François
Le reniement de Pierre (Mt 26,69-75)
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Après l'arrestation de Gethsémani, Pierre avait suivi de loin...
 

Après l'arrestation de Gethsémani, Pierre avait suivi de loin. Il voulait savoir comment les choses allaient tourner. Jésus n'avait sûrement pas dit son dernier mot.

Grâce à la complicité d'un autre disciple, il avait réussi à se glisser jusqu'à l'intérieur, dans la cour du Grand Prêtre. Installé dans la place, il comptait bien rester anonyme dans la nuit.

La curiosité d'une femme, à la lueur d'une flambée, suffit à le démasquer. Que n'est-il resté dans l'ombre ! Pourquoi s'être ainsi approché du feu ? Le voici maintenant reconnu : « Toi aussi, tu es avec lui. Tu en fais partie ». II hésite, balbutie : « Je ne comprends pas ce que tu dis ». Il fait celui qui n'est pas concerné Il y a confusion. C'est une erreur.

Le coq peut bien chanter, Pierre n'entend pas. On imagine le silence, la gêne du groupe qui est là autour du feu. Le disciple qui l'a fait entrer ne semble pas avoir été reconnu. Est-il témoin ? On ne sait.

Un instant, Pierre croit qu'il s'en est tiré.

Mais le questionnement et les soupçons reprennent, plus précis : « Tu es nazarénien, galiléen. Ton accent te trahit ». Le voilà pris au piège. Que faire ? Sa vie est menacée : il va être arrêté comme celui qu'on est en train de juger. Il ne se contente plus de plaider qu'il y a erreur sur la personne. Il crie maintenant son ignorance : « Je ne connais pas cet homme. Je n'ai rien à voir avec lui ». Il prend ses distances, jurant à qui veut l'entendre qu'il ne fait pas partie « de la bande à Jésus ».

Plus il se débat, plus il s'enfonce. Un des serviteurs du Grand Prêtre, parent de celui à qui Pierre avait tranché l'oreille, accuse : « »Ne t’ai-je pas vu dans le jardin avec lui ? » Alors Pierre se met à nier, à jurer; il prend le ciel à témoin. La peur de l'arrestation et de la mort l'acculent au mensonge.

C'est alors seulement qu'il entend le coq. La mémoire lui revient. « Même s'il faut que je meure avec toi, non, je ne te renierai pas. Même si tous tombent, eh bien, pas moi ».

D'un coup, il se souvient. Il a été prévenu : « Avant que le coq n'ait chanté deux fois, tu m'auras renié trois fois ». Lui, le rocher, il est devenu pierre de scandale.

Ses yeux s'ouvrent. Jésus est là, dans la cour. Il a entendu les jurons de son disciple. Il s'est retourné et le regarde Le cœur de Pierre est touché; il pleure amèrement et s'enfuit. On ne le verra pas au pied de la croix.

Mais, contrairement à Judas, Pierre n'ira pas se pendre. Il a défailli, mais Jésus a prié pour lui. Une parole d'espérance reste en sa mémoire : « Quand tu seras revenu, affermis tes frères ». Homme de peu de foi, il a déjà été sauvé de la noyade. Satan n'aura pas le dernier mot, l'amour de Jésus pour lui ne se démentira pas.

© SBEV. François Tricard

 
Mt 26,69-75
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org