1170
Béatitudes
131
Justice
8
Debergé Pierre
Les béatitudes et la justice
Théologie
 
Commencer
 
Les Béatitudes, dans l'évangile de Matthieu, introduisent un long discours de Jésus sur la loi et la justice...
 
Les Béatitudes, dans l'évangile de Matthieu, introduisent un long discours de Jésus sur la loi et la justice. Celle-ci, qui a aujourd'hui des résonances sociales, a surtout ici une dimension religieuse.


Placées en tête du Sermon sur la montagne, l’invitation à rechercher une justice qui surpasse celle des scribes et des pharisiens (5,20) et la mise en garde de Jésus à l'encontre des pratiques qui visent surtout à s'attirer les faveurs des hommes (6,1) constituent deux aspects essentiels de l'enseignement de Jésus sur la justice évangélique.

Une exigence de perfection

Cette justice, condition nécessaire pour être admis dans le Royaume des Cieux, dépasse la seule observance de la Loi (5,21-47) : elle est exigence de perfection et accueil du dessein de Dieu (5,48) ; elle n'a pas d'autre limite que celle d'un amour sans limites, centre et sommaire de la Torah (La Loi de Moïse). Elle se traduit par des actes de piété - comme l’aumône, la prière et le jeûne - qui ne peuvent pas être purement extérieurs. Car poser un acte de piété pour s’attirer l’estime des gens, c’est simuler une religion que l’on n’a pas, donc faire preuve d’hypocrisie (6,1-18). Au contraire, cela doit se faire "dans le secret" où seul le Père peut voir.

• Avoir faim et soif de la justice

En inscrivant la justice au nombre des béatitudes : "Heureux ceux qui ont faim et soif de la justice, ils seront rassasiés", Mathieu veut sans doute rappeler à ses lecteurs l’urgence et la nécessité de s'engager dans une recherche réelle et concrète de la perfection évangélique. Négligeait-il pour autant l’importance de la grâce divine ? Non, bien sûr, mais il ne voulait pas d’une religion où l’on se contente de dire "Seigneur, Seigneur" ! car il n'y a de christianisme qu'en acte (7,21).

A ceux qui souffraient ou qui auraient à souffrir en raison de leur combat pour la justice, il annonce également : Heureux ceux qui sont persécutés pour la justice : le Royaume des cieux est à eux (Mt 5,10).

De la peur à la confiance

On pourrait être effrayé par de telles exigences. Ce serait oublier que, dans l'évangile de Matthieu, la promesse du bonheur précède l'invitation à rechercher la justice et à la mettre en œuvre (Mt 5, 3-12). À cela, il faut ajouter que la quête de la justice s'inscrit dans le cadre d'une communauté fraternelle qui se reçoit de la miséricorde divine, et qui se reconnaît invitée à pratiquer sans réserve le pardon mutuel (cf.Mt 18,15-18).

Bref, pour Matthieu, rechercher la justice, c'est répondre à l'appel du Christ, dans l'accueil de sa présence réconfortante - "Venez à moi, vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi je vous procurerai le repos"  (Mt 11,28) -  et de sa promesse de bonheur.


© SBEV. Pierre Debergé
 
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org