239
Enfanter
238
Engendrer
59
Naissance
6
Le Saux Madeleine
Engendrer / enfanter
Gros plan sur
 
Commencer
 
L'homme engendre, la femme enfante...
 

L'homme engendre, la femme enfante : l'histoire du monde telle que la Bible la raconte est rythmée par ces deux mots. Et c'est l'histoire de Dieu chez les humains.

Les livres de la Bible donnent une grande importance à la succession des générations. De nombreuses généalogies racontent que les pères "engendrent" des fils qui engendrent à leur tour. Les mères qui "enfantent" sont moins souvent nommées, mais, à chaque fois, l'avenir du peuple de Dieu est en jeu.

Dans la douleur

En Genèse 3 Dieu dit à la femme : "C'est péniblement que tu enfanteras des fils". Habituellement pourtant les récits bibliques se contentent de dire : "elle devint enceinte et elle enfanta un fils"... Le cas de Rachel mettant au monde son dernier enfant, Benjamin, est exceptionnel : "Rachel enfanta, et ses couches furent pénibles... Dans son dernier souffle, au moment de mourir, elle l'appela Ben-Oni, c'est-à-dire fils du deuil" (Genèse 34, 16-18). D'ordinaire, ce qui domine c'est la joie et la fierté de donner un fils à son époux. La femme en attend reconnaissance et amour. L'enfantement est vu comme un accomplissement, et la stérilité comme un manque insupportable (cf. article p. 22-23).

Avec le Seigneur

La première naissance mentionnée dans la Bible est celle de Caïn, et Ève la salue d'une parole bien étrange pour nous : "J'ai procréé un homme avec le Seigneur" (Genèse 4,1). Celle à qui l'homme a donné le nom d'Ève, "la Vivante", "la mère de tout vivant", participe ainsi au pouvoir du Créateur qui seul peut faire venir à l'existence ce qui n'est pas encore. Jacob aussi le reconnaît lorsqu'il répond à la révolte de Rachel : "Suis-je, moi, à la place de Dieu, lui qui n'a pas permis à ton sein de porter son fruit ?". Quand son premier fils (Joseph) naîtra, Rachel dira : "Dieu a enfin levé mon opprobre" (Genèse 30,2.22-24). Le Vivant par excellence donne d'engendrer et d'enfanter. Cette expérience est reprise dans le livre d'Isaïe. Le malheur de Jérusalem se dit par l'image de la femme qui n'a plus de force pour enfanter (Isaïe 37,3). Sa joie sera de recevoir une multitude de fils (Isaïe 49,21), d'enfanter "en un jour", sans douleur, un garçon, puis un pays et une nation dont le Seigneur est comme le père (Isaïe 66,7-9).

Au début de l'Évangile de Matthieu la succession des engendrements qui aboutissent à Joseph se termine par l'histoire d'une adoption qui donne une existence légale à Jésus. Il sera enfanté par Marie, mais il est précisé que "ce qui a été engendré en elle vient de l'Esprit Saint" (Matthieu 1,20-21). Car il ne faut pas se tromper : Dieu n'engendre pas à la manière humaine. Le Psaume 2 : "Tu es mon fils, moi aujourd'hui, je t'ai engendré" n'est pas cité dans récit de la Nativité mais dans celui baptême (Luc 3,22) ou encore dans la bouche de Paul parlant de la Résurrection (Actes 13,33).
 

© SBEV. Madeleine Le Saux.

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org