385
Passion
891
Psaumes
10
Autané Maurice
Les psaumes dans la Passion du Christ
Gros plan sur
 
Commencer
 
Dans la Passion, les rares paroles de Jésus sont empruntées aux psaumes. Que faut-il en penser ?
 

Pour donner un sens aux événements de la Passion, les évangélistes recourent massivement à l’Ancien Testament et plus particulièrement au Livre des Psaumes. La plupart des citations sont regroupées dans les récits de la crucifixion. Qu’est-ce que cela signifie ? Une volonté de montrer que dans sa mort, Jésus accomplit les Écritures ?

De Gethsemani à la croix

Le relevé des psaumes indique l’utilisation de cinq références à deux psaumes: les psaumes 42 et 110 (laissons de côté le chapitre 12 de l’évangile de Jean, qui est dans un autre contexte). Ces cinq références sont mises dans la bouche de Jésus.

• A Gethsemani tout d’abord, Jésus laisse deviner ses souffrances en reprenant le Ps. 42, 6 (Mt et Mc): Mon âme est triste à en mourir. Le ps. 42 est une lamentation individuelle. Par le genre littéraire, il est proche des paroles du Serviteur Souffrant d’Isaïe. Il a été utilisé pour exprimer les sentiments du Christ à l’heure de sa passion.

• Le deuxième psaume est cité lors de la comparution de Jésus devant le tribunal juif, le Sanhédrin. Les trois évangiles synoptiques ont cette parole de Jésus: “ vous verrez le Fils de l’homme siégeant à la droite du Tout-Puissant” C’est une citation du ps. 110,1. Chez Marc, c’est la seule parole prononcée par Jésus au cours de son procés. Elle est décisive, puisqu’elle procurera un motif de condamnation à mort aux membres du tribunal, eux qui avaient vainement fait intervenir de faux-témoins. Le titre: “ Fils de l’Homme ” répond à la question du grand-prêtre: “ Es-tu le Christ, le Fils du Béni? ” Ainsi l’identité de celui qui va vivre la passion est révélée.

Les récits qui tournent autour de la croix concentrent la majorité des citations ou allusions aux psaumes. Dans les épisodes qui se déroulent avant la mort de Jésus, trois psaumes sont cités: le ps 22 à de multiples reprises, le ps 31, et le psaume 69.

Le psaume 22

Le ps. 22 est le psaume des derniers instants de Jésus. Le tableau montre cependant que les quatre évangélistes n’utilisent pas tous systématiquement les mêmes versets. Ils ne sont d’accord ensemble que sur le verset 19: ils se partagent mes habits et tirent au sort mes vêtements.

Puis vient la citation du verset 8: Tous ceux qui me voient me raillent, ils ricanent et hochent la tête. Luc cite seulement la première partie du psaume (la moquerie), tandis que Mt et Mc retiennent la fin, le hochement de tête. Dans la suite de l’épisode, Matthieu est le seul à raconter l’ironie des grand-prêtres et des scribes se jouant de Jésus en croix: Il s’est confié en Dieu, qu’il le délivre...! (ps 22,9)

Les dernières paroles de Jésus

Les deux dernières citations du ps. 22 sont importantes, car elles sont mises dans la bouche de Jésus lui-même: Mon Dieu, mon Dieu pourquoi m’as-tu abandonné? (verset 2, cité en araméen: Eli, Eli, lama sabachtani, puis traduit). Chez Matthieu et Marc, elles sont les dernières qu’ait prononcé Jésus.A première vue, elles sont dures, car elles expriment un sentiment d’abandon. N’oublions pas cependant que le psaume 22 est un psaume de confiance en Dieu. Le psaume 22 est en effet découpé en deux parties: une première qui exprime un sentiment fort d’abandon, de détresse, et une deuxième qui montre un retournement radical: celui qui était dans le désespoir retrouve confiance en Dieu qui le sauve. Signalons que lorsque le psaume 22 est cité dans les récits de la passion, c’est toujours en sa première partie...

