321
Esprit saint
778
Pentecôte
14
Soupa Anne
La Pentecôte et la venue de l'Esprit Saint
Théologie
 
Commencer
 
Le récit de Pentecôte s'étend longuement sur deux aspects de la venue de l'Esprit...
 

Le récit de Pentecôte s'étend longuement sur deux aspects de la venue de l'Esprit. Il dit à qui l'Esprit est destiné et comment il est reçu. Les deux réponses se commandent l'une l'autre. C'est parce que la question du «comment» est résolue que les destinataires peuvent être nombreux.

Nos esprits modernes trouveront de l'intérêt à ce récit car il expose un exercice de communication. L'Esprit vient sur les disciples regroupés autour des Douze (les Onze plus Barsabbas). Ils s'expriment en d'autres langues de telle manière que la foule les comprend :

Chacun les entendait parler sa propre langue. Déconcertés, émerveillés, ils disaient : "Tous ces gens qui parlent ne sont-ils pas des Galiléens ? Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle?" 

Parler "en esprit".

Cette aptitude nouvelle peut être considérée sous divers aspects. Spontanément, chacun cherche quel phénomène physique ou psychologique rend possible une telle communication. S'agit-il d'un phénomène extatiques de glossolalie ou de "parler en langues" tel qu'il a existé dans la communauté de Corinthe (1 Co 14) ? Ou d'un parler dans une langue étrangère qu'on connaît sans l'avoir apprise ? L'intérêt de ces hypothèses n'est pas dans la réponse qu'elles peuvent apporter, mais, comme dans la fable de J. de La Fontaine, Le laboureur et ses enfants, de mettre en route une attention et une activité.

La Bible souligne qu'il y a quelque chose d'exceptionnel dans la manifestation de l'Esprit. Elle décrit le résultat, non les modalités, ouvrant ainsi à une lecture symbolique. Retenons que le langage de l'Esprit parle à l'intime de la personne, puisqu'il est comme une langue maternelle. C'est un langage du cœur, un langage efficace, une langue à elle seule, le langage "en Esprit".

Tous les Juifs dispersés

Le résultat de cette disposition donnée par l'Esprit est qu'un grand nombre de Juifs présents à Jérusalem, qu'ils soient juifs de naissance ou de conversion, ont accès au contenu des paroles des Douze. Mais à travers eux on devine que tous les peuples païens, cités aux versets 9 à 11, sont concernés. Ils sont énumérés d'est en ouest, dans le sens de la propagation de l'évangile. Depuis les Parthes qui occupent l'Iran actuel jusqu'aux habitants de Rome cette liste couvre presque l'ensemble du monde connu. Quand on connaît la place modeste de la Palestine au premier siècle, on mesure l'audace et la foi qui sont nécessaires pour prêter à l'Esprit un tel projet et une telle aptitude. Les visées universalistes du Second Isaïe se déploient ici, comme si elles ne subissaient plus aucune entrave.

La Pentecôte des Samaritains et des païens

Il faut attendre quelque temps pour que la prédication passe aux païens. Elle passe d'abord par ma Samarie :

Apprenant que la Samarie avait accueilli la parole de Dieu, les apôtres qui étaient à Jérusalem y envoyèrent Pierre et Jean. Une fois arrivés, ces derniers prièrent pour les Samaritains afin qu'ils reçoivent l'Esprit Saint. En effet, l'Esprit n'était encore tombé sur aucun d'eux; ils avaient seulement reçu le baptême au nom du Seigneur Jésus. Pierre et Jean se mirent donc à leur imposer les mains et les Samaritains recevaient l'Esprit Saint. (Ac 8,14-17)

La "Pentecôte des païens" est racontée en Ac 10,44-48. Il s'agit d'un récit plus ramassé que le premier, mais la structure lui est semblable. L'Esprit pousse Pierre à rendre visite à l'officier païen Corneille. Pierre s'adresse à l'assistance que ce dernier a convoqué chez lui. Ce sont "sa parenté et des amis intimes", et une "nombreuse assistance" (Ac 10,24.27). Pierre expose la Bonne Nouvelle, mais l'Esprit ne le laisse pas achever, il "tombe" sur les païens et ceux-ci se mettent à parler en langues et à chanter les merveilles de Dieu !

Les chrétiens d'origine juive sont stupéfaits. Comme lors de la première Pentecôte, le don de l'Esprit est suivi du baptême, après que Pierre en ait justifié l'octroi à des non Juifs. Pierre se rend ensuite à Jérusalem et rends compte de ce qui s'est passé aux apôtres. Une fois de plus les chrétiens d'origine juive sont troublés. Mais ils finissent par se laisser convaincre et ils rendent gloire à Dieu :

"Voilà que Dieu a donné aussi aux nations païennes la conversion qui mène à la Vie !" (Ac 11,18)

Ainsi l'Esprit relie les hommes les uns aux autres. Les récits de Pentecôte répondent à l'ancien texte de Babel (Gn 11,1-9). La communication entre les hommes est rétablie, non pas dans l'uniformité d'un langage commun mais dans le respect des différences.


© SBEV. Anne Soupa.

