1103
Premiers chrétiens
2
Stricher Joseph
Les premiers chrétiens à la suite du Seigneur
Gros plan sur
 
Commencer
 
La description de la première communauté chrétienne correspond à un genre littéraire qu'on appelle un "sommaire"...
 
La description de la première communauté chrétienne correspond à un genre littéraire qu’on appelle un "sommaire". Cette manière de s’exprimer est fréquente chez Luc. Elle permet de décrire à grands traits une situation et d’effectuer une transition entre deux récits. C’est le cas ici. Le texte s’intercale entre le récit de la Pentecôte et celui de la guérison de l’infirme du Temple.

Nous trouverons un autre sommaire en Ac 4,32-35 qui s’intercale lui aussi entre deux récits : l’arrestation et la libération de Pierre et de Jean, d’une part, le comportement de Barnabé, Ananias et Saphira d’autre part.

Sommaire et récit

Les récits reprennent souvent des affirmations des sommaires et les nuancent. C'est le cas lorsque Luc raconte que les apôtres se rendent au Temple pour prier. Pierre dit à l’infirme qui mendie : "De l’or et de l’argent, je n’en ai pas ; mais ce que j’ai je te le donne ; au nom de Jésus Christ le Nazôréen, lève-toi et marche !" (Ac 3,6). Renoncement aux bien personnels mais partage de ce qu’on a, assistance du Seigneur, signes et prodiges, accueil favorable du peuple, le récit déploie tous les éléments du sommaire.

Par contre, au chapitre 4, le récit d’Ananias et Saphira va nuancer voire contredire les affirmations trop optimistes du sommaire qui précède. On découvre que l’unanimité des cœurs et la mise en commun des biens est loin d’être générale. En fait, les sommaires permettent à Luc de dire davantage ce qui devrait être que ce qui est. On y retrouve ses idées favorites, ce qui lui semble essentiel à la vie chrétienne et ce qu’il a envie de présenter à ceux qui ne sont pas chrétiens.

Faits et gestes du Seigneur

Dans ce sommaire, il montre comment la communauté reproduit les faits et gestes du Seigneur. On y retrouve les prodiges et signes accomplis par Jésus en Galilée ainsi que la présence de la foule. On y retrouve la prière de Jésus. Lui aussi allait assidûment au Temple quand il était à Jérusalem. Lui aussi " prenait sa nourriture dans l’allégresse et la simplicité de cœur."  On pense évidemment à Jésus accueilli dans la maison de Marthe et de Marie ou  acceptant les biens apportés par des femmes de son groupe (Lc 10,38 et 8,3). 

Ce sommaire se réfère également à toutes les paroles de Jésus sur l’argent. Plus que les autres évangiles, celui de Luc insiste sur le partage des biens. Dans le discours des béatitudes, Jésus dit "Malheureux, vous les riches" (Lc 6,24). Il fustige l’inconscience de ceux qui se reposent sur leurs trésors ou qui ne voient pas le pauvre Lazare couché à leur porte (Lc 16,19s.) Comme dans son Évangile, Luc insiste ici sur la dimension sociale du message de bonheur annoncé par Jésus.

SBEV. Joseph Stricher
 
Ac 2,41-47
41Ceux qui accueillirent sa parole reçurent le baptême, et il y eut environ trois mille personnes ce jour-là qui se joignirent à eux.
42Ils étaient assidus à l'enseignement des apôtres et à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières.
43La crainte gagnait tout le monde : beaucoup de prodiges et de signes s'accomplissaient par les apôtres.
44Tous ceux qui étaient devenus croyants étaient unis et mettaient tout en commun.
45Ils vendaient leurs propriétés et leurs biens, pour en partager le prix entre tous, selon les besoins de chacun.
46Unanimes, ils se rendaient chaque jour assidûment au temple  ; ils rompaient le pain à domicile, prenant leur nourriture dans l'allégresse et la simplicité de coeur.
47Ils louaient Dieu et trouvaient un accueil favorable auprès du peuple tout entier. Et le Seigneur adjoignait chaque jour à la communauté ceux qui trouvaient le salut.
Ac 4,32-35
32La multitude de ceux qui étaient devenus croyants n'avait qu'un coeur et qu'une âme, et nul ne considérait comme sa propriété l'un quelconque de ses biens ; au contraire, ils mettaient tout en commun.
33Une grande puissance marquait le témoignage rendu par les apôtres à la résurrection du Seigneur Jésus, et une grande grâce était à l'oeuvre chez eux tous.
34Nul parmi eux n'était indigent : en effet, ceux qui se trouvaient possesseurs de terrains ou de maisons les vendaient, apportaient le prix des biens qu'ils avaient cédés
35et le déposaient aux pieds des apôtres. Chacun en recevait une part selon ses besoins.
Ac 2,41-47
Ac 4,32-35
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org