531
Actes des Apôtres
476
Kérygme
18
Marchadour Alain
Le Kérygme dans les Actes des Apôtres
Gros plan sur
 
Commencer
 
Le kérygme ou l'annonce de la Bonne nouvelle...
 

Dans le monde grec, lorsqu'une nouvelle importante était proclamée dans la cité, on l'appelait « kérygme », ce qui veut dire proclamation, annonce publique. Les évangélistes reprendront ce terme, sous sa forme verbale, pour désigner le fait d'annoncer la Bonne Nouvelle ou Évangile. Matthieu dit, par exemple que Jésus a proclamé la Bonne Nouvelle du Royaume (Mt 9,35).

De Jésus à l'Église

Ce terme « kérygme » est devenu, dans les études sur les Actes des Apôtres, le mot technique pour désigner l'annonce de Jésus reconnu Christ et Seigneur par sa résurrection. Ces proclamations sont mises tantôt dans la bouche de Pierre, tantôt dans celle de Paul. L'intérêt de ces proclamations est de former une sorte de « mini évangile », le plus souvent très archaïque, où est concentré l'essentiel de l'Évangile : l'annonce chrétienne de Jésus Messie et Seigneur.

Le style et le vocabulaire de ces formules du kérygme remontent aux sources de la prédication chrétienne. Leur conservation témoigne du passage décisif de Jésus à l'Église et de la continuité, en même temps que de la nouveauté. Jésus prêchait le Règne de Dieu; I'église primitive prêche Jésus. C'est l'Évangile, la "bonne nouvelle", qui donnera naissance aux « évangiles » : les quatre livrets rapportant le parcours de Jésus.

Lorsqu'il s'agira de remplacer Judas qui a trahi, le témoin choisi doit répondre à une exigence qui délimite les deux extrémités du kérygme : avoir été là « tout le temps que le Seigneur Jésus a vécu au milieu de nous, en commençant par le baptême de Jean jusqu'au jour où il nous fut enlevé » (Ac 1,21). Àce stade primitif, la prédication est un cri qui atteste. Progressivement, ce cri se transformera en discours.

Les textes du kérygme

Voici les principaux textes où le rédacteur des Actes des Apôtres a fait exprimer le kérygme par tel ou tel personnage :

• 2,14-41 : À la Pentecôte, Pierre aux Juifs de Jérusalem

• 3,12-26 : Après la guérison du boiteux, Pierre (et Jean) à la foule, devant le Temple

• 4,9-12 : Pierre (et Jean) devant le Sanhédrin

• 5,29-32 : De nouveau Pierre (et les apôtres) devant le Sanhédrin

• 10,34-43 : Pierre chez Corneille à Césarée

• 13,16-41 : Paul (et Barnabas) à la synagogue d'Antioche de Pisidie.

Les caractéristiques du kérygme

On rencontre également des formules du kérygme en dehors des Actes des Apôtres. Par exemple dans la première épître de Paul aux Corinthiens : « Je vous ai transmis ce que j'avais moi-même reçu : Christ est mort pour nos péchés, selon les Écritures. Il a été enseveli, il est ressuscité le troisième jour selon les Ecritures. Il est apparu à Képhas, puis aux Douze » (15,3-5). En comparant toutes ces formulations, on relève un certain nombre de caractéristiques communes.

La proclamation orale. La prédication est transmise par un « prédicateur ». Les Grecs donnaient le nom de kèrux à celui qui venait aux portes de la ville annoncer une bonne nouvelle. Celle-ci exige un prédicateur, sa voix, mais aussi sa force de conviction. L'Évangile n'est pas d'abord une connaissance, mais une manière de vivre.

La brièveté nécessaire pour une annonce publique qui dit l'essentiel. L" « événement Jésus » est présenté dans ses trois phases essentielles : son ministère (miracles et prédication), sa mort et sa résurrection. Plus tard l'espace entre la première prédication de Jésus et son ascension se remplira progressivement de récits et de discours de Jésus pour former les évangiles. Mais ici nous sommes en présence de l'Évangile à l'état naissant.

L'insertion dans la vie. La prédication des apôtres a toujours pour fonction, dans les Actes, de dire une parole explicative sur un fait surprenant. Par exemple en Ac 2,14-41, il s'agit d'éclairer l'événement de la Pentecôte, par lequel les derniers temps sont signifiés. C'est bien parce que Jésus a été rendu à la vie par son Père que tout cela advient.

L'enracinement dans les Écritures. L'événement vient signifier que Jésus est bien le Seigneur en qui le Règne de Dieu s'accomplit. Mais un autre éclairage important est invoqué par le prédicateur : ce sont les Écritures qui ont prédit la venue du Messie (voir par exemple Ac 2,17-28).

Cette annonce n'est pas une simple information. Elle a pour objectif de rejoindre les hommes et de les convertir. Cette transformation est marquée par le baptême et le don de l'Esprit.


© SBEV. Alain Marchadour
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org