161
Jérusalem
162
Nazareth
163
Rome
13
Fabien Patrick
Jérusalem, Nazareth, Rome
Commentaire au fil du texte
 
Commencer
 
Exclu de Nazareth, Jésus suivra son chemin jusqu'à Jérusalem. Et la Bonne Nouvelle ira encore plus loin, jusqu'a Rome.
 

Situé à la jonctionde la vie "cachée"et de la vie "publique"de Jésus, le récit de Luc 4,16-30 marque une rupture. Exclu de Nazareth, Jésus suivra son chemin jusqu'à Jérusalem. Et la Bonne Nouvelle ira encore plus loin, jusqu'a Rome.

L'action se passe à Nazareth (ou Nazara). Loin de Jérusalem, centre du culte, l'ange y est apparu à Marie et Jésus y a grandi avec ses parents. II va dans la synagogue le jour du sabbat suivant la coutume. Or son identité divine a été révélée au baptême et éprouvée au désert (Lc 3,21-4,13). Elle l'amène à poser un acte décisif. 

À Nazareth

L'oracle d'Isaïe écouté ce jour-là témoigne d'un axe capital de la tradition d'Israël: le souci de Dieu pour les pauvres. La mission de l'Envoyé est libératrice. Or le commentaire qu'en donne Jésus fait passer du temps de l'espérance à celui de l'accomplissement. L'admiration puis la fureur qui suivent cette proclamation apparaissent comme un concentré de l'Évangile : s'ymêlent la question de l'identité de Jésus, son rejet et l'annonce du "message de la grâce" aux pauvres où qu'ils soient. Selon Luc, Jésus ne retournera plus à Nazareth, sa patrie. Jeté "hors de" la ville, c'est encore hors de la ville – Jérusalem – qu'il sera crucifié.

De Jérusalem à Rome

Luc aime les parallèles. Au début des Actes des Apôtres, il raconte ce qui est comme le pendant du discours de Nazareth : le discours de la Pentecôte. Nous   sommes à Jérusalem et les apôtres, remplis de l'Esprit-Saint, déconcertent et divisent leurs auditeurs (Ac 2,4-13). Jésus commentait Isaïe.Pierre commente le prophète Joël : la venue de l'Esprit "sur toute chair" marque la fin des temps. Le salut s'ouvre à tous ceux qui "invoqueront le nom du Seigneur" et le livre des Actes en raconte les péripéties.

Retenons-en une : la prédication de Paul dans la synagogue d'Antioche. On peut la lire, elle aussi, en parallèle avec l'épisode de Nazareth. L'homélie de Paul provoque et l'accueil joyeux des païens et la fureur de certains juifs (Ac 13,42-52). Enfin, à Rome, après s'être heurté à ces derniers, Paul conclut : "Sachez-le donc : c'est aux païens qu'a été envoyé ce salut de Dieu; eux, ils écouteront" (Ac 28,28). La boucle est bouclée : il y a très longtemps, comme un signe posé dans l'Histoire par le Dieu de tous, Élie avait déjà été "envoyé" non pas vers une veuve en Israël mais vers une veuve de Sarepta, une païenne.

© SBEV, Patrick Fabien, 2000.

 
Lc 4,14-30
14Alors Jésus, avec la puissance de l'Esprit, revint en Galilée, et sa renommée se répandit dans toute la région.
15Il enseignait dans leurs synagogues et tous disaient sa gloire.
16Il vint à Nazara où il avait été élevé. Il entra suivant sa coutume le jour du sabbat dans la synagogue, et il se leva pour faire la lecture.
17On lui donna le livre du prophète Esaïe, et en le déroulant il trouva le passage où il était écrit :
18L'Esprit du Seigneur est sur moi parce qu'il m'a conféré l'onction pour annoncer la Bonne Nouvelle aux pauvres. Il m'a envoyé proclamer aux captifs la libération et aux aveugles le retour à la vue, renvoyer les opprimés en liberté,
19proclamer une année d'accueil par le Seigneur.
20Il roula le livre, le rendit au servant et s'assit ; tous dans la synagogue avaient les yeux fixés sur lui.
21Alors il commença à leur dire : « Aujourd'hui, cette écriture est accomplie pour vous qui l'entendez. »
22Tous lui rendaient témoignage ; ils s'étonnaient du message de la grâce qui sortait de sa bouche, et ils disaient : « N'est-ce pas là le fils de Joseph  ? »
23Alors il leur dit : « Sûrement vous allez me citer ce dicton : "Médecin, guéris-toi toi-même." Nous avons appris tout ce qui s'est passé à Capharnaüm, fais-en donc autant ici dans ta patrie. »
24Et il ajouta : « Oui, je vous le déclare, aucun prophète ne trouve accueil dans sa patrie.
25En toute vérité, je vous le déclare, il y avait beaucoup de veuves en Israël aux jours d'Elie, quand le ciel fut fermé trois ans et six mois et que survint une grande famine sur tout le pays ;
26pourtant ce ne fut à aucune d'entre elles qu'Elie fut envoyé, mais bien dans le pays de Sidon, à une veuve de Sarepta.
27Il y avait beaucoup de lépreux en Israël au temps du prophète Elisée ; pourtant aucun d'entre eux ne fut purifié, mais bien Naamân le Syrien. »
28Tous furent remplis de colère, dans la synagogue, en entendant ces paroles.
29Ils se levèrent, le jetèrent hors de la ville et le menèrent jusqu'à un escarpement de la colline sur laquelle était bâtie leur ville, pour le précipiter en bas.
30Mais lui, passant au milieu d'eux, alla son chemin.
Lc 4,14-30
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org