 
Ac 2,1-41
1Quand le jour de la Pentecôte arriva, ils se trouvaient réunis tous ensemble.
2Tout à coup il y eut un bruit qui venait du ciel comme le souffle d'un violent coup de vent : la maison où ils se tenaient en fut toute remplie ;
3alors leur apparurent comme des langues de feu qui se partageaient et il s'en posa sur chacun d'eux.
4Ils furent tous remplis d'Esprit Saint et se mirent à parler d'autres langues, comme l'Esprit leur donnait de s'exprimer.
5Or, à Jérusalem, résidaient des Juifs pieux, venus de toutes les nations qui sont sous le ciel.
6A la rumeur qui se répandait, la foule se rassembla et se trouvait en plein désarroi, car chacun les entendait parler sa propre langue.
7Déconcertés, émerveillés, ils disaient : « Tous ces gens qui parlent ne sont-ils pas des Galiléens  ?
8Comment se fait-il que chacun de nous les entende dans sa langue maternelle ?
9Parthes, Mèdes et Elamites, habitants de la Mésopotamie, de la Judée et de la Cappadoce, du Pont et de l'Asie,
10de la Phrygie et de la Pamphylie, de l'Egypte et de la Libye cyrénaïque, ceux de Rome en résidence ici,
11tous, tant Juifs que prosélytes, Crétois et Arabes, nous les entendons annoncer dans nos langues les merveilles de Dieu. »
12Ils étaient tous déconcertés, et dans leur perplexité ils se disaient les uns aux autres : « Qu'est-ce que cela veut dire ? »
13D'autres s'esclaffaient : « Ils sont pleins de vin doux. »
14Alors s'éleva la voix de Pierre, qui était là avec les Onze ; il s'exprima en ces termes  : « Hommes de Judée, et vous tous qui résidez à Jérusalem, comprenez bien ce qui se passe et prêtez l'oreille à mes paroles.
15Non, ces gens n'ont pas bu comme vous le supposez : nous ne sommes en effet qu'à neuf heures du matin ;
16mais ici se réalise cette parole du prophète Joël  :
17Alors, dans les derniers jours, dit Dieu, je répandrai de mon Esprit sur toute chair, vos fils et vos filles seront prophètes, vos jeunes gens auront des visions, vos vieillards auront des songes ;
18oui, sur mes serviteurs et sur mes servantes en ces jours-là je répandrai de mon Esprit et ils seront prophètes.
19Je ferai des prodiges là-haut dans le ciel et des signes ici-bas sur la terre, du sang, du feu et une colonne de fumée.
20Le soleil se changera en ténèbres et la lune en sang avant que vienne le jour du Seigneur, grand et glorieux.
21Alors quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé.
22« Israélites, écoutez mes paroles : Jésus le Nazôréen, homme que Dieu avait accrédité auprès de vous en opérant par lui des miracles, des prodiges et des signes au milieu de vous, comme vous le savez,
23cet homme, selon le plan bien arrêté par Dieu dans sa prescience, vous l'avez livré et supprimé en le faisant crucifier par la main des impies  ;
24mais Dieu l'a ressuscité en le délivrant des douleurs de la mort, car il n'était pas possible que la mort le retienne en son pouvoir.
25David en effet dit de lui  : Je voyais constamment le Seigneur devant moi, car il est à ma droite pour que je ne sois pas ébranlé.
26Aussi mon coeur était-il dans la joie et ma langue a chanté d'allégresse. Bien mieux, ma chair reposera dans l'espérance,
27car tu n'abandonneras pas ma vie au séjour des morts et tu ne laisseras pas ton saint connaître la décomposition.
28Tu m'as montré les chemins de la vie, tu me rempliras de joie par ta présence.
29« Frères, il est permis de vous le dire avec assurance : le patriarche David est mort, il a été enseveli, son tombeau se trouve encore aujourd'hui chez nous.
30Mais il était prophète et savait que Dieu lui avait juré par serment de faire asseoir sur son trône quelqu'un de sa descendance, issu de ses reins  ;
31il a donc vu d'avance la résurrection du Christ, et c'est à son propos qu'il a dit : Il n'a pas été abandonné au séjour des morts et sa chair n'a pas connu la décomposition.
32Ce Jésus, Dieu l'a ressuscité, nous tous en sommes témoins.
33Exalté par la droite de Dieu, il a donc reçu du Père l'Esprit Saint promis et il l'a répandu, comme vous le voyez et l'entendez.
34David, qui n'est certes pas monté au ciel, a pourtant dit  : Le Seigneur a dit à mon Seigneur : assieds-toi à ma droite
35jusqu'à ce que j'aie fait de tes adversaires un escabeau sous tes pieds.
36« Que toute la maison d'Israël le sache donc avec certitude : Dieu l'a fait et Seigneur et Christ, ce Jésus que vous, vous aviez crucifié. »
37Le coeur bouleversé d'entendre ces paroles, ils demandèrent à Pierre et aux autres apôtres  : « Que ferons-nous, frères ? »
38Pierre leur répondit : « Convertissez-vous : que chacun de vous reçoive le baptême au nom de Jésus Christ pour le pardon de ses péchés, et vous recevrez le don du Saint Esprit.
39Car c'est à vous qu'est destinée la promesse, et à vos enfants ainsi qu'à tous ceux qui sont au loin, aussi nombreux que le Seigneur notre Dieu les appellera. »
40Par bien d'autres paroles Pierre rendait témoignage et les encourageait : « Sauvez-vous, disait-il, de cette génération dévoyée. »
41Ceux qui accueillirent sa parole reçurent le baptême, et il y eut environ trois mille personnes ce jour-là qui se joignirent à eux.
Ac 8,14-17
Ac 11,18
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org