657
Marc
833
Marie
491
Matthieu
350
Aulard Stéphane
Marie dans les évangiles de Matthieu et de Marc
Gros plan sur
 
Commencer
 
Une étude sur Marie dans les évangiles selon Matthieu et Marc peut sembler superflue, tant les références à la mère de Jésus y sont peu nombreuses...
 

Une étude sur Marie dans les évangiles selon Matthieu et Marc peut sembler superflue, tant les références à la mère de Jésus y sont peu nombreuses. Disons tout de suite que ces deux évangélistes, à la différence de Jean et surtout de Luc, n'ont pas de récit centré sur Marie. Pourtant l'inventaire des passages où ils la mentionnent fait ressortir deux points intéressants.

Mère et vierge

Matthieu, sans proposer de longs développements comme Luc à ce sujet, évoque malgré tout la conception virginale de Jésus. On sait que son premier chapitre ne met pas en scène Marie mais Joseph. En effet, Matthieu est tout entier préoccupé de prouver la lignée davidique et royale de Jésus Messie, Christ. D'où la généalogie initiale (1,1-17) qui assure à Jésus une existence légale par Joseph, dans la descendance de David, bien qu'il soit né de Marie seule (1,16). Dans le récit qui suit (1,18-25), l'Annonciation à Joseph, c'est bien lui qui donne au fils de Marie le nom de Jésus, comme c'est la règle (1,21-25). Il l'inscrit dans l'histoire d'Israël.

C'est dans ce cadre que Matthieu présente cet autre aspect de l'identité de Jésus : il est le fruit de l'Esprit Saint (1,18.20), accueilli par Marie. Bien qu'elle soit accordée en mariage à Joseph, elle ne cohabite pas encore avec lui (1,18) et l'enfant ne naît pas de leur union (1,25). Il n'évoque absolument pas le débat intérieur de Marie, mais se contente de justifier, à l'aide d'une citation biblique (Isaïe 7,14), la naissance étonnante de Jésus, dont la mère est vierge (1,22-23).

Marc n'a pas d'évangile de l'enfance, mais il évoque pourtant la tradition sur la naissance virginale en présentant Jésus comme « le charpentier, le fils de Marie » (Mc, 6,3), et non comme le fils de Joseph (comme en Mt 13,55 et Lc 4,22). Cela constitue un indice, ténu il faut bien le reconnaître, qui atteste la croyance du rédacteur de l'évangile selon Marc en la conception virginale de Jésus.

Jésus, sa mère et ses frères

Matthieu et Marc mentionnent les rapports difficiles de Jésus avec sa parenté (Mt 12,46-50 et Mc 3,20-21.31-35; Mt 13,55 et Mc 6,3). Dans ces deux ensembles de textes, s'il n'est pas question personnellement de Marie, la mère et les frères de Jésus sont toutefois unis dans la volonté de le « raisonner ». Marc souligne même que « les gens de sa parenté vinrent pour s'emparer de lui, car ils disaient : Il a perdu la tête » (Mc 3,21). Sa mère et ses frères, comme les scribes, penseraient donc qu' « il a Béelzéboul (le démon) en lui » (3,22). Le propos de Jésus sur sa véritable famille est semblable : « Quiconque fait la volonté de mon Père qui est aux cieux, c'est lui mon frère, ma sœur, ma mère » (Mt 12,50).

La deuxième série de textes confirme ce qui semble bien être une tradition d'incompréhension et d'incroyance de la parenté de Jésus… sur laquelle on insiste habituellement peu (voir Jean 7,5) ! La conclusion de Jésus est pourtant la suivante : « Un prophète n'est méprisé que dans sa patrie, parmi ses parents et dans sa maison » (Mc 6,4). Matthieu, tout en étant moins rude dans les expressions, rapporte ces deux épisodes qui établissent une nette différence entre la parenté de sang, scandalisée, incroyante, et l'autre parenté : les disciples.

Ces deux pans de la tradition retenus par les rédacteurs de Matthieu et de Marc sont assez saisissants par leur modestie : d'une part la virginité de Marie est clairement attestée mais non commentée; d'autre part Marie n'est nullement distinguée du reste de sa parenté dans son attitude négative envers Jésus. Ces traditions anciennes sur l'incompréhension des « frères » de Jésus jusqu'à la Pentecôte ne nous apprennent pas grand-chose sur Marie, sinon que sa personnalité reste dans l'ombre. Ce qui nous invite à compléter cette lecture de Matthieu et de Marc par celle de Luc et de Jean.


SBEV. Stéphane Aulard

 

 

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org