1218
Paraboles
10
Autané Maurice
Jésus parlait en paraboles
Gros plan sur
 
Commencer
 
Pour évoquer une réalité difficile à saisir, le Royaume de Dieu, Jésus parle en paraboles...
 

Pour évoquer une réalité difficile à saisir, le Royaume de Dieu, Jésus parle en paraboles. Ces histoires qu'il invente ont certainement contribué à la grande audience de l'Évangile, mais elles apparaissent souvent étonnantes, pleines de sous-entendus.

Ne nous engageons pas sur le chemin sans issue des spéculations sur la psychologie de Jésus : celle-ci nous échappera toujours. Par contre, la lecture des évangiles, des témoignages sur Jésus, nous révèlent cinq éléments qui permettent de répondre à la question : pourquoi Jésus parlait en paraboles ?

Jésus, conteur d’images

Rien n’est plus malaisé que de décrire des réalités invisibles, abstraites, intérieures. Les mots manquent ou paraissent inadaptés pour exprimer ce qui est le plus important, le plus personnel. Il existe cependant des outils pour cela : les images, le langage imagé.

Comme les rabbins de son temps, Jésus utilise donc abondamment la parabole : un langage codé qui parle de Dieu sans Jamais le nommer.

À travers une histoire apparemment simple, Jésus trace les contours de cette réalité qui dépasse l’entendement humain : le Royaume de Dieu. L'art du conteur qu’est Jésus permet à son auditeur de devenir attentif à ce Royaume et à sa présence dans la vie des hommes. Le cœur de l’enseignement biblique est la lente révélation de ce rapport fondamental. Le Royaume n’est-il pas comme la graine semée en terre et qui croît peu à peu ?

Le Royaume de Dieu est étonnant

Mais Royaume de Dieu et royaume terrestre ne sont pas deux réalités semblables. Les paraboles jouent sur ces différences. Par exemple, la parabole du propriétaire de la vigne qui engage des ouvriers à différents moments de la journée et à qui il donne pourtant le même salaire, montre bien que Dieu ne se comporte pas du tout comme nous : ce patron nous apparaît injuste. Mais Jésus nous fait comprendre le mystère du Père : il donne sans faire de distinction dans le don et chacun reçoit ce qui lui est nécessaire pour faire vivre sa famille, quelle que soit l'heure de son embauche.

À travers des comparaisons significatives, nous sommes introduits dans la compréhension d’un aspect du Royaume. Quand, dans les paraboles du semeur, on parle de « cent pour un », la référence concerne le Royaume, et non pas notre monde. On constate ainsi que la graine produit un fruit extraordinaire, inconnu en agriculture. En regardant le monde, nous découvrons des signes du mystère de Dieu, mais celui-ci doit nous être révélé, dévoilé. La parabole révèle et cache tout à la fois. De manière pédagogique, elle met à distance.

Des histoires pour se comprendre

Il s’agit souvent de maintenir une relation qui menaçait de se détruire. Un exemple : la parabole des deux débiteurs (Lc 7,40-43) que Jésus raconte dans une situation plutôt tendue, chez le pharisien Simon. Arrive une femme qui lui oint les pieds. Simon est choqué et son ouverture d’esprit (il a invité Jésus à dîner) risque de se réduire. Alors Jésus raconte cette histoire qui ne peut que recueillir l’assentiment de Simon. Ainsi, la parabole a servi d’intermédiaire pour ménager un espace où deux pensées différentes ont pu trouver un accord : l'amour le plus fort vient de la remise de la dette (ce à quoi répugnaient les pharisiens).

Jésus, parabole de Dieu

Toute la Bible enseigne que Dieu est une personne : il est, certes, radicalement différent, il est « le Tout-Autre », mais en même temps il est « le Tout-Proche ». Il se dit dans l’histoire : il libère son peuple, marche à ses côtés, lui envoie son Fils unique. Ainsi, il est possible de raconter « l’histoire de Dieu ». Par exemple la parabole dite « du fils prodigue », qui part de l’amour d’un père pour son fils perdu et retrouvé, raconte un fait de Dieu. Librement et par amour, celui-ci accueille l’homme qui revient vers lui. Et comment pourrions-nous le savoir si nous ne racontions pas l’histoire de Dieu ? Ainsi Jésus peut raconter des paraboles, parce qu’il connaît déjà le mystère de Dieu. C'est la raison pour laquelle ses paraboles sont indépassables. Seul Jésus peut exprimer ce qu’est le Royaume : le « déjà-là » et le « pas encore ». En parlant du Royaume, il le révèle et le cache en même temps.

Jésus parle en parabole parce qu’il est lui-même la parole de Dieu. Il connaît parfaitement le mystère de Dieu parce qu’il est Dieu. Il connaît parfaitement le mystère de l’homme et l’histoire de l’homme parce qu’il est un homme. Dans sa manière de parler en paraboles, nous trouvons le mystère du Verbe (Jn 1). Par les paraboles, Jésus saisit l’homme et il le conduit dans le mystère de Dieu, en reliant, dans sa personne, ce qui est Dieu et ce qui est l'homme.

Il est important de signaler le travail accompli par les rédacteurs des évangiles qui avaient compris tout cela grâce à l’Esprit du Ressuscité. Ils ont « écouté » Jésus comme Parole de dieu. Pour eux, en quelque sorte, toute la vie de Jésus est une parabole.


SBEV. Maurice Autané

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org