390
Création
396
Paradis
255
Serpent
2
Stricher Joseph
Qui a mis le serpent dans le paradis ?
Théologie
 
Commencer
 
Cette question est redoutable car elle aborde en fait le mystère du mal...
 

Cette question apparemment anodine -  Qui a mis le serpent dans le paradis ? - aborde en réalité un problème redoutable : «Qui a mis le mal dans le monde ?»

Comment le serpent est-il entré dans le jardin ? L'auteur biblique n'en parle pas. Il constate simplement sa présence et sa redoutable capacité de nuire. Il attaque par surprise et avec beaucoup de subtilité. Sa ruse consiste à ne pas mentir grossièrement mais à subvertir l'ordre des choses. Alors que Dieu a donné tous les arbres du jardin à l'homme et à la femme sauf un seul, le serpent focalise l'attention de la femme sur ce seul arbre et insinue qu'elle ne peut manger de tous les arbres du jardin. Par son astuce il masque la forêt de ce qui est permis derrière le seul arbre de l'interdit.

À l'image d'un Dieu Père qui crée et nourrit ses enfants, qui les éduque en posant des barrières à leur jeune liberté, le serpent substitue l'image d'un Dieu terrible, jaloux de ses prérogatives et qui fait planer l'ombre de la mort sur l'humanité. L'homme et la femme entrent dans la perspective du serpent. Ils ne veulent plus recevoir gratuitement de Dieu, mais être comme lui. Être comme des dieux.

Créés à l'image de Dieu, appelés à dominer les animaux, ils se laissent dominer par l'animal. Ils se rallient à son point de vue. La religion du serpent a remplacé celle de Dieu. Religion de la méfiance et de la rébellion, de la peur et de la dissimulation, de la non-reconnaissance de ses propres responsabilités et du rejet de la faute sur l'autre. C'est la religion du moralisme, du permis et du défendu et du mérite à acquérir en vue d'une récompense. Beau travail. Le serpent a réussi à inoculer son venin dont nous pouvons sentir encore aujourd'hui l'efficacité.

Qui a mis le serpent dans le jardin ? L'auteur biblique ne le sait pas, ou plutôt, il n'en parle pas. Il laisse à son lecteur le soin de se faire sa propre opinion tout en lui donnant quelques éléments de réponse. Le serpent n'est pas l'égal de Dieu. Il n'existe pas de toute éternité. Il n'est qu'une créature. «Le serpent était la plus astucieuse de toutes les bêtes des champs que le seigneur Dieu avait faites » dit l'auteur. Il a la capacité de nuire à la descendance de la femme mais il sera inéluctablement vaincu par elle : «Je mettrai l'hostilité entre toi et la femme, entre ta descendance et sa descendance. Celle-ci te meurtrira à la tête et toi, tu la meurtriras au talon».

Les paroles de Dieu sont mystérieuses. Aussi mystérieuses que l'énigme du mal dans le monde. Elles indiquent en tout cas que le mal n'aura pas le dernier mot et qu'il est destiné à être vaincu. À la fin de la Bible, dans l'Apocalypse, revient l'image de «l'antique serpent» enchaîné puis éliminé à tout jamais. D'un bout à l'autre de la Bible, l'image du serpent vient rappeler que le mal existe, mais que Dieu en triomphera. Grande leçon de réalisme et grande leçon d'espérance.

 

© SBEV. Joseph Stricher

 
Gn 3,1-13
1Or le serpent était la plus astucieuse de toutes les bêtes des champs que le SEIGNEUR Dieu avait faites. Il dit à la femme : « Vraiment ! Dieu vous a dit : "Vous ne mangerez pas de tout arbre du jardin "... »
2La femme répondit au serpent : « Nous pouvons manger du fruit des arbres du jardin,
3mais du fruit de l'arbre qui est au milieu du jardin, Dieu a dit : "Vous n'en mangerez pas et vous n'y toucherez pas afin de ne pas mourir." »
4Le serpent dit à la femme : « Non, vous ne mourrez pas,
5mais Dieu sait que le jour où vous en mangerez, vos yeux s'ouvriront et vous serez comme des dieux possédant la connaissance de ce qui est bon ou mauvais. »
6La femme vit que l'arbre était bon à manger, séduisant à regarder, précieux pour agir avec clairvoyance. Elle en prit un fruit dont elle mangea, elle en donna aussi à son mari, qui était avec elle, et il en mangea.
7Leurs yeux à tous deux s'ouvrirent et ils surent qu'ils étaient nus. Ayant cousu des feuilles de figuier, ils s'en firent des pagnes.
8Or ils entendirent la voix du SEIGNEUR Dieu qui se promenait dans le jardin au souffle du jour. L'homme et la femme se cachèrent devant le SEIGNEUR Dieu au milieu des arbres du jardin.
9Le SEIGNEUR Dieu appela l'homme et lui dit : « Où es-tu ? »
10Il répondit : « J'ai entendu ta voix dans le jardin, j'ai pris peur car j'étais nu, et je me suis caché. » -
11« Qui t'a révélé, dit-il, que tu étais nu ? Est-ce que tu as mangé de l'arbre dont je t'avais prescrit de ne pas manger ? »
12L'homme répondit : « La femme que tu as mise auprès de moi, c'est elle qui m'a donné du fruit de l'arbre, et j'en ai mangé. »
13Le SEIGNEUR Dieu dit à la femme : « Qu'as-tu fait là ? » La femme répondit : « Le serpent m'a trompée et j'ai mangé. »
Gn 3,1-13
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org