165
Libération
407
Mer Rouge
372
Moïse
14
Soupa Anne
Le passage de la Mer Rouge
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Ce récit du passage de la Mer Rouge avec Moïse est très célèbre...
 

Ce récit de libération a été offert à des générations de croyants qui l'ont parcouru et reparcouru comme un chemin de salut.

La première partie du livre de l'Exode s'achève avec le passage de la mer. On peut la résumer ainsi : sous le joug des Égyptiens, les Hébreux connaissent une vie amère ; Moïse, rescapé de la mort promise à tous les enfants mâles des Hébreux, accepte d'agir au nom du Seigneur pour sauver le peuple. L'entreprise est difficile : « Ils ne me croiront pas. » (Ex 4,1). A plusieurs reprises, Dieu le soutient face à Pha­raon. Il faut que dix fléaux s'abattent sur le pays d'Égypte pour qu'enfin Pharaon cède. De nuit, après avoir célébré la première Pâque, signe des liens privilégiés qui se nouent avec le Seigneur, les fils d'Israël prennent la route.

Guidés par Dieu grâce à une colonne de nuée et de feu, les fils d'Israël sont en marche, comme une armée « en ordre de bataille » précise le narrateur (13,18). Début du chapitre 14. Il comprendra trois actes, inaugurés chacun par une parole du Seigneur à Moïse.

Au bord de la mer (v. 1 à 14)

Premier acte. Dans son discours, le Seigneur a tout prévu : le lieu du campement comme la réaction de Pharaon. Et il annonce par avance le dénouement, mais sans entrer dans les détails. (v.1-4)

Le peuple installe donc le campement. Et, effectivement, Pharaon, qui avait auparavant permis le départ (12,31-33), change d'avis et mobilise son armée. Le voilà bientôt en vue du camp. (v. 5-10)

La peur s'installe dans le camp hébreu : cri vers le Seigneur, reproches à Moïse, regret de la servitude. Moïse rassure le peuple et tourne ses regards vers le salut qui va se réaliser. Un salut inouï où Le Seigneur combattra seul alors que les fils d'Israël «resteront cois» ! (v.11-14)

Au terme de ce premier acte, le peuple paraît encore enfermé dans son passé d'esclave. Mais avec lui, sur la parole de Moïse, nous attendons un inouï. Nous savons que le Seigneur est capable de remuer ciel et terre pour sauver son peuple : il l'a déjà prouvé dans la longue suite des fléaux qui ont dévasté l'Egypte. Quelque chose de définitif se prépare : le Seigneur va «se glorifier».

Au milieu de la mer (v. 15 à 25)

Au début du deuxième acte, la parole du Seigneur surprend : quand Moïse a-t-il crié ? (v. 15) Nous l'ignorons. Mais devant le danger, le Seigneur organise la riposte. L'inouï que nous espérons se profile dans l'ordre donné à Moïse de fendre la mer. Mais aussi dans la volonté exprimée de mettre sur le même chemin, au milieu de la mer, les fils d'Israël et leurs poursuivants Egyptiens ! Avec toujours le même but : « que je me glorifie aux dépens de Pharaon. » (v.15-18)

Après les paroles, les actions. Actions de l'ange du Seigneur et de la colonne de nuée. Action de Moïse qui étend la main. Action enfin du Seigneur lui-même qui montre sa puissance extraordinaire sur la mer, traçant un chemin, élevant des murailles. (v.19-22)

Les Fils d'Israël ont pénétré au milieu de la mer. Juste derrière eux arrivent les Egyptiens. Ils ne se rejoindront pas. Le Seigneur sème le désordre parmi les poursuivants et sabote leurs chars. Dans le combat nocturne qui s'achève à l'aurore, il a été sur tous les fronts, bouleversant les éléments naturels, usant de la force et de la ruse guerrière. C'est ainsi qu'il se donne à connaître aux vaincus. (v.23-25)

Dans ce deuxième acte, le Seigneur, en multipliant les actions, fait éclater sa gloire aux dépens de Pharaon comme il l'avait annoncé (v.4.17.18). Les fils d'Israël se sont tenus cois et le Seigneur s'est mis en quatre pour les sauver. Son action d'éclat est difficile à décrire : par exemple on ne saisit pas bien si les eaux se sont asséchées toute la nuit grâce au vent ou si elles se sont ouvertes brusquement. Le narrateur se trouble devant les merveilles de Dieu. Et c'est bien ainsi.

