480
Dragon
14
Soupa Anne
Le dragon
Gros plan sur
 
Commencer
 
Le " second signe" dans le ciel, le grand dragon, n'est pas un inconnu pour les lecteurs de la Bible...
 

Le " second signe" dans le ciel, le grand dragon, n'est pas un inconnu pour les lecteurs de la Bible. Il s'inscrit dans une longue galerie de portraits dont il est l'ultime figure.

Terrifiant dragon, qui se poste devant la femme pour dévorer son enfant ! Évocation inspirée par le monde animal où certaines bêtes se nourrissent des œufs et des nouveau-nés dérobés à une mère sans défense. Dans la mythologie grecque, le dieu Chronos - le Temps - dévorait, lui, ses propres enfants. Mais, pour le dernier livre de la Bible, le dragon est identifié avant tout à "l'antique serpent", ennemi dès l'origine de la femme et de sa descendance (Gn 3,15).

Tapi au milieu de ses Nils

Sous des noms variés - le "dragon", la "bête", le "serpent", le "Typhon", le "Tempétueux", "Rahab" ou "Léviathan" -, le monstre primordial, figure du désordre, est vaincu par le Dieu créateur. Dieu a "fracassé la tête des dragons sur les eaux" (Ps 74,13) et "transpercé le Serpent fuyard" (Job 26,13).

Or ce combat - comme celui de l'Apocalypse - se prolonge dans l'histoire. Des fauves s'en prennent aux hommes. Les royaumes terrestres qui menacent Israël sont souvent comparés à des bêtes féroces. Le prophète Ézéchiel parle de Pharaon comme d'un "grand dragon tapi au milieu de ses Nils" (Éz 29,3). Et le livre de Daniel s'aventure à décrire les empires successifs qui ont dominé le peuple de Dieu sous forme de quatre animaux fabuleux, le dernier, aux dents de fer, aux multiples cornes, étant le plus terrible car, par certains traits, on y reconnaît le visage d'un être humain (Dn 7,1-8).  

Sauvage et sans raison

Pour l'homme biblique, les bêtes sont par ailleurs mises en lien avec l'idolâtrie. Ainsi les Égyptiens "rendent-ils un culte à des reptiles sans raison et à des bêtes viles". Rien d'étonnant alors à ce que Dieu leur ait répondu par des fléaux venus d'une "multitude d'animaux sans raison, pour qu'il sachent qu'on est puni par où l'on a péché" ( Sg 11, 15-16).

Cependant jamais le dragon, l'ennemi, n'a le dernier mot. Le psaume 91 promet à ceux qui se fient en Dieu qu'ils "marcheront sur le lion et la vipère, qu'ils piétineront le tigre et le dragon". Le livre de Daniel annonce la mise à mort de la bête redoutable. Et Jésus affrontera, on le sait, toutes les forces du mal. Comme signe de sa victoire, Marc souligne dès le début de l'évangile que Jésus au désert, après avoir été tenté par Satan, "était avec les bêtes sauvages, et les anges le servaient" (Mc 1, 13).

© SBEV. Anne Soupa.

 
Ap 12,3-4
3Alors un autre signe apparut dans le ciel : C'était un grand dragon rouge feu. Il avait sept têtes et dix cornes et, sur ses têtes, sept diadèmes.
4Sa queue, qui balayait le tiers des étoiles du ciel, les précipita sur la terre. Le dragon se posta devant la femme qui allait enfanter, afin de dévorer l'enfant dès sa naissance.
Ap 12,3-4
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org