1243
Ezéchiel
75
Dubreucq Marc
Ézéchiel, un prophète difficile...
Gros plan sur
 
Commencer
 
Ézéchiel n'est pas toujours aisé à comprendre...
 

Ézéchiel est un prophète difficile; il n'est pas toujours aisé à comprendre. Ses écrits ont eu du mal à trouver place dans la liste des livres de la Bible. Pourtant il a traversé une période très difficile et sa parole s'élève de manière très actuelle.

Toute la vie de cet homme, racontée dans un langage poétique parfois obscur, est une parole adressée au peuple d’Israël. Ce dernier traversait les moments très douloureux de l’Exil, de la destruction de Jérusalem et de la déportation en terre étrangère. Du creux de l’arrachement et de la perte des repères jaillira une parole forte signe de l’histoire qui continue malgré tout.

Ézéchiel, homme de la tradition

Ézéchiel était un bon prêtre, de famille sacerdotale, soucieux de pureté, élevé dans le respect des lois alimentaires, capable de conseiller ceux qui le questionnaient. Il gardera dans ses écrits le style un peu lourd du langage juridique et des cas à résoudre. Homme de la tradition, de la coutume, de l’instruction, il n’était pas préparé à la déportation lorsque Nabuchodonosor envahit le pays, prend Jérusalem et conduit les notables à Babylone en 597 av. JC. Avec Ézéchiel, le peuple saura trouver un nouvel équilibre en Mésopotamie, dans un monde culturel radicalement différent.

Prêtre su Temple de Jérusalem

Ézéchiel se préparait aussi à prendre sa place au Temple de Jérusalem. Cet unique centre du culte était en Israël un signe merveilleux et bien visible de la proximité du Dieu de l'Alliance. Lieu de la présence et du sacré, c’est là que s’organisaient les règles de pureté. Celles-ci permettaient de s’approcher du Lieu Saint et de respecter la présence du Tout Autre. La vie quotidienne en était imprégnée.

Ézéchiel se trouve parmi les déportés de la première vague. C'est là-bas, près du fleuve Kebar, en Babylonie, qu’il situe sa vocation de prophète (1,1-2). Voilà donc l’homme du « Lieu Saint » transplanté en terre impure, loin de l'ordre bien stable que le Temple de Jérusalem incarnait. Son cri d’horreur : « Seigneur Dieu ! Je ne me suis jamais souillé » (4,14) en dit long sur ce qui lui tenait à cœur : il lui est demandé de faire cuire sa galette d’une façon contraire à toutes les règles de pureté !

Face à cet arrachement, Ézéchiel annonce le départ de la gloire du Seigneur vers Babylone (10,18~22). Tout comme pour les Hébreux dans le désert, la présence de son Dieu le suit dans ses déplacements. Israël réapprend que son Dieu est lié à la vie du peuple beaucoup plus qu’à un lieu fixe, si grand soit-il.

Le prêtre devient guetteur

C'est grâce à la parole d`Ézéchiel le prophète, que le peuple a pu entrer dans la compréhension de son histoire avec Dieu. Le prêtre change de statut; cet homme de la tradition devient guetteur: il voit venir les événements, en comprend le sens profond et les interprète pour ses auditeurs. Ainsi, par exemple, dans le récit de sa vocation (1-3), Ézéchiel décrit la présence de Dieu sur un char. La gloire de Dieu est mobile : elle se déplace et elle avance. Cette vision n’est plus une parole de prêtre, mais une parole de prophète, engagée dans l'histoire que vit le peuple.

L'annonce de cette parole provoquera bien des résistances et la maison d’Israël ne voudra pas écouter (3,7). Il s’agit en effet de transformer l’image du Dieu Saint présent dans le temple, accessible grâce à des règles difficiles mais précises. Il faut partir et comprendre le Dieu d’Israël d’une façon renouvelée.

