57
Mal
895
Psaume 73
383
Scandale
73
Mackiewicz Marie-Claude
Le psaume 73 - Comme une brute épaisse
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Dieu permet que les méchants prospèrent et que les justes vivent dans la misère. C'est un scandale !
 

On dit que "Dieu est bon pour Israël, pour les hommes au coeur pur". Mais est-ce bien vrai ? Il suffit d'ouvrir les yeux pour voir le contraire. Des hommes sans foi ni loi prospèrent alors que des justes sont dans la misère. Le psaume 73 essaye d'apporter une réponse à ce scandale.

Une galerie de monstres

Ce psaume nous  présente d'abord la vie des mécréants. C'est une composition pleine de verve, à la Breughel. Les impies y paradent, bouffis de graisse. Leur bouche de gargouille s'ouvre jusqu'au ciel et leur langue balaye la terre. Ils ricanent et, dans leurs yeux porcins, ont peut lire leur soif de pouvoir et d'argent. La misère des autres les laissent indifférents. Tranquillement ils accroissent leur fortune et songent à exploiter toujours d'avantage leurs concitoyens.

Leur réussite fait des envieux. Le peuple de Dieu se tourne de leur côté et commence à douter de Dieu : "Dieu sait-il ce qui se passe ?" Le psalmiste lui-même est contaminé : "J'étais jaloux des parvenus, je voyais la chance des impies".

Autoportrait

C'est ensuite le psalmiste lui-même qui fait son autoportrait. Ce n'est guère flatteur. Il regarde du côté de ceux qui réussissent. Aigri, stupide, ne comprenant rien, il envie ceux qui réussissent (v. 21-22)..

Mais (fin du v. 22 et 23) il réaffirme sa confiance en Dieu. S'en suit une conversion totale. Le psalmiste est transfiguré. Il n'est plus une brute épaisse. Dieu lui a ouvert les yeux et l’a transformé en prophète. Il comprend que Dieu est juste et qu’il rend à chacun selon ses mérites. "Mon bonheur à moi, c'est d'être près de Dieu ; j'ai pris refuge auprès du Seigneur Dieu, pour annoncer toutes tes actions" (v. 28).

Le combat de la foi

Le psaume 73 décrit le combat qui se déroule dans le coeur du croyant. On lui a dit que Dieu est bon pour les hommes au coeur pur. Il y a cru. Il a gardé son coeur pur et lavé ses mains en signe d'innocence. Mais tous les jours il voyait le contraire. Il lui suffisait de regarder autour de lui pour voir que les justes et les bons ne prospéraient pas mais que les coquins réussissaient.

Mais, dans le sanctuaire Dieu lui a ouvert les yeux. Le bonheur des méchants est fragile et Dieu fera justice. Je n'étais pas très futé, dit le psalmiste à Dieu. J'étais une brute épaisse. Cependant je ne t'ai jamais abandonné. J'étais avec toi et je découvre maintenant que toi aussi tu es avec moi et que tu me conduis.

Israël réfléchit pour comprendre

En plus d'une lecture individuelle on peut faire une lecture collective de cet admirable psaume. Israël contemple son histoire. Il est un petit pays, entouré des grands empires qui se font et se défont, toujours à ses dépens. Il est victime de l’arrogance des grands : “leur langue balaie la terre”. Que d’invasions en effet dans l’histoire d’Israël dont la terre est meurtrie par les empires successifs!

Mais Israël reconnaît également ses propres fautes. Ses dirigeants ont été jaloux de la politique des grandes nations. Ils les ont imité. Ils se sont comporté comme eux. Les notables se sont enrichi . Ils ont fait et défait des alliances mais n'ont pas fait confiance dans le Seigneur et l'idolâtrie s'est installée. Les prophètes n’ont cessé de dénoncer cette situation.

