341
Jonas
342
Signe de Jonas
2
Stricher Joseph
Jésus, nouveau Jonas ?
Gros plan sur
 
Commencer
 
À plusieurs reprises les Évangiles comparent Jésus à Jonas...
 

À plusieurs reprises les Évangiles comparent Jésus à Jonas. Comme lui Jésus prêche la Bonne Nouvelle aux païens. Comme lui il va dans le «ventre de la mort» et il en ressort au bout de trois jours.

Le prophète Jonas dont parle le 2e livre des rois était un galiléen, originaire du village de Gat-Hépher («le pressoir du puits»), à une heure de marche de Nazareth. À quelques siècles de distance il est vrai, Jésus est son compatriote. Il connaît bien les aventures pittoresques qu'on attribue au prophète de l'époque de Jéroboam. Aussi n'est-il pas étonnant que le nom du prophète vienne spontanément dans sa bouche lors des controverses qui l'opposent à des juifs incrédules. Après la mort de Jésus la communauté chrétienne se souvient de ses paroles et surtout de sa mystérieuse phrase sur le signe de Jonas. Elle lui donne deux explications : Jésus apôtre des nations, comme Jonas ; Jésus dans le ventre de la mort pendant trois jours, comme Jonas.

Le signe de Jonas

Dans l'´Êvangile de Matthieu, après la deuxième multiplication des pains, des juifs pieux et des dirigeants du Temple s'approchent de Jésus pour lui tendre un piège et lui demander un signe qui vienne du ciel. Jésus leur répond :

«Vous savez interpréter l'aspect du ciel, et les signes des temps, vous n'en êtes pas capables ! Génération mauvaise et adultère qui réclame un signe! En fait de signe, il ne lui en sera pas donné d'autre que le signe de Jonas» (Mt 16,3-4).

Et sur cette réplique Jésus les plante là et part avec ses disciples sur l'autre rive. Comment interpréter cette parole de Jésus ? Elle équivaut d'abord à un refus de demander un signe du ciel. L'évangéliste Marc l'a compris de cette manière. Il nous raconte qu'après la multiplication des pains, Jésus pousse un profond soupir lors de la demande des pharisiens et, avant de partir vers l'autre rive, il leur répond :

«Pourquoi cette génération demande-t-elle un signe ? En vérité, je vous le déclare, il ne sera pas donné de signe à cette génération» (Mc 8,12).

Il y a plus. Dans les deux récits, la demande des responsables juifs vient après la multiplication des pains. Jésus y a donné un signe éclatant : en sa présence le miracle de la manne s'est reproduit. Mais le signe n'a pas été reçu pour tel, il n'est pas été compris. Jésus se rend alors sur l'autre rive, celle des païens.

Matthieu relit la parole de Jésus à la lumière de sa mort et de sa résurrection. Les signes donnés par Jésus n'ont pas été compris par les responsables juifs. Ils seront compris par ceux de l' «autre rive», les païens. Avec Jésus-Jonas, le conversion de Ninive se renouvelle et s'accomplit.

Le jugement des hommes de Ninive

Un autre passage de l'´Êvangile de Matthieu confirme cette interprétation. Il se situe au milieu d'une controverse entre Jésus et les pharisiens. Ceux-ci l'accusent d'être un possédé et de chasser les démons par Béelzéboul. Jésus les traite de race de vipères et de mauvais arbres qui portent de mauvais fruits. Jésus leur réplique :

«Lors du jugement, les hommes de Ninive se lèveront avec cette génération et ils la condamneront, car ils se sont convertis à la prédication de Jonas; eh bien! Ici il y a plus que Jonas.

Lors du jugement la reine du Midi se lèvera avec cette génération et elle la condamnera, car elle est venue du bout du monde pour écouter la sagesse de Salomon. Eh bien!  Ici il y a plus que Salomon.» (Mt 12,41-42).

À des responsables juifs, fiers de l'élection du peuple d'Israël, Jésus annonce un bouleversement radical : Israël sera jugé par les nations païennes. Il s'appuie sur le livre de Jonas et souligne la conversion des païens. Cette génération n'a pas d'excuses. Au milieu d'elle il y a plus que Jonas et même plus que Salomon. Mais comme il est difficile pour ceux qui se considèrent comme des justes de se convertir ! Paradoxalement la démarche est plus facile pour des pécheurs ou des païens.

L'´Êvangile de Luc (Lc 11,27-32) développe la même idée. La parole sur le signe de Jonas se situe immédiatement après l'exclamation d'une femme : «Heureuse celle qui t'a porté et allaité ! » et la réponse de Jésus : «Heureux ceux qui écoutent la parole de Dieu et qui l'observent.» Comme Jonas, Jésus est un prophète qui proclame la parole de Dieu. Et il est plus que Jonas. Il est Le prophète des temps nouveau. Il ne se contente pas d'annoncer le règne de Dieu, il l'inaugure.

Dans le ventre du monstre

Après la mort-résurrection de Jésus, la communauté chrétienne primitive se souvient de sa phrase sur le signe de Jonas. Elle lui donne maintenant un prolongement et une signification nouvelle. Jonas, englouti dans le ventre du monstre marin, qui s'est approché des «verrous du pays de la mort» et qui en est sorti vivant, trois jours après, par la grâce de Dieu, devient une image du destin de Jésus, englouti par la mort et ressuscité le troisième jour.

«Comme Jonas fut dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l'homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits» (Mt 12,40).

Cette phrase fera beaucoup pour la popularité de Jonas. Oubliés les aspects négatifs du héros du conte, sa xénophobie et sa résistance obstinée à Dieu. La faiblesse du messager ne fait que renforcer le force du message : Dieu aime et sauve tous les hommes. Il vient de le signifier de façon éclatante en ressuscitant son fils Jésus «le troisième jour».


© SBEV. Joseph Stricher

 
Mt 12,40
40Car tout comme Jonas fut dans le ventre du monstre marin trois jours et trois nuits, ainsi le Fils de l'homme sera dans le sein de la terre trois jours et trois nuits.
Mt 16,3-4
3et le matin : "Aujourd'hui, mauvais temps, car le ciel est rouge sombre." Ainsi vous savez interpréter l'aspect du ciel, et les signes des temps, vous n'en êtes pas capables !
4Génération mauvaise et adultère qui réclame un signe ! En fait de signe, il ne lui en sera pas donné d'autre que le signe de Jonas. » Il les planta là et partit.
Lc 11,27-32
Mt 12,40-42
Mt 16,3-4
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org