1106
Repos
138
Sabbat
397
Travail
8
Debergé Pierre
Le septième jour
Gros plan sur
 
Commencer
 
L'Ancien Testament est traversé par une ambivalence qui rejaillit dans le Nouveau...
 
L'Ancien Testament est traversé par une ambivalence qui rejaillit dans le Nouveau : le travail est signe de la grandeur de l'être humain, mais il est aussi un des lieux majeurs de l’exploitation, de la domination et de l’asservissement. Dans cette tension, quelle est la place du sabbat ?

De manière générale, la Bible considère le travail comme la tâche normale de l’homme, voulue par Dieu, donc sainte et belle. Créé à l’image de Dieu, l’être humain est établi dans le jardin d’Éden "pour le cultiver et le garder" (Gn 2, 15). Travailler est même un des grands commandements divins "Tu travailleras six jours faisant tout ton ouvrage…" (Ex 20, 9). A l'inverse, parce que la création divine est comme prolongée par le travail humain, l’oisiveté et la paresse sont sévèrement blâmées. Elles éloignent de Dieu en même temps qu’elles conduisent à une misère certaine (cf. encadré).

La dureté du travail

Mais le travail est pénible et l'on s'interroge : s'il reflète la grandeur de l’être humain appelé à poursuivre la création divine, comment expliquer qu'il soit source de fatigues et de maux de toutes sortes ? Dans un langage qui s'apparente à celui des mythes, le deuxième récit de la création y voit une des conséquences du péché des hommes (Gn 3, 17-19). Outre le souci d’expliquer pourquoi le travail est trop souvent pénible alors que la création venant de Dieu est bonne, on perçoit ici la prise de conscience de la dure nécessité du travail pour vivre et survivre. Maintes pages de la Bible se font l’écho de ce drame qui semble toucher l’humanité dans ce qu’elle a de plus noble. C’est Job qui gémit après le "temps de corvée que le mortel vit sur terre" (Jb 7, 1ss) ou Qohélet qui considère l’importance du travail des hommes pour conclure amèrement à sa vanité (Qo 2, 22-23).

À ce constat, il faut ajouter les conditions de travail inhumaines auxquelles sont soumis les esclaves, les prisonniers de guerre, sans oublier l’exploitation dont sont victimes les plus pauvres (Jr 22, 13 ; Dt 24, 14-15). On reconnaît alors que le travail s’inscrit à l’intérieur d’institutions sociales marquées par la violence et l’injustice. S'il demande à être libéré de sa pénibilité naturelle, le travail doit donc être libéré des conditions injustes qui l'accompagnent souvent. 

À cause de cela – ou à cause de l'influence de la culture grecque ? –, le travail manuel est présenté dans les derniers livres de l'Ancien Testament comme une activité subalterne. Ainsi, bien qu'il reconnaisse qu'il n'y aurait pas eu de villes à habiter s'il n'y avait pas eu d'artisans (38, 32), et que le travail manuel est nécessaire pour vivre (7, 15 etc.), Ben Sirac proclame la supériorité des scribes sur les artisans (38, 24-26).

Jacques et Jésus

De Jacques, on retiendra une terrible diatribe à l’encontre des riches qui exploitent leurs salariés (Jc 5, 4). De Jésus, on retiendra que ses paraboles sont généralement empruntées au monde du travail, qu'il s'agisse des semailles, des moissons, des vendanges ou des ouvriers attendant sur la place du village qu'on vienne les embaucher. Néanmoins, Jésus semble prendre ses distances par rapport à une certaine conception du travail : c'est l'épisode où Jésus met en garde Marthe contre le danger de l'activisme (Lc 10, 38-42) ; c'est l'invitation à ne pas faire de la nourriture ou du vêtement le seul horizon de sa vie (Lc 12, 22-32). Reste que l'on ne voit jamais Jésus travailler des ses mains, pas plus d'ailleurs que ses disciples qui abandonnent leur travail pour le suivre. C'est sans doute le signe que Jésus considère l'annonce de l'Évangile comme un  travail. 

Paul

Différemment de Jésus, Paul est fier de travailler de ses mains (1Th 2, 9 ; 1Co 4, 12), au point d'ailleurs de demander aux Thessaloniciens de l'imiter. Plusieurs raisons peuvent expliquer ce choix : annoncer l'Évangile gratuitement en n'étant à la charge de personne (1Co 9, 18) ; rendre l'annonce de l'Évangile proche des réalités de ceux qui travaillent ; proposer une vision positive du travail. Dans un contexte où le travail manuel était souvent méprisé, parce que contraire à une "vie honorable", Paul voulait sans doute montrer que le travail n'est pas un signe d'esclavage ou un motif de honte mais un témoignage d'"honnêteté" (cf.1Th 4, 11-12).

Face à des chrétiens qui prenaient prétexte des enseignements évangéliques ou de l'attente du retour du Christ pour ne rien faire, la deuxième lettre aux Thessaloniciens insistera sur la nécessité de gagner sa vie en travaillant, car "qui ne veut pas travailler ne doit pas non plus manger" (2Th 3, 6-12). C'était une manière de rappeler que l'attente du retour du Christ n'exclut pas un véritablement engagement dans le monde.

Et le sabbat ?

C'est un des aspects les plus étonnants de la Bible : aussi important soit-il, le travail des hommes est régulé par le sabbat et le devoir, un jour par semaine, de cesser, toute activité : "… le septième jour, c’est le sabbat du Seigneur ton Dieu" (Ex 20, 10). En s'arrêtant de travailler pour se consacrer à Dieu, les hommes se rappellent en effet qu'ils ne sont pas la mesure de toutes choses, mais seulement l'image de Celui à qui appartient l'univers et tout ce qui l'habite. En s'arrêtant, ils ne laissent pas prendre aux pièges du productivisme ou de l'efficacité. Ils reconnaissent  que leur œuvre est limitée et que le travail n'a de valeur que s'il est fécondé par la rencontre de Dieu ou que s'il est habité par la gratuité, la beauté, l'amour tout simplement. C'est plus que jamais d'actualité.

SBEV. Pierre Debergé
 
Monastère Ste Catherine, Sinaï.
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org