Sur le rivage de la mer (v. 26 à 31)

Troisième acte. La parole du Seigneur scelle le sort des vaincus (v.26). Sitôt dit, sitôt fait : ils resteront à jamais au milieu de la mer. Lequel est donc lieu de passage vers la vie pour les fils d'Israël, et séjour des morts pour les Egyptiens (v. 27-29). Le lecteur se souvient alors qu'au début du livre de l'Exode, Pharaon, acharné à détruire la vie, faisait jeter les nouveaux-nés hébreux dans le Nil (Ex 1,22). Une boucle est bouclée, la violence est revenue sur les violents.

Jusqu'à présent Israël avait toujours vécu sous le régime de la violence. Dans la nuit du grand passage, la mort l'avait encore serré de près. Sur le rivage de la mer, il voit désormais que la mort est vaincue (v.30). Cela le transforme. Autrefois, il avait eu grand-peur de Pharaon, maintenant il «craint» le Seigneur. Respect, admiration et foi envers celui à qui il doit la vie (v.31). Foi aussi en Moïse. Au début de sa mission, Moïse disait au Seigneur : « Ils ne me croiront pas » (Ex 4,1). Maintenant ils croient. Parce que lui-même, Moïse, a cru au Seigneur et qu'il a su apaiser leur peur. Alors au cri de détresse succède un chant de joie (Ex 15,1).

Ainsi se clôt le troisième acte. Sur le chemin du salut, le peuple d'Israël a reçu la lumière, la vie, l'existence. Il est né. Il lui reste à grandir. Ce sera l'objet de la deuxième partie du livre de l'Exode : la marche au désert…


