778
Pentecôte
2
Stricher Joseph
Le récit de la Pentecôte
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Le récit de la Pentecôte a ceci de particulier qu'il est à la fois très connu et très étrange...
 
Le récit de la Pentecôte (Actes des Apôtres 2,2-41) a ceci de particulier qu'il est à la fois très connu et très étrange. Proclamé tous les ans à la Pentecôte, représenté sur de nombreux vitraux, il est gravé dans les mémoires. On a retenu le violent coup de vent et les langues de feu ainsi que les Parthes, Mèdes et autres Élamites qui sont énumérés dans le texte. Cependant peu d'entre nous seraient capables de dire ce que signifient ces images ou de situer les peuples sur une carte. Il y a aussi les paroles des Galiléens que chaque membre de la foule cosmopolite de Jérusalem comprend dans sa langue maternelle. À cela il faut ajouter le discours de Pierre dont l'argumentation est loin d'être évidente. Cela fait beaucoup d'obscurités pour un texte qui est censé nous raconter la naissance de l'Église par le don du Saint Esprit.

Devant ce texte, comme devant les autres récits bibliques d'ailleurs, la première tentation qui nous effleure est de nous demander : "Que s'est-il passé ?" Cette question n'obtient pas de réponse car elle est mal posée. Elle se trompe sur le genre littéraire du texte et lui demande ce qu'il ne peut pas fournir. Elle méconnaît surtout l'intention de l'auteur. Celui-ci n'est pas un journaliste faisant un reportage sur le vif. Il est un auteur composant son texte un demi-siècle après les événement et qui a un projet précis qu'il expose d'ailleurs dans la préface de son ouvrage (Lc 1,1-4). Pour son ami Théophile, il compose "un récit ordonné" afin qu'il puisse "constater la solidité des enseignements qu'il a reçus". Il s'agit donc d'un croyant qui s'adresse à un autre croyant pour lui transmettre un message de foi, une bonne nouvelle. Sorti de ce cadre, le texte devient incompréhensible. C'est la première clé de lecture.

Notre premier réflexe de lecture est donc d'observer le texte pour découvrir la manière dont Luc ordonne son récit. Le plan est très simple, en trois points. Il y a d'abord les événements du matin du jour de la Pentecôte et le bouleversement de la petite communauté des disciples. Il y a ensuite le discours de Pierre, rythmé par la triple interpellation de la foule : "Hommes de Judée....Israélites...Frères". Il y a enfin les transformations opérées dans la foule par la venue de l'Esprit Saint et le témoignage des apôtres : trois mille personnes reçoivent le baptême au nom de Jésus Christ.

Ce premier coup d'oeil nous permet de déceler l'intention de l'auteur et de saisir toute l'actualité de son propos : Jésus ressuscité communique à sa communauté l'Esprit de Dieu. La communauté en est toute transformée. Elle ouvre les portes et s'adresse aux hommes de tous pays et de toutes langues. Elle témoigne du Ressuscité et accueille tous ceux qui souhaitent la rejoindre.

Il ne nous reste plus maintenant qu'à regarder les détails du texte, à repérer surtout les matériaux que Luc utilise et qui sont puisés à pleines mains dans l'Ancien Testament. Ce sera notre deuxième clé de lecture. Au moment où ce texte est écrit, le Nouveau testament n'existe pas : il est en train d'être composé. Grâce à la lecture de la Bible, les chrétiens comprennent et approfondissent le mystère de Jésus. Et ils y trouvent des mots pour parler de l'amour du Père et du don de l'Esprit. Ils expriment leur foi en un langage biblique. C'est une invitation pour nous à faire de même.

 

