128
Histoire
512
TOB Traduction œcuménique de la Bible
La TOB en quelques dates...
Note historique
 
Commencer
 
Les dates les plus importantes...
 

1961 : des catholiques envisagent de revoir la traduction et les notes de la Bible de Jérusalem

Décembre 1961 : à Mulhouse, deux amis, André Morel, pasteur protestant, et Jean Starcky, savant catholique, pensent que ce travail pourrait être œcuménique. L’idée paraît utopique.

Février 1964 : l’idée est relancée. Contacts entre l’École biblique de Jérusalem (catholique) et le Centre de Villemétrie chargé de la formation des laïcs (protestant). Soutien de M. Olivier Béguin, secrétaire général de l’Alliance biblique universelle (protestant).

Juillet 1964 : un test de révision est décidé sur l’Épître aux Romains, pierre d’achoppement entre catholiques et protestants depuis le XVIe siècle. Soutien des éditions du Cerf.

Janvier 1965 : La révision est devenue traduction nouvelle. Décision est prise d’entreprendre une traduction de toute la Bible sur des bases totalement neuves. Georges Casalis (protestant) et François Refoulé (catholique) organisent le projet. La TOB est née.

Avril 1965 : accords de financement entre l’Alliance biblique universelle, les Sociétés bibliques française, belge, suisse et les éditions du Cerf. Les premières équipes sont constituées.

Juillet 1965 : une quarantaine de biblistes, catholiques et protestants, se retrouvent pour la première de session de travail au village des Giettes (Suisse). Les grandes options d’un travail commun sont prises : traduction fluide, annotation abondante, prise en compte de la tradition juive etc.

De 1965 à 1974, chaque équipe travaille de son côté. Des coordinateurs font le lien sous la responsabilité d’un comité scientifique. Chaque été, une session commune examine résultats et problèmes. Au total, la TOB aura sollicité presque 150 personnes.

Octobre 1965 : présentation du projet à Rome, en marge du concile Vatican II. Soutien des évêques français.

Janvier 1966 : création de l’AORB (Association œcuménique pour la recherche biblique).

Janvier 1967 : l’Épître aux Romains, nouvellement traduite et commentée, est présentée solennellement à la Sorbonne.

Mars 1968 : des membres de l’Alliance biblique universelle contestent la présence des notes (ce n’est pas une coutume protestante). On décide de faire deux éditions, l’une avec « notes intégrales », l’autre avec « notes essentielles ».

Juin 1968 : dans la suite du concile Vatican II, un accord est signé à Rome entre l’Alliance biblique universelle et le Secrétariat pour l’Unité des chrétiens afin d’encourager des traductions œcuméniques. La TOB a été en avance !

Mai 1971 : les orthodoxes contestent le côté critique de certaines introductions et notes mais ne se désengagent pas.

Novembre 1972 : parution du Nouveau Testament.

Janvier 1973 : les secrétaires de la TOB et les éditeurs sont reçus par le pape Paul VI.

Novembre 1975 : parution de l’Ancien Testament et de la Bible entière. Célébrations à Notre-Dame de Paris et au Conseil œcuménique des Églises à Genève.

Novembre 1988 : fin de la première révision générale pour harmoniser les textes (vocabulaire, passages parallèles) et améliorer les notes.

Novembre 2003 : parution de la révision du Pentateuque (introductions et notes).

Novembre 2010 : parution de la deuxième révision générale avec traduction et annotation de six livres lus par les orthodoxes.

© SBEV, Bulletin Information Biblique n° 75 (Décembre 2010), p. 3.

 
Jérusalem: l'entrée du St Sépulcre
 
Vidéo
La Bible en questions, du site biblique francophone interbible.org