Le peuple perd son Temple

Après dix ans d'Exil, les déportés de Babylone apprennent, en 587 av. JC, que le temple est détruit; la ville de Jérusalem a été brisée. Encore une fois, un événement vécu par le prophète devient signe, pour tout le peuple, de cette catastrophe sans précédents. Il s’agit du décès de sa femme : « Fils d homme je vais t’enlever brutalement la joie de tes yeux » (24,15ss). La parole adressée au prophète l’invite à ne pas célébrer le deuil à la façon habituelle. Telle sera la réalité vécue à Jérusalem : pillage et dévastation accompagneront la destruction du Temple. Nul n’aura le temps de verser une larme. De la même façon, Ézéchiel sera veuf et contre toutes les traditions, il n’a pas pleuré son épouse bien aimée. Au travers de cette parabole vécue, nous découvrons aussi l’attachement très fort des israélites pour le culte et le Temple. Le parallèle avec l’épouse du prophète est vraiment très saisissant.

D’autres gestes étranges

La vie du prophète est donc une parole, ses gestes sont parlants. Et nous avons de nombreux récits rapportant des faits étranges : il reste hébété pendant sept jours (3,15), s’enferme dans sa maison (3,24-25), reste couché ou se rase la tête et la barbe. Tout cela a parfois conduit à classer Ézéchiel parmi les personnes à la psychologie fragile. Pourtant la simulation de la prise de Jérusalem racontée au chapitre 4 prend une force très grande car elle met en acte la réalité que les auditeurs ne veulent pas entendre. Oui, Jérusalem sera détruite : le prophète l'a dit, Il I'a déJà mimé. Il en donne le sens : Il s’agit d’un châtiment que Dieu impose à la ville infidèle (5,5-13).

Un langage très poétique

Le style d`Ézéchiel surprend : il n’a pas perdu son caractère juridique et pesant, mais en même temps il développe avec beaucoup d'imagination des tableaux très vivants : la description de la Gloire de Yahvé. Ainsi 1-2 est pleine de couleurs, de bruits, de sentiments, mais le lecteur a finalement du mal à se représenter la scène. Il doit interpréter, décrypter ce langage inhabituel. En d’autres endroits, ce sont de longues histoires qui racontent l'origine d’Israël et de Juda et leur infidélité (16) ou les amours de Jérusalem et de Samarie (23). Que l'on se rappelle aussi la vision des ossements desséchés (37), pleine de réalisme et de force qui expriment la puissance de l'Ésprit de Dieu capable de faire revivre son peuple en le ramenant dans son pays.

Pourquoi est-il si mal connu ?

Cette forme de langage explique les difficultés qu'a toujours rencontrées le livre d’Ézéchiel : le lecteur se perd dans cette littérature obscure : il a besoin d’un guide. Et des récits mystérieux comme le combat de Gog et Magog (38) donneront lieu à bien des commentaires fantaisistes. Des courants mystiques comme la Kabbale Juive s’appuieront sur la vision du Char du Seigneur (1-2) et provoqueront beaucoup de méfiance de la part des autorités Juives et chrétiennes.

Dans le cas de la tradition juive, ajoutons que les prescriptions légales trouvées chez Ézéchiel ne sont pas toujours conformes à celles du Lévitique Ces petites incohérences, fruit des différences de date de rédaction des textes, ont retardé l’insertion du Livre d'Ézéchiel dans la liste des livres reconnus par la tradition de langue hébraïque.

Son intérêt en temps de crise

Mais Ézéchiel a eu des disciples qui ont gardé et continué à développer ses écrits. Ils ont trouvé place parmi les livres prophétiques. Ils sont l’écho direct de la parole d'un homme qui a vécu durement des événements difficiles. Les bouleversements qu'il a dû assumer, il les exprime comme un chemin pour tout le peuple. La parole qu'il nous transmet est une parole de Dieu pour temps de crise profonde: nous pouvons y puiser la force et l’espérance que le Dieu d’Israël accompagne son peuple dans tous les événements de son histoire, y compris les plus rudes.

© SBEV. Marc Dubreucq
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org