58
Lumière
443
ténèbres
441
Verbe
10
Autané Maurice
Le Verbe de Dieu
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Une lecture sainte de Jn 1,1-15.
 

Regarder – méditer – prier : nous respectons les trois temps de la "lectio divina" ou lecture sainte afin que méditation et prière, pour ceux et celles qui le souhaitent, s’appuient sur une écoute attentive du texte biblique. 

Le Verbe de Dieu s'est fait chair, lui qui "était" dès le copmmencement. Un mystère dans lequel nous pénétrons, émerveillés, grâce au Prologue de l'évangile de Jean (Jn 1,1-15).


Regarder

1) Tout d’abord, repérons les personnages : le Verbe (le Fils unique, Jésus-Christ), Dieu le Père, Jean, "les ténèbres", "le monde", les siens, Moïse…
Remarquons comment le poème passe du "Verbe" au "Fils unique" et à "Jésus Christ" puis reparle de nouveau du "Fils unique" !
Quel est le rôle de Jean le Baptiste ? Comparez son rôle avec celui du Verbe.
Quel est le rôle de Moïse ? Comparez son rôle avec celui de Jésus Christ.

2) Suivons le mouvement qui anime le texte :
Dans les premiers versets, repérons les nombreux emplois du verbe "être" à l’imparfait. Ce temps indique une durée, une situation stable. Nous sommes dans le monde de Dieu, dans le temps indéfinissable du commencement. Puis viennent les passés simples ("tout fut par lui", "il y eut un homme"). Ils assurent la transition avec le temps des hommes. Le premier fait allusion à la création du monde, le deuxième à l’existence et à la prédication de Jean le Baptiste.
Au milieu du texte, nous sommes dans le monde des hommes habité par le Verbe. Remarquons la manière dont l’auteur parle de l’Incarnation : "venant dans le monde", "il était dans le monde" etc.
À la fin du texte, nous sommes de nouveau dans le monde de Dieu. Mais il y a un changement par rapport au début. Le mystère de Dieu n’est plus opaque aux yeux des hommes. Le Fils unique nous l’a dévoilé.

3) Observons les mots que l’on peut opposer et ceux que l’on peut rapprocher :
Rapprochement entre lumière et vie, entre ténèbres et monde…
Opposition entre lumière et ténèbres, Verbe et monde, vouloir de chair (ou d’homme) et vouloir de Dieu.

4) Remarquons enfin le soin que met l’auteur à situer la place de Jean Baptiste par rapport à Jésus.

Méditer

La communauté johannique nous livre ici son témoignage de foi : Jésus est tout à la fois le Fils unique du Père et le Verbe incarné. Elle l’exprime en un langage nouveau, compréhensible par les citoyens des grandes cités grecques comme Éphèse. Jésus est le Verbe de Dieu. Il est de toute éternité auprès de Dieu. Il est venu habiter avec nous. Cette façon de parler est différente de celle des autres évangiles. La foi ne consiste pas à répéter toujours la même chose, mais à approfondir sans cesse le mystère de Dieu, de son amour pour les hommes. Révélation du mystère de Dieu, mais aussi révélation du mystère de Jésus. Par lui Dieu se fait visible. Par lui la lumière éclaire les ténèbres. Par lui nous découvrons la gloire du Père.

Mais il y a également en nous une part de ténèbres et une difficulté à accueillir la vraie lumière qui illumine tout homme. Comment accepter que le Verbe ait pu se faire chair ? Comment croire que Dieu puisse se faire reconnaître en un visage humain ? Comment en tirer toutes les conséquences ? "L’Incarnation" n’est pas une vérité "désincarnée" à proclamer dans le Credo. Elle a des conséquences sur nos relations avec les autres êtres humains. Par Jésus, Dieu est présent dans l’humanité. À nous de savoir le chercher et le trouver.

Prier

Nous te rendons grâces, Dieu notre Père, de nous avoir donné Ta Parole, Jésus-Christ, qui éclaire le monde et donne sens à notre existence. Seigneur, efface les ténèbres qui nous habitent encore ! Que la lumière gagne sur la nuit !

“Tu nous as fait pour toi, Seigneur,
Et notre cœur est sans repos
Tant qu’il ne demeure en toi”
(Saint Augustin)

 

© SBEV. Maurice Autané.

 

 
Jérusalem: l'esplanade des mosquées
Jn 1,1-15
1Au commencement était le Verbe, et le Verbe était tourné vers Dieu, et le Verbe était Dieu.
2Il était au commencement tourné vers Dieu.
3Tout fut par lui, et rien de ce qui fut, ne fut sans lui.
4En lui était la vie et la vie était la lumière des hommes,
5et la lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont point comprise.
6Il y eut un homme, envoyé de Dieu : son nom était Jean.
7Il vint en témoin, pour rendre témoignage à la lumière, afin que tous croient par lui.
8Il n'était pas la lumière, mais il devait rendre témoignage à la lumière.
9Le Verbe était la vraie lumière qui, en venant dans le monde, illumine tout homme.
10Il était dans le monde, et le monde fut par lui, et le monde ne l'a pas reconnu.
11Il est venu dans son propre bien, et les siens ne l'ont pas accueilli.
12Mais à ceux qui l'ont reçu, à ceux qui croient en son nom, il a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu.
13Ceux-là ne sont pas nés du sang, ni d'un vouloir de chair, ni d'un vouloir d'homme, mais de Dieu.
14Et le Verbe s'est fait chair et il a habité parmi nous et nous avons vu sa gloire, cette gloire que, Fils unique plein de grâce et de vérité, il tient du Père.
15Jean lui rend témoignage et proclame : « Voici celui dont j'ai dit : après moi vient un homme qui m'a devancé, parce que, avant moi, il était. »
Jn 1,1-15
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org