489
Annonce de naissance
10
Autané Maurice
Les annonces de naissance dans la Bible
Gros plan sur
 
Commencer
 
Il y a, dans la Bible, de nombreux récits d'annonce de naissance
 

Un des thèmes majeurs de l'évangile de Luc est l'accomplissement des Écritures. Ce que Dieu a réalisé dans les temps anciens, ce qu'il a annoncé par les prophètes, se dévoile maintenant dans toute sa plénitude. Dieu achève son oeuvre en Jésus Christ. Alors que Matthieu développe cette idée en citant les Écritures, Luc procède différemment. Il ne cite pas directement des passages bibliques mais il s'en inspire. Il en imite le style.

Les annonces de naissance dans l'Ancien Testament

Il y a plusieurs annonces de naissance dans l'Ancien Testament qui sont faites par Dieu lui même, par un prophète ou par l'Ange du Seigneur. Regardons principalement celles d'Ismaël et d'Isaac, les deux fils d'Abraham ; et celle de Samson, un des "sauveur" d'Israël.

Le fils promis

Dans le livre de la Genèse, Dieu intervient à de multiples reprises pour annoncer une descendance à Abraham. Elle tarde pourtant à se réaliser. Saraï propose sa servante Hagar à son mari pour avoir enfin le fils tant désiré. Quand la servante est enceinte, sa maîtresse, jalouse, la chasse dans le désert. Alors l'Ange du Seigneur apparaît à Hagar et lui dit :

"Voici que tu es enceinte et tu vas enfanter un fils,
tu lui donneras le nom d'Ismaël
car le Seigneur a perçu ta détresse.
Véritable âne sauvage, cet homme!
Sa main contre tous, la main de tous contre lui,
à la face de tous ses frères, il demeure" (Gn 16,11-12).

Ce fils n'est pas le fils de la promesse et Dieu intervient à nouveau pour promettre à Abraham un enfant, issu de lui et de Sara :

"Je te donnerai par elle un fils. Je la bénirai, elle donnera naissance à des nations ; des rois de peuples sortiront d'elle". Abraham se jeta face contre terre et il rit ; il se dit en lui-même : "Un enfant naîtrait-il à un homme de cent ans ? Ou Sara avec ses quatre-vingt-dix ans pourrait-elle enfanter ? " (Gn 17,16-17).

Dans l'épisode célèbre des chênes de Mamré, il y a une nouvelle annonce de naissance (Gn 18). Cette fois-ci l'identité de l'annonceur est on ne peut plus mystérieuse. Il s'agit d'abord de trois hommes, puis du Seigneur lui-même accompagné de deux anges. Sara prend le relais de son mari et rit à son tour, suscitant la réflexion du Seigneur : "Pourquoi ce rire ?...Y a-t-il une chose trop prodigieuse pour le Seigneur ?"

La naissance d'un "sauveur"

Dans le livre des Juges nous trouvons le récit de l'annonce de la naissance de Samson, l'un des Juges d'Israël (Les Juges sont des personnages providentiels suscités par Dieu pour sauver son peuple de la main des Philistins. Le livre les appelle des "sauveurs"). Voici comment l'Ange du Seigneur vint annoncer la naissance de Samson, l'un des plus pittoresques d'entre eux, à la femme de Manoah :

"Je sais que tu es stérile et que tu n'as pas d'enfant, mais tu vas concevoir et enfanter un fils. Désormais, abstiens-toi de boire du vin ou une boisson alcoolisée, ne mange rien d'impur, car voici que tu vas concevoir et enfanter un fils. Le rasoir ne passera pas sur sa tête, car ce garçon sera consacré à Dieu dès le sein maternel et c'est lui qui commencera à sauver Israël de la main des Philistins" (Jg 13,3-5).

Manoah et sa femme offrent un sacrifice et l'Ange disparaît dans la flamme de l'autel.

Alors Manoah sut que c'était l'ange du Seigneur. Il dit à sa femme : "Nous allons sûrement mourir, car nous avons vu Dieu.

En langage biblique, voir l'Ange du Seigneur c'est voir Dieu lui-même.