© SBEV. Anne Soupa

 
Jérusalem: l'entrée du St Sépulcre
Ex 14,1-31
1Le SEIGNEUR adressa la parole à Moïse :
2« Dis aux fils d'Israël de revenir camper devant Pi-Hahiroth, entre Migdol et la mer - c'est devant Baal-Cefôn, juste en face, que vous camperez, au bord de la mer.
3Alors le Pharaon dira des fils d'Israël : "Les voilà qui errent affolés dans le pays ! Le désert s'est refermé sur eux !"
4J'endurcirai le coeur du Pharaon, et il les poursuivra. Mais je me glorifierai aux dépens du Pharaon et de toutes ses forces, et les Egyptiens connaîtront que c'est moi le SEIGNEUR. » Ils firent ainsi.
5On annonça au roi d'Egypte que le peuple avait pris la fuite. Le Pharaon et ses serviteurs changèrent d'idée au sujet du peuple et ils dirent : « Qu'avons-nous fait là ? Nous avons laissé Israël quitter notre service ! »
6Il attela son char et prit son peuple avec lui.
7Il prit six cents chars d'élite, et tous les chars d'Egypte, chacun avec des écuyers.
8Le SEIGNEUR endurcit le coeur du Pharaon, roi d'Egypte, qui poursuivit les fils d'Israël, ces fils d'Israël qui sortaient la main haute.
9Les Egyptiens les poursuivirent et les rattrapèrent comme ils campaient au bord de la mer - tous les attelages du Pharaon, ses cavaliers et ses forces - près de Pi-Hahiroth, devant Baal-Cefôn.
10Le Pharaon s'était approché. Les fils d'Israël levèrent les yeux : voici que l'Egypte s'était mise en route derrière eux ! Les fils d'Israël eurent grand-peur et crièrent vers le SEIGNEUR.
11Ils dirent à Moïse : « L'Egypte manquait-elle de tombeaux que tu nous aies emmenés mourir au désert ? Que nous as-tu fait là, en nous faisant sortir d'Egypte  ?
12Ne te l'avions-nous pas dit en Egypte : "Laisse-nous servir les Egyptiens ! Mieux vaut pour nous servir les Egyptiens que mourir au désert." »
13Moïse dit au peuple : « N'ayez pas peur ! Tenez bon ! Et voyez le salut que le SEIGNEUR réalisera pour vous aujourd'hui. Vous qui avez vu les Egyptiens aujourd'hui, vous ne les reverrez plus jamais.
14C'est le SEIGNEUR qui combattra pour vous. Et vous, vous resterez cois ! ».
15Le SEIGNEUR dit à Moïse : « Qu'as-tu à crier vers moi ? Parle aux fils d'Israël : qu'on se mette en route !
16Et toi, lève ton bâton, étends la main sur la mer, fends-la, et que les fils d'Israël pénètrent au milieu de la mer à pied sec.
17Et moi, je vais endurcir le coeur des Egyptiens pour qu'ils y pénètrent derrière eux et que je me glorifie aux dépens du Pharaon et de toutes ses forces, de ses chars et de ses cavaliers.
18Ainsi les Egyptiens connaîtront que c'est moi le SEIGNEUR, quand je me serai glorifié aux dépens du Pharaon, de ses chars et de ses cavaliers. »
19L'ange de Dieu qui marchait en avant du camp d'Israël partit et passa sur leurs arrières. La colonne de nuée partit de devant eux et se tint sur leurs arrières.
20Elle s'inséra entre le camp des Egyptiens et le camp d'Israël. Il y eut la nuée, mais aussi les ténèbres ; alors elle éclaira la nuit. Et l'on ne s'approcha pas l'un de l'autre de toute la nuit.
21Moïse étendit la main sur la mer. Le SEIGNEUR refoula la mer toute la nuit par un vent d'est puissant et il mit la mer à sec. Les eaux se fendirent,
22et les fils d'Israël pénétrèrent au milieu de la mer à pied sec, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
23Les Egyptiens les poursuivirent et pénétrèrent derrière eux - tous les chevaux du Pharaon, ses chars et ses cavaliers - jusqu'au milieu de la mer.
24Or, au cours de la veille du matin, depuis la colonne de feu et de nuée, le SEIGNEUR observa le camp des Egyptiens et il mit le désordre dans le camp des Egyptiens.
25Il bloqua les roues de leurs chars et en rendit la conduite pénible. L'Egypte dit : « Fuyons loin d'Israël, car c'est le SEIGNEUR qui combat pour eux contre l'Egypte ! »
26Le SEIGNEUR dit à Moïse : « Etends la main sur la mer : que les eaux reviennent sur l'Egypte, sur ses chars et ses cavaliers ! »
27Moïse étendit la main sur la mer. A l'approche du matin, la mer revint à sa place habituelle, tandis que les Egyptiens fuyaient à sa rencontre. Et le SEIGNEUR se débarrassa des Egyptiens au milieu de la mer.
28Les eaux revinrent et recouvrirent les chars et les cavaliers ; de toutes les forces du Pharaon qui avaient pénétré dans la mer derrière Israël, il ne resta personne.
29Mais les fils d'Israël avaient marché à pied sec au milieu de la mer, les eaux formant une muraille à leur droite et à leur gauche.
30Le SEIGNEUR, en ce jour-là, sauva Israël de la main de l'Egypte, et Israël vit l'Egypte morte sur le rivage de la mer.
31Israël vit avec quelle main puissante le SEIGNEUR avait agi contre l'Egypte. Le peuple craignit le SEIGNEUR, il mit sa foi dans le SEIGNEUR et en Moïse son serviteur.
Ex 14,1-31
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org