321
Esprit saint
14
Soupa Anne
La Pentecôte de Jean : une recréation
Gros plan sur
 
Commencer
 
Luc n'est pas le seul à décrire la venue de l'Esprit sur les disciples de Jésus...
 

Luc n'est pas le seul à décrire la venue de l'Esprit sur les disciples de Jésus.. Jean nous propose sa version de l'événement, un court récit, dans une maison aux portes verrouillées...

Le récit de Jean (20, 19, 23) est situé à la fin de son évangile. La venue de l'Esprit est pour lui le dernier acte de Jésus. Pour en estimer l'importance, mettons en rapport début et fin de l'évangile. Souvent, la fin est une réponse aux propositions initiales. Au début de l'Évangile, donc, on rencontre plusieurs mentions de l'Esprit. Avant que Jésus n'entre en scène, Jean Baptiste dit: "J'ai vu l'Esprit descendre, tel une colombe venant du ciel et demeurer sur lui" (1, 32). Sa formule rappelle la phrase d'Isaïe: "Sur lui reposera l'Esprit du Seigneur" (Is 11, 2). Les liens de Jésus et de l'Esprit apparaissent clairement. La mission de Jésus est de donner l'Esprit aux hommes. Suivons maintenant de plus près le déroulement du récit.

Le soir de ce même jour

Jean associe ostensiblement la venue de l'Esprit à l'événement pascal. "Le soir de ce même jour", dit-il. C'est en réécoutant le récit de la Passion que nous découvrirons ses intentions. "Jésus, inclinant la tête, remit l'esprit", dit Jean (19, 30). La mort de Jésus est l'acte qui libère l'Esprit.

Le lecteur remarque que le mot esprit est ici écrit avec une minuscule. Jean à son habitude, rapproche des notions voisines mais qui comportent de très légères différences entre elles et qui, par conséquent, questionnent. Ici, il souligne à plaisir la similitude entre l'esprit de l'homme et l'Esprit de Jésus. S'agit-il du même esprit ? Oui et non.... L'Esprit donné par Jésus n'est pas comparable au souffle d'un homme ordinaire (encore que dans notre récit, Jésus ressuscité donne l'Esprit en soufflant sur les disciples), mais le don de sa vie par Jésus est le signe de son amour, donc de l'Esprit.

L'eau, le sang, l'Esprit

Jean, autour du mot esprit, rappelle deux choses. La première, c'est que l'Esprit donné par Jésus a un lien direct avec son corps. Jean, ne l'oublions pas, est l'évangéliste de l'Incarnation. Ce rapport sera approfondi dans la Première Lettre de Jean: "C'est lui qui est venu par eau et par sang: Jésus Christ (...). Et c'est l'Esprit qui rend témoignage (...) Il y en a ainsi trois à témoigner: l'Esprit, l'eau et le sang, et ces trois tendent au même but." (5, 6-8) Jean suggère aussi que l'Esprit est don. Il est l'amour du Christ qui a donné sa vie pour ceux qu'il aime.

Jean n'a pas les mêmes lieux d'ancrage que Luc. Pas de parler dans la langue maternelle, pas de développement sur l'accomplissement des Écritures, ni sur l'universalité du message. Jean suit une autre idée, avec un bel esprit de suite: pour lui, l'Esprit de Jésus, c'est l'amour. Pour le vérifier, regardons les temps forts de ce récit. Tout d'abord, à deux reprises, avant d'envoyer son Esprit, Jésus donne la paix. La paix est le fruit de l'amour. Dans l'Ancien Testament, déjà, la paix est signe de la présence et de l'action divine. Plusieurs psaumes se terminent par cette formule: "Paix à l'Israël de Dieu". Par ailleurs la venue de Jésus met les disciples dans la joie. Enfin, si nous cherchons quels sont les dons liés à l'Esprit, nous n'en rencontrons qu'un: le pardon, cette prérogative divine qui reconstruit l'homme détruit par le mal. Le pardon est le signe le plus sûr de l'amour.

L'homme total

Dans la perspective de Jean, l'Esprit vient pour guérir, sauver, recréer tout l'homme, son corps, son esprit, et lui apporter le salut. L'Esprit recrée l'homme, comme le suggère l'image du souffle, qui rappelle celle de la création de l'homme, au Livre de la Genèse. Le lien entre le Père est les disciples est souligné: "Comme le Père m'a envoyé, à mon tour, je vous envoie" (20, 21).

La Pentecôte de Jean a des fausses allures intimes... On la croit affaire d'initiés, en réalité, elle contient un message si fort qu'il parle à chacun. S'il y a une universalité de l'Esprit chez Jean, c'est parce qu'il peut atteindre chacun jusqu'au plus profond de son être. L'intensité de cette rencontre se sent à chaque phrase.

Vérifions cette proposition en resituant ce récit entre les deux passages, très connus, qui l'encadrent. Celui qui précède (20, 11-18) rapporte la rencontre entre Marie de Magdala et Jésus ressuscité. Marie ne reconnaît pas Jésus, qu'elle prend pour le jardinier. Jésus, une fois reconnu, s'écarte et envoie Marie vers les disciples. Le corps de Jésus, désormais, c'est la communauté de ceux qui porteront sa parole.

Le récit suivant la Pentecôte raconte les inquiétudes de Thomas ( 20, 24-29). Là aussi, il est question de toucher un corps, puis de s'en détacher pour regarder plus loin: "Heureux ceux qui sans avoir vu, ont cru" conclura Jésus. Mais Thomas comme Marie, justement, étaient absents lors de la venue de l'Esprit...N'en concluons pas qu'ils en ont été exclus, mais retenons que le souffle recréateur de l'Esprit ouvre à une vision plus large et plus féconde du corps, celui de la communauté ecclésiale.


© SBEV. Anne Soupa.

 
Jn 20,22
22Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et leur dit : « Recevez l'Esprit Saint  ;
Jn 20,22
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org