Israël doute du savoir du Tout-Puissant. Le laisser-faire apparent de Dieu semble favoriser les nations païennes, et le psalmiste en est désolé. Il regarde cela sans comprendre. Il est comme Béhémot., le plus stupide animal du bestiaire imaginaire d'Israël. Cependant s'il accepte d'écouter Dieu dans son Temple il découvrira que Dieu ne l'abandonne pas et le conduit d'une main sûre.

 Jésus au coeur du psaume

Nous chrétiens, nous pouvons relire ce psaume à la lumière de notre foi ...et de notre doute. Sur la croix nous voyons l'échec apparent de Dieu. Jésus est dans la condition d'un serviteur, abaissé, humilié, obéissant jusqu'à la mort. Les impies ricanent et triomphent. Les apôtres eux-mêmes sont stupides, comme des bêtes, n'y comprenant rien. Mais Dieu a relevé et exalté son serviteur et lui a donné le Nom qui est au-dessus de tout nom (Ph 2).

Les disciples peuvent se ressaisir. Dans la communauté chrétienne, nouveau Temple de Dieu ils comprennent que l'échec n'est qu'apparent. Avec les yeux de la foi ils découvrent que Dieu est présent. Il nous tient la main et que sa gloire nous précède.

 
© SBEV, Marie-Claude Mackiewicz

 
Ps 73
1Psaume. D'Asaf. En vérité, Dieu est bon pour Israël, pour les hommes au coeur pur.
2Pourtant, j'avais presque perdu pied, un rien, et je faisais un faux pas,
3car j'étais jaloux des parvenus, je voyais la chance des impies.
4Ils ne se privent de rien jusqu'à leur mort, ils ont la panse bien grasse.
5Ils ne partagent pas la peine des gens, ils ne sont pas frappés avec les autres.
6Alors, ils plastronnent avec orgueil, drapés dans leur violence.
7Leur oeil apparaît-il malgré leur graisse, les visées de leur coeur y sont transparentes.
8Ils ricanent, ils parlent d'exploiter durement, et c'est de haut qu'ils parlent.
9Ils ouvrent la bouche jusqu'au ciel, et leur langue balaie la terre.
10Aussi, le peuple de Dieu se tourne de ce côté, où on lui verse de l'eau en abondance.
11Ils disent : « Comment Dieu saurait-il  ? Y a-t-il un savoir chez le Très-Haut ? »
12Et les voilà ces impies qui, toujours tranquilles, accroissent leur fortune  !
13En vérité, c'est en vain que j'ai gardé mon coeur pur et lavé mes mains en signe d'innocence.
14J'étais frappé chaque jour, corrigé chaque matin.
15Si j'avais dit : « Je vais calculer comme eux », j'aurais trahi la race de tes fils.
16J'ai réfléchi pour comprendre ce qui m'était pénible à voir,
17jusqu'à ce que j'entre dans le sanctuaire de Dieu, et discerne quel serait leur avenir :
18En vérité, tu les mettras sur un terrain glissant pour les précipiter vers la ruine.
19Soudain, quel ravage ! les voici finis, anéantis par l'épouvante.
20Tu chasseras leur image de la ville, Seigneur, comme un songe au réveil.
21Alors que j'avais le coeur aigri, les reins transpercés,
22moi, stupide, ne comprenant rien, j'étais comme une bête, mais j'étais avec toi.
23Car je suis toujours avec toi : tu m'as saisi la main droite,
24tu me conduiras selon tes vues, tu me prendras derrière la Gloire.
25Qui aurais-je au ciel ? Puisque je suis avec toi, je ne me plais pas sur terre.
26J'ai le corps usé, le coeur aussi ; mais le soutien de mon coeur, mon patrimoine, c'est Dieu pour toujours.
27Voici donc : qui s'éloigne de toi périra ; tu détruis qui te laisse et se prostitue.
28Mon bonheur à moi, c'est d'être près de Dieu ; j'ai pris refuge auprès du Seigneur DIEU, pour annoncer toutes tes actions.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org