57
Mal
255
Serpent
2
Stricher Joseph
Le serpent, symbole du mal dans la Bible
Gros plan sur
 
Commencer
 
L'image du serpent, symbole du mal, traverse toute la Bible...
 

Le Mal. Thème majeur de l'existence humaine sur lequel les auteurs bibliques ont composé des variations sous forme d’images et de récits symboliques. L'une d'elles traverse la Bible, de la Genèse à l'Apocalypse sous la forme du serpent.

Dès les premières pages de la Bible, un serpent se glisse dans le beau jardin créé par Dieu. Doué d’une intelligence redoutable, il séduit et gagne la première bataille qu’il livre à l’humanité (Genèse 3). Qui est-il ? D’où vient-il ? L’auteur biblique ne le dit pas. C’est une créature de Dieu, la plus rusée certes, mais une créature seulement, nullement un égal de Dieu.

Déjà vaincu

Dieu maudit le serpent et annonce qu’il aura la tête écrasée par la descendance de la femme… dont le talon sera néanmoins meurtri par le serpent ! Langage poétique et mystérieux qui évoque l’existence du mal sans toutefois l’expliquer. Il suggère que son origine est dans l’homme lui-même et dans sa capacité de transgresser les lois divines. Il suggère également une force extérieure à l’homme et laisse entrevoir une issue heureuse à la longue lutte de l’humanité contre le mal : le serpent sera vaincu.

Sorti du jardin des origines en même temps qu’Adam et Ève, le serpent sait disparaître pour attaquer par surprise. Le voici sur le chemin du peuple de Dieu qui traverse le désert. Ses morsures sont mortelles. Mais, cloué sur une perche, il devient un signe de salut (Nombres 20, 4-9) !

Obstacle  l'Évangile

Dans les Actes des Apôtres, le serpent s’en prend à ceux qui annoncent la Bonne Nouvelle. À Philippes, sous la forme d’un esprit python qui a pris possession d’une jeune servante, il harcèle Paul et ses compagnons (Ac 16, 16-18). Plus tard, après un naufrage, il s’attaque de nouveau à Paul. Vipère surgissant d’une brassée de bois mort, il plante ses crocs dans la main de l’apôtre. Mais il finit dans le feu sans avoir réussi à stopper la progression de l’Évangile (Ac 28, 1-6). Belle illustration des paroles du Ressuscité selon St Marc : "Voici les signes qui accompagneront ceux qui auront cru : en mon nom, ils chasseront les démons, ils parleront des langues nouvelles, ils prendront dans leurs mains des serpents, et s’ils boivent quelque poison mortel, cela ne leur fera aucun mal."  (Marc 16, 17-18)

Dans l’Apocalypse, le serpent se transforme en dragon. Il essaye, sans succès, de s’attaquer à la femme qui enfante le Messie ainsi qu'à sa descendance. À la fin du livre, il disparaît dans un étang de feu. Reprenant le livre de la Sagesse ("par la jalousie du diable…" cf. article p. 12), le dernier livre de la Bible donne un nom à cette force bestiale : "le grand dragon, l’antique serpent, celui qu’on nomme Diable et Satan, le séducteur du monde entier" (Ap 12, 9).

© SBEV. Joseph Stricher.

 
Gn 3,13-15
Ap 12,9
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org