SBEV. Joseph Stricher
 
Ac 2,2-41
2Tout à coup il y eut un bruit qui venait du ciel comme le souffle d'un violent coup de vent : la maison où ils se tenaient en fut toute remplie ;
3alors leur apparurent comme des langues de feu qui se partageaient et il s'en posa sur chacun d'eux.
4Ils furent tous remplis d'Esprit Saint et se mirent à parler d'autres langues, comme l'Esprit leur donnait de s'exprimer.
5Or, à Jérusalem, résidaient des Juifs pieux, venus de toutes les nations qui sont sous le ciel.
6A la rumeur qui se répandait, la foule se rassembla et se trouvait en plein désarroi, car chacun les entendait parler sa propre langue.
7Déconcertés, émerveillés, ils disaient : « Tous ces gens qui parlent ne sont-ils pas des Galiléens  ?
8Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ?
9Parthes, Mèdes et Elamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, du Pont et de l'Asie,
10de la Phrygie et de la Pamphylie, de l'Egypte et de la Libye cyrénaïque, ceux de Rome en résidence ici,
11tous, tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons annoncer dans nos langues les merveilles de Dieu. »
12Ils étaient tous déconcertés, et dans leur perplexité ils se disaient les uns aux autres : « Qu'est-ce que cela veut dire ? »
13D'autres s'esclaffaient : « Ils sont pleins de vin doux. »
14Alors s'éleva la voix de Pierre, qui était là avec les Onze ; il s'exprima en ces termes  : « Hommes de Judée, et vous tous qui résidez à Jérusalem, comprenez bien ce qui se passe et prêtez l'oreille à mes paroles.
15Non, ces gens n'ont pas bu comme vous le supposez : nous ne sommes en effet qu'à neuf heures du matin ;
16mais ici se réalise cette parole du prophète Joël  :
17Alors, dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles seront prophètes, vos jeunes gens auront des visions, vos vieillards auront des songes ;
18oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes en ces jours-là je répandrai de mon Esprit et ils seront prophètes.
19Je ferai des prodiges là-haut dans le ciel et des signes ici-bas sur la terre, du sang, du feu et une colonne de fumée.
20Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang avant que vienne le jour du Seigneur, grand et glorieux.
21Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.
22« Israélites, écoutez mes paroles : Jésus le Nazôréen, homme que Dieu avait accrédité auprès de vous en opérant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez,
23cet homme, selon le plan bien arrêté par Dieu dans sa prescience, vous l'avez livré et supprimé en le faisant crucifier par la main des impies  ;
24mais Dieu l'a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n'était pas possible que la mort le retienne en son pouvoir.
25David en effet dit de lui  : Je voyais constamment le Seigneur devant moi, car il est à ma droite pour que je ne sois pas ébranlé.
26Aussi mon coeur était-il dans la joie et ma langue a chanté d'allégresse. Bien mieux, ma chair reposera dans l'espérance,
27car tu n'abandonneras pas ma vie au séjour des morts et tu ne laisseras pas ton saint connaître la décomposition.
28Tu m'as montré les chemins de la vie, tu me rempliras de joie par ta présence.
29« Frères, il est permis de vous le dire avec assurance : le patriarche David est mort, il a été enseveli, son tombeau se trouve encore aujourd'hui chez nous.
30Mais il était prophète et savait que Dieu lui avait juré par serment de faire asseoir sur son trône quelqu'un de sa descendance, issu de ses reins  ;
31il a donc vu d'avance la résurrection du Christ, et c'est à son propos qu'il a dit : Il n'a pas été abandonné au séjour des morts et sa chair n'a pas connu la décomposition.
32Ce Jésus, Dieu l'a ressuscité, nous tous en sommes témoins.
33Exalté par la droite de Dieu, il a donc reçu du Père l'Esprit Saint promis et il l'a répandu, comme vous le voyez et l'entendez.
34David, qui n'est certes pas monté au ciel, a pourtant dit  : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : assieds-toi à ma droite
35jusqu'à ce que j'aie fait de tes adversaires un escabeau sous tes pieds.
36« Que toute la maison d'Israël le sache donc avec certitude : Dieu l'a fait et Seigneur et Christ, ce Jésus que vous, vous aviez crucifié. »
37Le coeur bouleversé d'entendre ces paroles, ils demandèrent à Pierre et aux autres apôtres  : « Que ferons-nous, frères ? »
38Pierre leur répondit : « Convertissez-vous : que chacun de vous reçoive le baptême au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés, et vous recevrez le don du Saint Esprit.
39Car c'est à vous qu'est destinée la promesse, et à vos enfants ainsi qu'à tous ceux qui sont au loin, aussi nombreux que le Seigneur notre Dieu les appellera. »
40Par bien d'autres paroles Pierre rendait témoignage et les encourageait : « Sauvez-vous, disait-il, de cette génération dévoyée. »
41Ceux qui accueillirent sa parole reçurent le baptême, et il y eut environ trois mille personnes ce jour-là qui se joignirent à eux.
Ac 2,2-41
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org