497
Gabriel (archange)
6
Le Saux Madeleine
Gabriel, l'ange de la Parole du Seigneur
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Une lecture du livre de Daniel 9,20-25
 

Je parlais encore, priant et confessant mon péché et le péché de mon peuple Israël, déposant ma supplication devant le Seigneur mon Dieu, au sujet de la montagne sainte de mon Dieu.

Celui qui parle, c'est Daniel. Il est en grande peine devant la situation de son pays auquel un souverain étranger veut imposer, par la force, des lois et un culte contraires à ceux du Seigneur. Pour essayer de comprendre les événements et de retrouver l'espoir, il s'est tourné vers un texte de Jérémie qui dénonce le péché du peuple et son oubli du Seigneur, sources de malheurs présents, avant d'annoncer la fin de ces malheurs. Il reconnaît devant Dieu son péché et celui de son peuple, demande pardon et supplie pour que le Temple, "la montagne sainte", soit rendu à sa destination première.

Je parlais encore en prière, quand Gabriel, cet homme que j'avais vu précédemment dans la vision, s'approcha de moi d'un vol rapide au moment de l'oblation du soir.

Au chapitre précédent de Daniel, Gabriel était décrit "comme une apparence d'homme". Ici il est question de "cet homme", mais tout de suite après, le terme "d'un vol rapide" indique qu'il ne s'agit pas d'un homme ordinaire. On voit que l'auteur biblique est embarrassé pour dire ce qu'il a à dire, et qu'il prend des précautions pour éviter les méprises sur son personnage. On notera deux autres détails significatifs: Gabriel vient, "s'approche" de Daniel en prière; par ailleurs, c'est l'heure de la prière rituelle au Temple, l'heure où chaque jour est offert l'agneau en mémoire de la première Pâque.

Il m'instruisit et me dit : Daniel, maintenant je suis sorti pour te conférer l'intelligence. Au début de tes supplications a surgi une parole et je suis venu te l'annoncer, car tu es l'homme des prédictions ! Comprends la parole et aie l'intelligence de la vision !

Gabriel vient d'ailleurs : il est "sorti". Le fait que le lieu de départ ne soit pas précisé oriente vers le monde divin. Il vient dire à Daniel qui prie, que sa prière a été entendue dès le commencement Une parole "a surgi" en réponse, façon de dire que Dieu crée pour exaucer l'homme. Encore fallait-il que celui-ci le sache. C'est la mission de Gabriel de le lui annoncer. Et pour que l'annonce ne soit pas vaine, Gabriel est chargé d'en "conférer l'intelligence" aux humains, à Daniel en la circonstance. Ce privilège ne tient pas aux mérites de Daniel, mais à ce qu'il est "l'homme des prédilections" de Dieu.

Il a été fixé soixante-dix septénaires sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser la perversité et mettre un terme au péché, pour absoudre la faute et amener la justice éternelle, pour sceller vision et prophète et pour oindre un Saint des Saints. Sache donc et comprends...

La parole de Jérémie (Jr 25, 11-14) sur laquelle s'interrogeait Daniel, avançait un nombre pour les "années qui doivent s'accomplir sur les ruines de Jérusalem: soixante-dix ans" Daniel ne se pose des questions que parce que soixante-dix est, de toute évidence, un chiffre symbolique. Soixante-dix septénaires n'est pas davantage à prendre à la lettre. Sept signifie l'achèvement et la perfection, et la semaine, la totalité du temps, après quoi tout recommence; cette symbolique tient sans doute du cycle lunaire. Dans la Bible, sept fois sept ans est le temps au terme duquel est célébrée l'année jubilaire, la cinquantième année donc, temps de grâce où le prisonnier, l'esclave et le débiteur sont acquittés. Dix symbolise aussi une totalité et souvent une totalité en mouvement. On le voit, soixante-dix septénaires ou quatre cent quatre-vingt dix, indique une période jugée complète et suffisante par Dieu. Au terme, viendra la fin des malheurs, l'anéantissement des puissances du mal, la victoire sur l'idolâtrie. Le Saint des Saints, le Temple, sera libéré des idoles et rendu au service du Seigneur.

Historiquement ce passage, vise sans doute la reconquête et la purification du Temple de Jérusalem en l'an 164 avant Jésus-Christ. Plus largement, on trouve ici l'affirmation qu'aucune détresse n'est éternelle et que Dieu est le maître du temps: c'est le fondement de l'espérance. Gabriel est l'envoyé officiel chargé de ce message pour Daniel et ses frères dans l'épreuve. Il a trouvé un coeur disposé à se laisser instruire et à comprendre.

Depuis le surgissement d'une parole en vue de la reconstruction de Jérusalem jusqu'à un messie-chef, il y aura sept septénaires.

Les chrétiens ont tout naturellement lu cette phrase comme l'annonce du temps de grâce inauguré en Jésus, appelé Christ, c'est-à-dire, Messie, le roi, le prophète, le prêtre, à qui Dieu a conféré l'onction suprême.

 

© SBEV. Madeleine Le Saux

 
Dn 9,20-25
20Je parlais encore, priant et confessant mon péché et le péché de mon peuple Israël, déposant ma supplication devant le SEIGNEUR mon Dieu, au sujet de la montagne sainte de mon Dieu ;
21je parlais encore en prière, quand Gabriel, cet homme que j'avais vu précédemment dans la vision, s'approcha de moi d'un vol rapide au moment de l'oblation du soir.
22Il m'instruisit et me dit : « Daniel, maintenant je suis sorti pour te conférer l'intelligence.
23Au début de tes supplications a surgi une parole et je suis venu te l'annoncer, car tu es l'homme des prédilections ! Comprends la parole et aie l'intelligence de la vision !
24Il a été fixé soixante-dix septénaires sur ton peuple et sur ta ville sainte, pour faire cesser la perversité et mettre un terme au péché, pour absoudre la faute et amener la justice éternelle, pour sceller vision et prophète et pour oindre un Saint des Saints.
25« Sache donc et comprends : Depuis le surgissement d'une parole en vue de la reconstruction de Jérusalem, jusqu'à un messie-chef, il y aura sept septénaires. Pendant soixante-deux septénaires, places et fossés seront rebâtis, mais dans la détresse des temps.
Dn 9,20-25
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org