193
Eau
194
Eau vive
195
Soif
17
Morin Dominique
L'eau
Gros plan sur
 
Commencer
 
L'eau, essentielle à la vie, tient une place importante dans la Bible...
 

L'eau, essentielle à la vie, tient une place importante dans la Bible et dans beaucoup de civilisations qui se sont développées dans les régions arides du Proche-Orient. Ambivalente, elle dit la vie mais aussi la mort.

La pluie, les sources et les puits sont des trésors sans prix car ils permettent aussi bien d'abreuver les hommes et les troupeaux que de cultiver la terre et d'en recueillir les fruits.

Redoutable… et précieuse

Cependant tout est question d'équilibre. Si l'eau manque, elle peut conduire à la mort. Mais si elle tombe sans mesure, elle engendre le malheur, comme le rappelle l'épisode du Déluge (Gn 7-8). Ces deux aspects opposés coexistent dans le livre de l'Exode, chap. 14, où les eaux de la mer s'ouvrent devant Moïse et le peuple libéré d'Égypte (salut) ... et se referment ensuite sur Pharaon et son armée (jugement) ! Plus tard, dans le désert, l'eau pour boire – comme la manne – sera un don de Dieu (Ex 17).

Source de vie et de fécondité, l'eau sert aux rites de purification. À l'époque de Jésus, les Juifs pieux se livraient à des ablutions rituelles dans des bassins d'eau vive, les "miqveh". On a retrouvé de ces bassins à Jérusalem, à l'entrée du Temple, dans des maisons, ou sur le site de Qoumrân. Dans l'imminence des derniers temps, Jean le "baptiste" fera de la plongée dans l'eau du Jourdain (ou "baptême") le signe par excellence de la rémission des péchés. Et le Quatrième Évangile raconte que Jésus, en envoyant l'aveugle-né se laver à la piscine de Siloé, l'a guéri tout entier de sa cécité physique et spirituelle (Jn 9).

L'eau vive

De la création à la fin du monde, sources et fleuves symbolisent les dons de Dieu : Parole, Sagesse ou Esprit. Du jardin d'Éden sort un fleuve qui, divisé, répand la vie aux quatre coins de l'univers (Gn 2,10-14). Le prophète Ézéchiel décrit, lui, une "source" coulant du Temple de Jérusalem et devenant torrent jusqu'à la mer Morte dont les eaux sont enfin assainies : merveilleuse image de l'amour et de la bénédiction du Seigneur pour son peuple (Ez 47) ! L'image sera reprise dans le livre de l'Apocalypse : alors que la mer dangereuse n'existe plus, alors que le Temple a disparu, un fleuve jaillit "du trône même de Dieu et de l'Agneau" (Ap 22,1). L'origine de toute guérison et bénédiction est pour l'éternité la victime sainte. Le Quatrième Évangile avait d'ailleurs évoqué le sein d'où "couleront des sources d'eau vive" (Jn 7,38) et raconté que, du côté du Crucifié, étaient sortis "l'eau et le sang" (19,34). Ainsi le baptême chrétien – qui n'est pas un rite de purification comme celui de Jean le baptiste – est-il, tout à la fois, entrée dans l'Église et "plongée" dans la mort du Christ, nouvelle naissance, création nouvelle.


© SBEV, Dominique Morin, 2000.

 
Jn 7,37
37Le dernier jour de la fête, qui est aussi le plus solennel, Jésus, debout, se mit à proclamer : « Si quelqu'un a soif, qu'il vienne à moi et que boive
Jn 7,37
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org