L’évangéliste Luc a compris que cette interprétation pouvait prêter à un contre-sens. Aussi a-t-il préféré une parole plus explicite, tirée du ps. 23, 46: Entre tes mains, je remets mon esprit . Le contraste entre Mt, Mc d’une part, et Luc d’autre part, semble très fort à première vue, mais l’est-il réellement?

Chez Jean, Jésus dit: J’ai soif, parole qui peut faire allusion soit au ps.22, 16, soit au ps.69,22. Toutefois, la dernière parole de Jésus ne sera pas une parole de psaume, mais la constatation de l’achèvement: Tout est achevé. (Jn 19,28)

Le psaume 69

Mt 27,34 est le seul à parler de fiel, allusion au ps 69,22: Pour nourriture on m’a donné du poison, dans ma soif, on m’abreuva de fiel , là où Mc ne parle que de myrrhe. Cependant, Mt et Mc sont d’accord pour décrire la scène du crucifiement en utilisant les mêmes mots du ps 22,22: le vinaigre, le fait de donner à boire.

Après la mort : ps 34 et 38

Après que Jésus a rendu son dernier souffle, Mt et Mc racontent que des femmes regardainet à distance. Luc, lui décrit la même scène en la rapportant au psaume 38,12: Mes amis ne se montrent que de loin et mes parents se tiennent à distance.

Enfin, Jean rapporte que lorsque les soldats viennent chercher le corps de Jésus, ils ne lui brisent pas les jambes. L’évangéliste y voit un accomplissement du ps 34,2: Pas un de ses os ne sera brisé.

Quel sens donner à ces renvois fréquents aux Psaumes?

Avant d’en venir au sens, notons d’emblée une différence de méthode entre les trois synoptiques et Jean. Celui-ci veut montrer que Jésus, en sa passion, accomplit les Écritures. Pour cela, il cite des psaumes, conjointement à d’autres passages de l’Ancien Testament. Chez Mt, Mc et Lc, l’intention n’est pas affirmée de façon aussi explicite. Les références aux psaumes sont davantage intégrées au récit, si bien qu’il n’est pas toujours facile de reconnaître les recours à tel ou tel psaume.

Jésus est le Juste Souffrant

A l’exception du psaume 110, qui est un psaume royal, tous les psaumes cités dans la passion (ps 22, 31, 38, 42, 69) sont des psaumes de lamentation individuelle. Les évangélistes ont un double souci:

- montrer d’une part qui est Jésus, de quel type de messianisme il est porteur: il est le juste souffrant, l’innocent qui crie sa détresse devant ce qui lui arrive. En même temps, il est celui qui manifeste sa confiance et sa foi en Dieu. On est loin du Messie tout-puissant que le peuple attendait.

- montrer d’autre part que Jésus accomplit les Écritures. Relier ces psaumes de lamentation à la passion de Jésus, c’est affirmer que les événements tragiques et scandaleux de la passion correspondent au dessein de Dieu. Dans cette même ligne, les chrétiens reliront le destin de Jésus à la lumière des récits du Serviteur Souffrant du prophète Isaïe

Donner sens au drame de la Passion

Les évangiles ne sont pas des reportages en direct des événements. Ces derniers sont relus, réinterprétés à la lumière de la résurrection, et de la vie de la première communauté chrétienne. Nul doute que les disciples ont pris de plein fouet ce drame de la passion. Seule la résurrection leur permet de comprendre l’absurdité de la mort de Jésus. Peu à peu, en relisant les Écritures, en se rappelant les paroles de leur maître, ils comprennent la signification profonde des événements. Nous sommes en présence d’une théologie qui se dit à travers une manière de raconter les faits., de relever des détails et de les relier à l’ensemble des Écritures. Des versets de psaumes en apparence anodins, comme la mention du fiel, du vinaigre, prennent une dimension nouvelle. Dans la bouche des chrétiens, les Psaumes se chargent d’un sens nouveau. Ils montrent la continuité profonde de l’histoire du salut, entre l’Ancien Testament et Jésus.

© SBEV Maurice Autané

 
Ps 22
Ps 31
Ps 69
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org