181
obéissance
272
Pureté
140
Sainteté
26
Buis Pierre
Le livre du Lévitique : un livre-programme
Gros plan sur
 
Commencer
 
Le livre du Lévitique déroute le lecteur moderne...
 

Le livre du Lévitique déroute le lecteur moderne par la description des rituels et des sacrifices, les notions de pur et d'impur, de sacré et de sainteté. Et pourtant, c'est dans ce livre que se trouve le plus actuel des commandements, celui de l'amour du prochain !

Le livre du Lévitique est dû aux prêtres juifs, qui, lors du retour de l'exil (vers 530 av. J.-C.), ont développé, autour du Temple restauré, tout un système cultuel et moral fondé sur la présence de Dieu au milieu de son peuple. Il propose un programme de sainteté.

Une qualité exclusive

De toute la Bible, le Lévitique est le livre qui emploie le plus le mot "saint" et ses dérivés. La dernière section du livre a précisément pour thème : "Soyez saints, car moi, le Seigneur, je suis saint" (Lv 19, 2). Concernant la sainteté de Dieu, le Lévitique n'a que cette affirmation. C'est dans d'autres livres bibliques qu'on peut en comprendre la portée. Il s'avère que la sainteté est la qualité propre et exclusive du Dieu d'Israël. C'est comme son identité ; si bien que "saint" pourrait souvent se traduire par "divin". Cette sainteté se manifeste par les interventions de Dieu dans la vie des hommes (création, bénédiction, salut) et spécialement envers son peuple choisi.

Si le qualificatif de saint peut être attribué à des créatures, c'est parce que Dieu les consacre, se les approprie, les met en relation avec Lui. Ainsi il se consacre un peuple (Ex 19, 6), le jour du sabbat (Gn 2, 3) ou les premiers-nés des humains et du bétail (Ex 13, 2). Les textes ne cherchent pas à définir la nature de la relation qu'entraîne la consécration  mais ils définissent le statut de la chose "sainte" et les conséquences pratiques de la consécration : ce qui est saint doit être respecté et ne doit pas être touché par une personne non-autorisée ou impure. Les membres du peuple saint seront saints personnellement en évitant tout ce qui violerait leur consécration. La sainteté est un don, elle est aussi une obligation : "Ne profanez pas mon saint nom, que je sois reconnu saint au milieu des fils d'Israël ; c'est moi, le Seigneur, qui vous sanctifie" (Lv 22, 32).

Un comportement

Concrètement la sainteté exige un comportement qui s'appuie sur deux pôles : la pureté et l'obéissance.

La pureté. L'impureté est une réalité physique mais d'essence religieuse. L'impur ne peut pas toucher les choses saintes ni participer au culte du peuple saint. L'impureté n'est pas un péché, elle est même souvent inévitable, mais on doit s'en défaire par des rites précis (Lv 12-15). Apparentée à la mort, elle ne peut être tolérée par le Dieu vivant.

L'obéissance. Le Dieu qui a libéré son peuple peut lui prescrire un mode de vie original, qui le distinguera des autres. Ce ne sont pas des obligations arbitraires mais une loi qui fait vivre (Lv 18, 5). L'essentiel en est ce commandement que Jésus déclarera être égal au premier : "Tu aimeras ton prochain comme toi-même" (Lv 19, 18).

 

© SBEV. Pierre Buis.

 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org