Les cinq étapes d’une annonce de naissance

Dans tous ces récits nous retrouvons souvent les mêmes étapes :

• 1. Un Ange de Dieu, un prophète ou bien Dieu lui même apparaissent brusquement dans la vie des parents. Ceux-ci sont dans l'impossibilité d'avoir un enfant. Leur vie personnelle, mais aussi celle du peuple, est dans une impasse.

• 2. L’irruption du divin provoque étonnement et crainte.

• 3. L'annonceur livre un message plus ou moins complexe suivant les récits, mais le point commun est une ouverture sur l’avenir du "héros". Généralement, l’annonce comporte le nom de l’enfant à naître et la mission qui lui sera confiée.

• 4. L'être humain a du mal à recevoir le message. Il pose une question, introduit une objection.

• 5. Le récit se termine par un signe donné par Dieu ou son messager.

À travers ces manières de raconter l’histoire, les auteurs de ces récits témoignent de leur conviction profonde : c’est Dieu qui donne la vie. Il répond à l'attente de ceux qui sont dans la détresse et fait surgir les héros dont son peuple a besoin. Rien ne peut se mettre en travers de son chemin car rien n'est impossible à Dieu.

L'annonce de la naissance de Jean Baptiste

Au début de son évangile, Luc place un récit d'annonce de naissance qui suit parfaitement le schéma décrit ci-dessus. L'Ange du Seigneur fait irruption auprès d'un prêtre âgé dont la femme est stérile. Il déclenche le trouble et la crainte. Il annonce la naissance d'un enfant, le nom qu'il portera et sa mission. Le futur père soulève des objections et demande un signe. L'ange se présente alors - "Je suis Gabriel"- et accorde à Zacharie le signe demandé : le prêtre du Temple devient muet !

Un récit significatif

En lisant ce récit nous comprenons facilement l'intention de l'auteur. Il utilise massivement les images et le langage de l'Ancien Testament, et surtout le personnage de l'Ange du Seigneur, pour rattacher son récit à la grande histoire du peuple de Dieu commencée avec Abraham. Il suggère une situation bloquée et des institutions sclérosées. Le Temple et ses fonctionnaires ne peuvent plus produire du fruit. Le prêtre Zacharie, au moment le plus important de sa vie, a oublié les leçons de l'histoire sainte. Il devrait se souvenir d'Abraham et de Sara et savoir que rien n'est impossible à Dieu. Mais il demande des signes et ne croit pas en l'accomplissement des paroles de Dieu. Il n'a plus rien à dire au peuple qui est en attente de quelque chose. L'Ange du Seigneur le signifie.

L'annonce de la naissance de Jésus

Avec l'annonce de la naissance de Jésus commence un nouveau chapitre de l'histoire du peuple de Dieu. Le récit se déroule selon le schéma classique : arrivée subite du messager ; trouble de Marie ; annonce de la naissance avec le nom et la mission de l'enfant ; objection de Marie et signe donné par l'ange. La référence à l'Ancien Testament est évidente ainsi que le parallèle avec le récit précédent. Mais la différence saute aux yeux. Marie ne doute pas, elle demande simplement des précisions. Et elle n'est pas muette, bien au contraire. Dès que l'Ange la quitte, elle part en hâte vers la maison de Zacharie pour y proclamer ce que le prêtre du Temple ne peut plus dire : elle chante la gloire du Dieu Sauveur. Le signe donné par l'Ange relie les deux textes. Élisabeth est enceinte. Dieu n'abandonne pas le peuple de la première alliance. Il lui donne le dernier et le plus grand de ses prophètes qui, avant même sa naissance, bondit de joie en présence de celui qui vient inaugurer l'alliance nouvelle.

La fin des Anges annonciateurs

Les bergers ont la même attitude que Marie. Pendant l'annonce et la liturgie céleste ils sont muets, mais, dès le départ des anges, ils annoncent la bonne nouvelle et chantent la gloire de Dieu. Le rôle des Anges annonciateurs de naissance est maintenant terminé. Les Écritures sont accomplies. Avec la venue du Christ le temps du salut est là et la bonne nouvelle est confiée définitivement aux hommes. À eux de l'annoncer à toute la terre.


© SBEV. Maurice Autané

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org