296
Abraham
1102
Sacrifice d'Isaac
6
Le Saux Madeleine
Abraham et le sacrifice d'Isaac
Gros plan sur
 
Commencer
 
Devant ce récit, qui n'a pas commencé par éprouver une sorte de révolte ?
 
Devant ce récit, qui n'a pas commencé par éprouver une sorte de révolte ? Comment Dieu peut-il demander à un père de lui sacrifier son enfant ? Le cas est aggravé par le fait qu'il s'agit d'un fils unique, longtemps attendu. Et les lectrices s'étonnent que la mère n'ait même pas son mot à dire.

L'absolu de la foi d'Abraham est admirable. Il n'est pas une expression qui laisse supposer quelque hésitation. Il n'en est pas non plus qui puisse atténuer sa responsabilité. Abraham entend un ordre et obéit. Il met tout en œuvre pour que le projet réussisse. Nous savons, mais il ne sait pas, que Dieu le met simplement à l'épreuve. Simplement ? Une épreuve peut-elle être simple ? Songeons à Job dans son malheur ou à Jésus au jardin des Oliviers. Au cœur de l'épreuve, la disponibilité du patriarche est totale à l'égard de son Dieu, mais aussi à l'égard d'Isaac. Il se tient sur une ligne de crête et nous sommes émus par le dialogue entre le père et le fils. Celui-ci s'inquiète de l'agneau pour le sacrifice. Abraham, qui aime son unique, répond seulement : "Dieu saura voir… 

Cette histoire est aussi et surtout celle de Dieu. À la confiance totale du sacrificateur et du sacrifié, Dieu répond. Dieu, ou plutôt "le Seigneur", le Dieu révélé à Moïse. La fin heureuse du drame ne parle plus que de lui. Le Seigneur ne veut pas le sacrifice de l'agneau-enfant. Abraham regarde et voit… un bélier, un animal-père ! C'est lui qu'il va offrir. La nuit de la foi s'achève. Désormais sur la montagne "le Seigneur est vu" et "le Seigneur voit". Abraham revient seul de l'épreuve. Et le livre de la Genèse continue sur Isaac qui commence sa vie d'homme. Le voyage des chercheurs de Dieu est loin de s'achever.

Madeleine Le Saux
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org