416
Apocalypse
149
Espérance
143
Symbole
419
Visions
8
Debergé Pierre
L'Apocalypse : une parole pour temps d'épreuve
Théologie
 
Commencer
 
http://www.moleiro.com/fr/ : L’Apocalypse en Français, 1313 ...
L'Apocalypse de Jean est un livre étrange et déconcertant, c'est pourtant un livre d'espérance...
 

Personne ne le niera, l’Apocalypse de Jean est un livre étrange et déconcertant. On a du mal à imaginer que c’est un livre d’espérance.

Catastrophe ou Révélation 

Quand nous parlons aujourd'hui d'apocalypse, nous pensons : catastrophe, épouvante, cataclysme, etc. C’est oublier que le mot "apocalypse" est la transcription d'un terme grec qui signifie : "dévoilement", "révélation". On a rassemblé sous cette appellation des écrits qui racontent des "révélations" faites par Dieu au sujet d’événements connus de lui seul.

Ce type d’écriture s’est développé aux alentours de l’ère chrétienne, mais on le rencontre déjà dans l’Ancien Testament. Il est apparu lorsque le peuple de Dieu était aux prises avec des persécutions et qu’il s’interrogeait sur son avenir. Ainsi, de la même manière que le livre de Daniel avait été rédigé durant les persécutions du grec Antiochus Épiphane au IIème siècle av. J.-C., l’Apocalypse de Jean a vraisemblablement été écrite durant les persécutions de l'empereur romain Domitien, vers l’an 95 de notre ère.

Dans ce contexte, aussi bien Daniel que Jean se présentent comme des messagers de Dieu, chargés de réconforter et de rassurer leurs compatriotes. Comment ? En leur "révélant" le sens des épreuves qu’ils sont en train de vivre ; en leur annonçant un avenir où les persécuteurs seront définitivement détruits et où les persécutés retrouveront la paix et le bonheur.

Visions et symboles

Qui dit "révélation" dit "secret". C’est pour cela que, souvent, dans les apocalypses, le messager de la révélation est un "visionnaire". Il a vu "le ciel entrouvert". Il a été introduit dans le monde céleste. Il a pu contempler des réalités normalement inaccessibles.

Pour garder le caractère confidentiel de ces révélations, les visionnaires utilisent le symbolisme des nombres, des couleurs, des animaux : le chiffre 7 symbolise la totalité, la plénitude et le chiffre 6 l'imperfection ; 12 est le chiffre d'Israël, 4 celui du monde (cf. les 4 points cardinaux, les 4 parties du monde : terre, mer, ciel, abîme). Dans un autre registre, le blanc est symbole de victoire ; le rouge, de violence ; le noir, de mort ; le verdâtre, de décomposition.

Ces "révélations" sont situées à un autre moment de l’histoire que celui des lecteurs à qui elles s’adressent. Elles sont attribuées à des personnages célèbres de l’histoire du peuple de Dieu ou de l'Église. Manière de souligner leur importance : elles ont été reçues dans le passé et miraculeusement transmises ou merveilleusement retrouvées.

L’Apocalypse de Jean

Comme les apocalypses juives, l'Apocalypse de Jean a été écrite dans un moment de crise. Comme elles, elle utilise un langage symbolique et des visions qu’il faut décoder. Mais, loin de vouloir décrire la fin des temps, l’Apocalypse de Jean est une parole d’espérance. Aux chrétiens qui étaient aux prises avec les persécutions de l’empire romain - comparé à une Bête immonde - ce livre rappelle en effet la victoire du Christ sur le mal, de la vie sur la mort, de l’amour sur la haine. En attendant que le Christ revienne et qu’il détruise définitivement toutes les formes du mal. Rien d’étonnant donc si le livre se termine par une vibrante prière : "Amen, viens, Seigneur Jésus ! "

© SBEV. Pierre Debergé.

 
Jérusalem: l'entrée du St Sépulcre
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org